[LIVE - PHOTOS/VIDEO] Le feu est "figé" :

Incendie au Maïdo : le bilan revu à la baisse, 175 hectares ont brûlé


Publié / Actualisé
Au Maïdo le feu n'a pas progressé dans la nuit du lundi 9 novembre au mardi 10 novembre 2020. Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mers, est arrivé ce mardi matin à La Réunion. Il a été porteur d'une relative bonne nouvelle : le bilan a été revu à la baisse, 175 hectares ont brûlé pour l'heure, et non 200. Il est accompagné de 80 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs en renfort des équipes du SDIS 974, qui arriveront cette nuit. 25 tonnes de matériel sont acheminées, ainsi que 36 tonnes de retardant. Cette journée de mardi est décisive pour la maîtrise de cet incendie au coeur du parc national classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Les pompiers redoublent d'efforts pour maîtriser ce sinistre considéré comme "figé" par le ministre ce mardi. Il a cependant rappelé que la situation était "extrêmement fragile". Suivez notre direct (Photos rb/www.ipreunion.com)
Au Maïdo le feu n'a pas progressé dans la nuit du lundi 9 novembre au mardi 10 novembre 2020. Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mers, est arrivé ce mardi matin à La Réunion. Il a été porteur d'une relative bonne nouvelle : le bilan a été revu à la baisse, 175 hectares ont brûlé pour l'heure, et non 200. Il est accompagné de 80 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs en renfort des équipes du SDIS 974, qui arriveront cette nuit. 25 tonnes de matériel sont acheminées, ainsi que 36 tonnes de retardant. Cette journée de mardi est décisive pour la maîtrise de cet incendie au coeur du parc national classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Les pompiers redoublent d'efforts pour maîtriser ce sinistre considéré comme "figé" par le ministre ce mardi. Il a cependant rappelé que la situation était "extrêmement fragile". Suivez notre direct (Photos rb/www.ipreunion.com)

• Nos journalistes sont sur place, suivez-nous

  • IPR

    Ce live est maitenant terminée

    Merci d'avoir suivi cette actualité en direct avec nous

  • IPR

    Les équipes du Sdis sont toujours en surveillance

    Des reprises de feu de produisent régulièrement mais elles sont contenues par les pompiers. Les hélicoptères continuent leurs rotations.

    Sébastien Lecornu a souligné ce matin après sa réunion avec les officers du Sdis qu’il y encore au moins 15 jours d’intervention même si nous restons dans cette situation de “feu fixé et figé“

  • IPR

    Dès son arrivée à La Réunion, Sébastien Lecornu a survolé l'incendie

    A bord de l'hélicoptère de la gendarmerie, le ministre a constaté l'étendu des dégâts

  • IPR

    Le bilan revu à la baisse, 175 hectares ont brûlé

    Sébastien Lecornu a fait le point avec la presse suite à sa rencontre au poste de commandement. Il a notamment annoncé l'arrivée des 80 agents de la Sécurité civile dans la nuit, mais aussi celle de 36 tonnes de retardant dans les heures à venir et de 25 tonnes de matériels. La venue d'un second Dash n'a finalement pas été estimée nécessaire après consultations des sapeurs-pompiers locaux.

    Si le feu est désormais figé, la situation reste "extrêmement fragile". "Nous sommes dépendants des conditions climatiques" a-t-il souligné. Le feu continue actuellement de brûler en sous-terrain, et si la situation ne se dégrade pas, les sapeurs-pompiers resteront tout de même mobilisés pendant au moins quinze jours supplémentaires.

    "L'Etat engagera tous les moyens nécessaires pour protéger la nature et la population" a par ailleurs affirmé le ministre. Il a aussi rappelé, suite à une question d'Imaz Press, que les feux de cette envergure étaient malheureusement criminels pour le plus souvent, comme cela a été le cas en 2011.

    Enfin, Sébastien Lecornu a précisé que sa venue était aussi motivée pour faire le point sur les mesures mises en oeuvre depuis 2010 pour combattre les incendies. "Nous sommes dans la mise à l'épreuve de tout ce que nous avons pu mettre en oeuvre depuis 2010" a-t-il expliqué.

    L'interview complète est à visionner ci-dessous :

  • IPR

    Le ministre a atterri au poste de commandement

    Il est accueilli par Huguette Bello, la maire de Saint-Paul. Sébastien Lecornu est accompagné du préfet

  • IPR

    Sébastien Lecornu survole actuellement l'incendie en hélicoptère

    Trois hélicoptères survolent la zone, le ministre se trouve dans celui de la gendarmerie. Il est à La Réunion pour apporter sa contribution aux coordinations pour la lutte contre l'incendie. 80 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs sont aussi arrivés pour apporter leur aide au SDIS 974.

  • IPR

    Le ministre a atteri à 9h45 à La Réunion

    Sébastien Lecornu est attendu pour 11h15 au poste de commandement, où il fera le point avec les autorités

  • IPR

    Maïdo : la gendarmerie lance un appel à témoins

    Dans le cadre de l'enquête de l'incendie du Maïdo, la gendarmerie nationale lance un appel à témoins. Toute personne ayant pu se trouver dans les environs du Piton Maïdo dans la nuit du vendredi 06 au samedi 07 novembre 2020 est invitée à se faire connaître à la Brigade de proximité de Saint-Paul

    Lire l'article ici

  • IPR

    80 pompiers en renfort et 25 tonnes de matériel

    Comme l'indiquait Imaz Press dès lundi soir, 80 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs ont quitté la Métropole ce lundi  et arrivent à La Réunion ce mardi matin. Ils seront  "en renfort des équipes du SDIS974" précise la Sécurité civile nationale. "Un détachement d'intervention héliportée et des experts feux tactiques seront notamment engagés pour lutter contre les flammes" ajoute la Sécurité civile.

    25 tonnes de matériel sont aussi acheminées, comme le note le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin

     

  • IPR

    Un ministre sur le terrain

    Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, arrive ce mardi matin à La Réunion "pour coordonner, avec le préfet les moyens mis en place pour lutter contre l’incendie du Maïdo" a-t-il annoncé lundi soir sur son compte Twitter.

    Il atterit à La Réunion à 9h. A 11h15 il se rendra au poste de commandement opérationnel des pompiers au Maïdo. a 13h il assistera au conseil des ministres en visio-conférence. A 17h il participera à une réunion au centre opérationnel de la préfecture

    Mercredi matin, le ministre participera à la commémoration de la fin de la Première guerre mondiale au Monuments aux morts à Saint-Denis.

    Le reste de son programme n'a pas encore été communiqué. Aucune date de retour à Paris n'est encore indiquée

  • IPR

    Une nuit relativement calme et un gros enjeu pour la journée

    Malgré quelques reprises de flammes, les pompiers ont empêché le feu de progresser dans la nuit de lundi à mardi.

    L'objectif des soldats du feu est maintenant de couper la route des flammes à l'ouest - toujours menacée -, pour qu'elles ne se propagent pas dans la forêt de Tamarins dont petite partie de ce site a déjà été impactée par le sinistre.

    Les pompiers craignent aussi que le feu s'engouffre dans les "tunnels" d'humus (*) pour ressortir dans différents endroits et les enflammer

    (*)couche supérieure du sol créée, entretenue et modifiée par la décomposition des matières organiques)

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Bonne nouvelle : au Maïdo le feu n'a pas progressé dans la nuit de lundi à mardi. La journée s'annonce décisive pour la maîtrise de cet incendie qui ravage les lieux depuis quatre jours.

    Restez avec nous, nous suivons cette actualité en direct

A propos

Depuis la nuit de vendredi à samedi, des incendies ravagent le Maïdo, joyau de la biodiversité réunionnaise. Plus de 200 hectares ont déjà brûlé, alors que 150 sapeurs-pompiers seront déployés ce mardi pour lutter contre les flammes. Ces derniers jours, 80 d'entre eux étaient mobilisés.

28 engins, cinq hélicoptères bombardiers d'eau et le Dash seront en soutien des opérations. Un second Dash a par ailleurs été demandé par Jacques Billant, préfet de La Réunion, en soutien au premier. La demande ne devrait cependant pas aboutir à court-terme, le Dash étant mobilisés dans le transport de patients Covid+ en Métropole.

Le secteur classé au patrimoine immatériel de l’Unesco, comme toute l’île, pourrait encore brûler pendant plusieurs jours, si les conditions météorologiques sont défavorables aux actions des sapeurs-pompiers.

Dans la journée de lundi, si le feu semblait contenu une partie de la matinée, des sautes de feu ont embrasé une nouvelle fois la végétation du Maïdo. Cette dernière est particulièrement sèche et donc hautement inflammable. La moindre étincelle peut provoquer des flammes de plusieurs mètres de haut, comme cela a été le cas ce lundi.

 

Lire aussi : Maïdo : 80 hectares brûlés

"Dans les prochaines 72h, l’évolution de la situation météorologique n’est pas favorable. Des vents forts sont à prévoir. Les forces présentes sur le terrain vont être doublées passant de 80 à 150 sapeurs -pompiers. Dès mardi 10 au matin 250 hommes seront présents sur le terrain" a d'ailleurs précisé la préfecture en fin de journée.

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, arrivera dans la journée pour coordonner avec le préfet les opérations.

Je me rends à La Réunion pour coordonner, avec le @prefet974, les moyens mis en place pour lutter contre l’incendie du Maïdo qui a ravagé 200 ha de végétation.
Dès ce soir, des renforts humains seront déployés pour protéger la population et sauver ce patrimoine naturel. pic.twitter.com/ZlvPB8c6YR

— Sébastien Lecornu (@SebLecornu) November 9, 2020

Le Colonel Hervé Bertouin, directeur du SDIS 974, s'est cependant montré optimiste ce lundi. Il espère que les pompiers pourront contenir les incendies dès ce mercredi. Pour autant, la situation peut toujours rapidement se dégrader, à l'image des 120 hectares partis en fumée en quelques heures dans la nuit de dimanche à lundi.

- Une enquête ouverte -

Si les causes de cet incendie ne sont pour l'instant pas connues, la piste criminelle est fortement envisagée. Le procureur de Saint-Denis, Eric Tufféry, a d'ailleurs annoncé l'ouverture d'une enquête lundi matin.

Le début de la gestion du feu a été entaché par une panne survenue avec le Dash samedi matin. L'avion-bombardier n'a pas pu prêter main forte que dans l'après-midi, faisant perdre quelques heures précieuses aux soldats du feu. Ce mardi, c'est un manque de retardant qui a forcé le Dash à ne larguer que de l'eau sur les flammes, perdant ainsi en efficacité dans la lutte contre les flammes.

- Pas de population menacée -

Le secteur de Mafate, bien que n'étant pour l'heure pas menacé, est toujours partiellement coupé du monde. Les lignes téléphoniques n'ont pas encore été rétablies, bien que les téléphones fixes situés dans les écoles primaires soient opérationnels, a souligné Huguette Bello, maire de Saint-Paul.

"La population des ilets (Roche Plate et Ilet des Orangers) n’est pas menacée" a précisé la préfecture, alors que les écoles primaires du cirque n'ont pas ouvert leurs portes ce lundi, et resteront fermées jusqu'au vendredi 13 novembre au moins. A noter que "le terrain du lézard vert des hauts, espèce protégée, a été préservée à ce stade" souligne par ailleurs la préfecture.

Trois secteurs d’opération prioritaires ont été définis par le centre opérationnel en préfecture :

• le secteur Nord-Ouest : en franchissant la route forestière, le sinistre se déploie désormais vers la forêt des Hauts de l’Ouest, constituée notamment de Tamarins et d’autres espèces végétales dont les essences sont fortement inflammables. Par ailleurs, l’humus de ces sous-sols constitue un facteur aggravant car le feu peut circuler dans le sous-terrain.

En réponse, il est décidé de « noyer » la zone. Une ligne de défense est également fixée, vers 1800m d'altitude. Une ligne de repli a été définie en anticipation : elle a été élargie à l’aide d’un tractopelle et des équipes de l’ONF, des lances y ont été positionnées. Les moyens sont désormais concentrés sur ce secteur. Des tranchées pare-feu sont creusées par l’ONF pour protéger au maximum les pistes sur lesquelles vont s'appuyer les unités.

• au Nord, le feu progresse en lisière le long des remparts.

• au Sud-Ouest, la barrière de retardant mise en place a tenu et le feu ne reprend pas. La zone est donc placée sous surveillance.

Huguette Bello, mais aussi le président du Département Cyrille Melchior, ont montré une vive émotion face à ce désastre naturel lors d'un point presse ce lundi matin. Les routes forestières et les sentiers environnants sont interdits d'accès.

Lire aussi notre live de lundi - Incendie au Maïdo : le ministre des Outre-mer arrive ce mardi

Lire aussi notre live de dimanche - Maïdo : 80 hectares brûlés, des camions citernes civils mobilisés pour une alimentation en eau

Lire aussi notre live de samedi -  Incendie au Maïdo : au moins 35 hectares brûlés, le feu se poursuit

www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

La poisse, depuis son mobile, Posté
Oui missouk la venue du ministre était nécessaire là preuve le bilan est devenu plus bas plus que i sa va i prend créole pli kouyon encore béze ka lili
Missouk, Posté
Super que des pompiers métropolitains et du matériel arrivent en renfort, car nos soldats du feu doivent être au bout du rouleau. Quant à la venue du ministre, était-elle bien nécessaire ? Il n'est pas pompier, en tous cas, pas que je sache. Par contre, je comprends que quelques jours au soleil, et ... sans être confinés, par les temps qui courent, c'est bon à prendre, surtout avec l'argent de nos impÃ'ts!
John, Posté
La dictature est présente sur notre île.Vive l'indépendance de l'île de la Réunion! La Réunion aux réunionnais...
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
J espère que de coupable sera démasqué ...
Volcan974, Posté
Il vient prendre l air car la métropole est confinee difficile de dire que ç est un motif impérieux car sa petite famille politique existe à la Réunion mais il fait froid en métropole
Ryta, Posté
Est ce un motif impérieux pour le ministre puisse prendre l'avion?Privilège, toujours les mêmes