Simultanéité des départementales et des régionales 2021 :

Deux scrutins pour le prix d'un ou la nécessité de cohérence politique


Publié / Actualisé
Contrairement à 2015 où les départementales et les régionales avaient eu lieu à deux périodes différentes, respectivement en mars et en décembre, le gouvernement devrait revenir, en 2021, à une logique plus orthodoxe, celle de la concomitance des élections. Même si la date de ces élections n'est pas encore tranchée (mars ou juin 2021), cette simultanéité - qui s'est déjà produite en 1992, 1998, 2004 et 2010 -, aura des conséquences pour les candidats et les appareils politiques. Ils devront nécessairement faire preuve de cohérence stratégique dans le cadre des deux scrutins (Photo rb/www.ipreunion.com)
Contrairement à 2015 où les départementales et les régionales avaient eu lieu à deux périodes différentes, respectivement en mars et en décembre, le gouvernement devrait revenir, en 2021, à une logique plus orthodoxe, celle de la concomitance des élections. Même si la date de ces élections n'est pas encore tranchée (mars ou juin 2021), cette simultanéité - qui s'est déjà produite en 1992, 1998, 2004 et 2010 -, aura des conséquences pour les candidats et les appareils politiques. Ils devront nécessairement faire preuve de cohérence stratégique dans le cadre des deux scrutins (Photo rb/www.ipreunion.com)

Qui dit élections dit alliances et stratégies. On ne le sait que trop bien, ces dernières peuvent évoluer de façon radicale en quelques mois d’intervalle, les réalités d’hier n’étant jamais celles d’aujourd’hui en politique.

Les élections municipales peu communes qui se sont déroulées cette année en sont une belle illustration. En effet, si le scrutin n’avait pas été perturbé par la crise Covid-19 et si le second tour avait été maintenu en mars, il est quasiment certain que les forces en présence auraient été bien différentes, certaines alliances (parfois contre nature) n’auraient clairement pas pu se faire, et certaines victoires ou défaites n’auraient peut-être pas eu lieu.

On a aussi pu constater cette versatilité politique en 2015, alors que les élections départementales et les élections régionales avaient lieu avec 9 mois de décalage (mars pour les départementales et décembre pour les régionales).

A l’issue du scrutin des départementales, on voyait Nassimah Dindar brillamment réélue à la présidence du Département grâce au soutien de l’union de la droite (animée en lien avec Didier Robert et Michel Fontaine) ainsi que des voix des élus du Tampon, proches d’André Thien-Ah-Koon et de Saint-Leu, proches, à l’époque, de Thierry Robert.

En décembre 2015, on voyait cette même plateforme de la droite qui a porté Nassimah Dindar à la présidence du Département soutenir Didier Robert dans le cadre des régionales. C’est logique. Mais en face, on retrouvait Thierry Robert quant à lui soutenu par André-Thien-Ah-Koon. Ce même Thierry Robert, dont les conseillers départementaux siégeaient avec la droite au Palais de Source, avait ensuite rejoint Huguette Bello au second tour des régionales. Deux scrutins, deux logiques différentes, pour quelques mois d’intervalle.

Si les deux scrutins avaient eu lieu en même temps, il est fort à parier que les stratégies et les alliances auraient été différentes, les appareils politiques ayant l’obligation de faire preuve de cohérence s’ils veulent être crédibles aux yeux de la population et, surtout, des électeurs.

C’est d’ailleurs cette nécessité de cohérence dont devront faire preuve nos futures conseillers régionaux et départementaux. Il sera en effet difficile de justifier un positionnement politique pour les départementales et de soutenir un candidat radicalement différent aux régionales, ou inversement. D’où la nécessité de créer les bases d’une alliance solide qui dépasse le simple cadre d’un seul scrutin.

Afin que le projet et l’engagement politique soient crédibles, les futurs candidats doivent l’inscrire dans une vision globale, à la fois régionale et départementale, d’où la difficulté de voir l’émergence de certains candidats qui, pour l’heure, s’attardent à peaufiner leur stratégie et à désigner les différents champions qui représenteront leur camp lors des différents scrutins.

Mais, à n’en pas douter, les régionales et départementales 2021 risquent de réserver malgré tout quelques surprises. Nos chers candidats ont déjà habitué la population à des alliances totalement contre-nature. Pas étonnant que l’électeur y perde son bulletin...

www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Les fourberies de Scapin, Posté
Fé out assemblée plénière Monsieur robert , en visioconférence c'est montrer votre faiblesse. Ou la peur autant monsieur Annette- Madame bello- et monsieur Hoarau! Grand causeur, grand promeneur, petit faiseur
Geenec, Posté
Surtout ne pas décaler les dates de scrutin et une assemblée unique pour finir avec le gaspillage des deux assemblées
Cli mène, Posté
Imazpress dit à macronQu'une collectivité fait des vidéoconférences pour boycotter l'opposition, alors qu'il fait de grandes conférences dans cet hémicycle, au moca dont nous possédons les photos. On vous les fait parvenir de suite.... c'est sa stratégie jusqu'à juin 2021 pour faire passer ses dossiers en douce et sans secousse. Virer ça dont
Jean Philippe Desby (NSR), Posté
Et moi, qu'est-ce que j'en pense? On a vu ce que cela a donné comme résultat la départementalisation le 19 mars 1946, suivie de la régionalisation (La Reunion n'y avait pas spécifiquement Å"uvré pour! Merci Henri, Gaston, Pierre et tonton Mitterrand), estampillée RUP depuis Maastricht (le 25 septembre)...La Réunion, pour une bonne fois pour toutes, ne connaîtrait la cohérence seulement que SSI elle se dote d'une assemblée locale (dans la RF), comme c'est le cas pour la Corse depuis 1982 (statut spécial), La Martinique (1er janvier 2016) est devenue une CU : Collectivité Unique ! idem La Guyane : pays continental de l'Amérique du Sud (et non pas "lorsque la délégation aura atterri sur l'île..." parole de Jean l'actuel Pm de la République française !Actuellement, ce n'est que gaspillage, tergiversations, atermoiements, la concurrence inutile, le leader ship ridicule, la non satisfaction de nos vrais besoins.Je vous rappelle quand même que nous détenons un triste record de chÃ'mage et de pauvreté ! (les 24 communes directement concernées, même s'il y des riches à la Possession, Étang-Salé, Saint-Gilles, etc.).Gagner (honnêtement et loyalement) de l'argent n'est pas un problème, le souci ici c'est la très mauvaise répartition des richesses !La Réunion est sans doute un des départements les plus inégalitaires de France : donc de l'UE sans le so British de la Dame de Fer décoiffée un jour par l'IRA...
John, Posté
VIVE L'INDÉPENDANCE ET LA LIBERTÉ DE L'ÎLE DE LA RÉUNION DES CHAÎNES DE LA FRANCE
Zan renette, Posté
Ce sera tout sauf ce monsieur bat karé qui a peur d'affronter des élus de l'opposition dans l'hémicycle du peuple! Ce monsieur fuit car il sait qu'il n'aime pas cette opposition qui lui dit ses vérités. Ne dit on pas au plus haut niveau que tout va être fait pour l'isoler et le décaler??????
Électeur, depuis son mobile, Posté
l impérieuse nécessité de fusionner département et région en une assemblée unique du courage messieurs nos élus et Mr ratenon qu est ce qu'il attend pour s emparer de ce problème au lieu de fanfaronner sur des sujets qui n ont pas lieu d être