Contre les réformes :

L'Université de La Réunion en grève ce jeudi 5 mars


Publié / Actualisé
Une majorité d'universités et de laboratoires du territoire national a décidé de se mettre en grève à partir du 5 mars 2020. Le collectif de l'université de La Réunion en lutte (CURL) a invité les personnels, étudiant.e.s et usagers à une assemblée générale d'informations sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche - LPPR -, la réforme des retraites et la réforme des concours d'enseignement. Une seconde assemblée réunie le 28 février a voté la motion jointe et la grève du 5 mars. Voici leur communiqué ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Une majorité d'universités et de laboratoires du territoire national a décidé de se mettre en grève à partir du 5 mars 2020. Le collectif de l'université de La Réunion en lutte (CURL) a invité les personnels, étudiant.e.s et usagers à une assemblée générale d'informations sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche - LPPR -, la réforme des retraites et la réforme des concours d'enseignement. Une seconde assemblée réunie le 28 février a voté la motion jointe et la grève du 5 mars. Voici leur communiqué ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les personnels et les usagers de l’Université de la Réunion réuni.e.s en assemblée générale s’inscrivent dans le mouvement de nombreuses instances de l’enseignement supérieur et de la recherche, et invitent les autres collectifs à se joindre à la mobilisation :

• Nous demandons le retrait du projet de réforme du système des retraites, qui constitue une régression sociale pour toutes les catégories socio-professionnelles concernées.

• Nous demandons le retrait du projet de LPPR, qui signe l’arrêt de mort du financement public de la recherche. Par ailleurs, cette loi accentuerait la dégradation des conditions de travail du personnel de l'université
(enseignant.e.s, enseignant-chercheur.e.s, jeunes chercheur.e.s et personnels BIATSS) et renforcerait la concurrence entre personnes de mêmes catégories notamment par la différenciation salariale et une modulation à géométrie variable du service d’enseignement.

Nous exigeons que l’université demeure considérée comme un service public dont l’accès doit être gratuit, universel et financé par l’État.

En effet, ces deux projets en fragilisant les statuts et en aggravant les inégalités entre les travailleur.e.s, s’inscrivent dans la continuité de la destruction du système de protection sociale, du service public et de l’État social, que nous défendons comme garanties d’une société intégrée et démocratique.

Nous appelons à la grève le jeudi 5 mars 2020 et à la poursuite de la mobilisation jusqu’au retrait de ces réformes qui ne feront qu’augmenter la précarité et la souffrance déjà vécues à l’université comme ailleurs.

Nous serons en assemblée générale à partir de 10h30 dans la fac des lettres, amphi Genevaux, campus du Moufia. Cette AG sera suivie d’un pique-nique dans les jardins de l’UR.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !