Consommation :

Bouclier qualité-prix : l'OPMR apporte ses préconisations


Publié / Actualisé
Alors que l'année 2021 approche, l'Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) rend public son avis sur le Bouclier qualité-prix (BQP) 2021 adopté en assemblée plénière du 18 décembre 2020. Il préconise notamment l'augmentation du nombre de produits sur la liste, la création d'un panier péi, ou encore d'écarter les produits alimentaires les plus nocifs pour la santé. Nous publions le communiqué complet ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que l'année 2021 approche, l'Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) rend public son avis sur le Bouclier qualité-prix (BQP) 2021 adopté en assemblée plénière du 18 décembre 2020. Il préconise notamment l'augmentation du nombre de produits sur la liste, la création d'un panier péi, ou encore d'écarter les produits alimentaires les plus nocifs pour la santé. Nous publions le communiqué complet ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

En application de l’article 1er du décret du 26 décembre 2012 relatif aux accords annuels de modération des prix des produits de grande consommation, l’Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) rend public son avis sur le Bouclier qualité-prix (BQP) 2021 adopté en assemblée plénière du 18 décembre 2020.

Dans la suite logique de ses deux derniers avis appelant à une refonte du BQP associant largement la population réunionnaise, l’OPMR préconise :

• d’augmenter le nombre de produits de la liste de 109 à  250 ;

• de distinguer cinq sous-paniers, chacun plafonné par un prix maximal, avec un premier sous-panier composé des produits de première nécessité, complété par quatre autres sous-paniers comprenant respectivement des produits alimentaires, produits d’entretien ménager, produits d’hygiène corporelle, produits infantiles ;

• de renforcer la visibilité des produits locaux en mettant en place un panier péi composé des fruits et légumes de saison et de poissons frais parmi les plus consommés ;

• d’intégrer une sélection de produits permettant de lutter efficacement contre ces deux épidémies.

• de solliciter l’avis d’un panel de nutritionnistes afin d’écarter les produits alimentaires les plus nocifs pour la santé ;

• d’être associé aux négociations conduites par le préfet avec les acteurs de la grande distribution  ;

• d’élargir la participation aux magasins de moins de 950 mètres carrés de surface en créant des listes comportant un nombre de produits adapté. L’objectif recherché est de permettre à l’ensemble de la population, y compris celles des écarts, de trouver des produits du BQP à proximité ;

• d’organiser une grande campagne de lancement pour en informer les consommateurs ;

• de faire bénéficier les produits de la liste BQP d'efforts équivalents de mise en valeur de la part des acteurs de la grande distribution que les produits faisant l'objet de promotion tant en termes de positionnement dans les rayons que d'affichage publicitaire ;

• de réaliser un bilan intermédiaire du nouveau dispositif afin d’envisager les mesures correctrices à prendre pour améliorer le dispositif sans attendre la fin de l’année ;

• de doter le pôle C de la DIECCTE des moyens nécessaires pour assurer l’ensemble des contrôles liés à la mise en œuvre du dispositif du BQP.

En complément, l'OPMR demande la mise en place d’un groupe de travail pour réfléchir à la création dès l’année prochaine d’un dispositif consistant à ponctionner une part du montant de ces aides adressées directement aux entreprises, sans garantie qu’elles bénéficient in fine au consommateur final, pour contribuer directement à l’effort de réduction des prix en complément de celui consenti par les fournisseurs et distributeurs de la filière sur certains produits du BQP.

Cette participation de l’Etat pourrait ainsi permettre à la fois :

• d’intégrer au BQP des produits de première nécessité et/ou parmi les plus vendus jusque-là écartés en raison de l’incapacité affichée par les acteurs à baisser leur prix sans fragiliser leur modèle économique ;

• de réduire le prix de certains produits de même nature déjà inclus dans le BQP par la participation de l’État venant abonder celle des acteurs économiques, sans incidence sur les marges de ces derniers.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !