Déjà une étoile au guide Michelin :

Kelly Rangama propulse La Réunion au firmament de la gastronomie


Publié / Actualisé
Kelly Rangama, en décrochant une étoile au guide Michelin en janvier 2020, est devenue la première chef étoilée originaire de La Réunion. De ses premiers pas en cuisine avec son papa à l'ouverture de son propre restaurant à Paris, elle revient sur son parcours incroyable, qui l'a même menée jusque sur les plateaux de télévision. (Photo : Marie Etchegoyen)
Kelly Rangama, en décrochant une étoile au guide Michelin en janvier 2020, est devenue la première chef étoilée originaire de La Réunion. De ses premiers pas en cuisine avec son papa à l'ouverture de son propre restaurant à Paris, elle revient sur son parcours incroyable, qui l'a même menée jusque sur les plateaux de télévision. (Photo : Marie Etchegoyen)

Les tous premiers souvenir culinaires de Kelly Rangama remontent à son enfance, au cours de laquelle son papa, "cuisinier de cœur et non de métier" comme elle l'indique, concoctait de bons petits plats pour sa famille. Il lui aurait ainsi transmis sa passion. "On faisait toutes sortes de plats, pas uniquement créoles, mais aussi indiens, chinois… vraiment de tout", se remémore-t-elle.

- Des études avortées dans la communication -

Bien que passionnée de gastronomie, Kelly Rangama ne s'oriente pas dans des études de cuisine une fois son bac littéraire en poche. Alors qu'elle habite à Sainte-Marie à l'époque, elle s'envole à la Métropole pour y suivre un BTS en communication. "Je me suis lancée dans une première année de BTS Com' mais je me suis vite rendue compte que cela ne me plaisait pas. Je n'étais pas intéressée et je ne m'y sentais pas bien. J'ai tout arrêté au bout de six mois et je suis rentrée à La Réunion", confesse-t-elle.

Pendant un an, elle se plonge alors dans l'univers culinaire en suivant notamment les différentes émissions de cuisine diffusées à la télévision, particulièrement populaires à l'époque. Là elle vit un "déclic" et décide alors que lors de son retour à Paris, elle passerait un CAP cuisine. Aussitôt dit, aussitôt fait. Âgée d'une vingtaine d'années, elle s'inscrit à l'école Ferrandi, située à la capitale.

"J'ai choisi Ferrandi car on pouvait l'intégrer avec un simple bac général. Elle proposait une formation accélérée d'un an pour obtenir un CAP. C'était top puisque je me suis retrouvée qu'avec des adultes en reconversion professionnelle." Une fois son diplôme acquis, elle poursuit ses études culinaires pendant deux ans au sein de l'Ecole supérieure de cuisine française (ESCF), toujours à Ferrandi. Là, le niveau requis est plus important et Kelly Rangama y découvre "le monde de la haute gastronomie". Elle y côtoie ainsi meilleurs ouvriers de France et autres chefs étoilés.

- "Des étoiles plein les yeux" -

Passer de la cuisine de son papa à celle d'une école aussi prestigieuse que l'ESCF nécessite à Kelly Rangama de s'investir pleinement dans cette phase d'apprentissage. "Il fallait vraiment savoir utiliser ses dix doigts et tout assimiler très rapidement", se souvient-elle. "La première année n'a pas été facile mais lors des deux suivantes j'avais des étoiles plein les yeux. Je voyais des cols bleu-blanc-rouge et là je commençais à me dire que peut-être un jour je serai comme eux ?.."

Suite à ses trois années de formation, Kelly Rangama entre de plain-pied dans la vie active en franchissant les portes d'établissements étoilés. Elle côtoie ainsi pendant sept années les cuisines du restaurant étoilé L'Arôme dans le 8e arrondissement de Paris puis celles du Saint-James à Bordeaux.

- Premiers pas à la télé -

Il faut ensuite attendre 2017 pour que la France entière découvre les talents de Kelly Rangama. Candidate de l'émission Top Chef, elle participe à la huitième saison du programme. Habituellement derrière les fourneaux, elle se retrouve projetée dès lors devant les caméras. "Je me suis fait castée par les producteurs de l'émission, qui ont observé comment je me tenais face à la caméra et fait passer quelques épreuves. Cuisiner et parler en même temps n'était pas évident au début, mais l'exercice était marrant et si c'était à refaire, je réitérerais l'expérience, cela ne fait aucun doute."

Malheureusement éliminée lors de l'épisode 6 de Top Chef, Kelly Rangama retrouve les écrans quelques mois seulement après cette première expérience télévisuelle. Repérée par France O, elle devient ainsi la présentatrice du programme Voyages & Délices by Chef Kelly, et s'épanouit pleinement dans cette mini-reconversion. "C'était un super challenge et ça a bien matché", explique-t-elle. "Je n'étais plus derrière mon piano à cuisiner mais j'ai pu combler ce manque par la découverte de nouveaux territoires. Je suis parti à l'autre bout du monde deux fois en un an et demi, ce qui n'est pas donné à tout le monde !" La nouvelle saison de l'émission sera diffusée début janvier 2021, sur les antennes de France 3.

- Ouverture du "Faham" -

Les projets de la chef ne s'arrête pas là puisque le 1er juin 2019, elle concrétise l'un de ses rêves en ouvrant avec son compagnon, Jérôme Devreese, son propre restaurant à Paris : Le Faham. Le nom de l'établissement se veut être un petit clin d'œil à ses origines puisqu'il fait référence à une Orchidée des Mascareignes. Saveurs péi, mais aussi antillaises, sont ainsi présentes au menu. "Ce restaurant symbolise notre parcours avec mon conjoint : La Réunion qui rencontre les Antilles, où il a vécu. On a voulu garder les bases de la cuisine française en y mariant des produits ultra-marins", détaille la chef.

La devanture de son restaurant "Le Faham" (Photo : Facebook/Le Faham Restaurant) :

La clientèle métropolitaine de l'établissement peut ainsi découvrir dans son assiette l'union parfaite entre produits de terroir et ingrédients exotiques. Kelly Rangama insiste dès lors sur le fait que la cuisine péi ne se résume pas à "manger épicé et pimenté". Géranium rosat, vanille Bourbon, massalé et autres spécificités péi font partie intégrante de recettes surprenantes pour les papilles.

- Une étoile au guide Michelin -

Ce mélange de cultures culinaires n'est pas seulement apprécié des clients puisque quelques mois seulement après l'ouverture du restaurant, Kelly Rangama décroche en janvier 2020 une étoile au guide Michelin et devient alors la première chef étoilée réunionnaise de l'histoire. Cette consécration l'emplit d'une "grande fierté" et se veut "une belle récompense" pour elle. "Pour nous cailloux c'est une preuve de réussite. Cela prouve que tout est possible et qu'il faut croire en ses rêves."

Assumant son rôle "d'ambassadrice de la gastronomie réunionnaise", Kelly Rangama milite pour que celle-ci ne soit pas limitée au fameux rougail-saucisse mais enveloppe toute une culture. Défendre l'ensemble des valeurs réunionnaises lui tient à cœur et pour cela elle compte mettre en lumière à travers les produits péi qu'elle utilise le savoir-faire et la passion des artisans de l'île.

Désormais étoilée et ce pour son plus grand bonheur, Kelly Rangama est néanmoins consciente qu'elle ne va pas pouvoir se reposer sur ses lauriers. "L'obtenir c'est une chose, la conserver c'en est une autre", prévient-elle. "Notre but est que l'étoile reste accrochée un bon petit bout de temps à notre façade…"

Malmenée par les mesures que lui impose la crise sanitaire, à l'instar de ses collègues restaurateurs, la chef étoilée a adapté son offre en proposant de la vente à emporter. Malgré cette entrave qui plane depuis plusieurs mois sur sa profession, elle revendique le fait qu'elle n'a pas à se plaindre, soulignant par ailleurs le quotidien compliqué des professionnels de santé, notamment dans les hôpitaux.

vl/www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

4 Commentaire(s)

John, Posté
C'est super!
Bibione, Posté
On a besoin de personnes comme elle pour mettre La Réunion en l'AIR. Un gros bravo à elle, à sa famille et à toutes celles et tous ceux qui lui ont permis d'aller jusqu'au bout d'un de ses rêves !!!
Kemo, Posté
Bravo a vous, vous faites la fierte de la reunion
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Félicitations !