Des anecdotes péi partagées sur Facebook par un passionné d'histoire :

Florent Turpin veut rendre la culture réunionnaise "accessible à tous"


Publié / Actualisé
Il a 26 ans, il vit au Tampon et il est passionné d'histoire : Florent Turpin est l'auteur de la page Facebook "Culture réunionnaise pour tous". Créée en septembre 2019, elle compte plus de 14.000 abonné.e.s, toutes et tous avides des anecdotes de Florent sur l'histoire de La Réunion. Une belle pépite, ponctuée de photographies en noir et blanc, d'anciennes gravures, mais aussi de présentations des plantes de l'île. (Photo : Facebook Culture réunionnaise pour tous)
Il a 26 ans, il vit au Tampon et il est passionné d'histoire : Florent Turpin est l'auteur de la page Facebook "Culture réunionnaise pour tous". Créée en septembre 2019, elle compte plus de 14.000 abonné.e.s, toutes et tous avides des anecdotes de Florent sur l'histoire de La Réunion. Une belle pépite, ponctuée de photographies en noir et blanc, d'anciennes gravures, mais aussi de présentations des plantes de l'île. (Photo : Facebook Culture réunionnaise pour tous)

"Culture réunionnaise pour tous" : le blog de Florent Turpin n'est pas nommé au hasard. C'est bien l'objectif premier de cet ancien guide péi de 26 ans, passionné par l'histoire de son île. Originaire du Tampon, il a décidé de mettre son métier en pause en 2019 pour se consacrer au récit de cette histoire, dans les écoles, à travers des conférences… et sur sa page Facebook. Celle-ci compte plus de 14.000 abonnés, créoles ou non, et ce qui compte pour Florent Turpin c'est le partage au plus grand nombre, peu importe d'où viennent ses lecteurs.

- Histoire d'anciens -

Cette passion de l'histoire lui vient de ses grand-mères, nous raconte Florent. "Depuis tout petit, j'écoutais leurs histoires. Puis j'ai commencé à me documenter seul, dans les livres, les archives. J'ai fait beaucoup de recherches, j'ai sillonné l'île de part et d'autre…"

Au fil des années, il découvre et redécouvre lui-même l'histoire de son île. "Ce sont souvent des surprises. J'aime les histoires d'antan, de ces femmes qui se sont révoltées et dont on ne parle plus, de tous ceux qui ont fait notre histoire" explique-t-il. Une histoire "magnifique, riche et variée".

Ces histoires plurielles il va souvent les chercher auprès "de nos anciens", dit-il, sa source préférée. "Je me plonge souvent dans les archives départementales, mais j'aime particulièrement parler avec les gens directement, leur poser des questions dans les endroits que je traverse. Ensuite je vérifie les anecdotes qu'ils me racontent bien sûr" raconte Florent, qui retranscrit ensuite ces histoires sur son blog.

- La famille avant tout -

Les recherches de notre passionné d'histoire l'ont aussi conduit à s'intéresser à la généalogie. D'abord celle de sa famille : "j'avais envie de savoir d'où je viens. Quand on sait d'où on vient, on sait mieux où on va. Je vois ça comme une démarche de réparation, de réconciliation avec son passé" philosophe-t-il.

Puis cette quête s'est transformée en passion pour les familles réunionnaises de façon plus générale. Sa page Facebook est d'ailleurs agrémentée de nombreux portraits, accompagnés de belles illustrations.

Une histoire d'amour entre un libre et une affranchie : Didier Fontaine et Ursule Sorres L' histoire de la Réunion s'...

Publiée par Culture Réunionnaise pour Tous sur Jeudi 24 septembre 2020

Sa famille l'a inspiré au point de s'intéresser également à la médecine traditionnelle. "La tisanerie c'est héréditaire, on se transmet cette passion de génération en génération" explique le Tamponnais. "On apprend les propriétés des plantes en se baladant en forêt, qu'est-ce qu'il ne faut pas mélanger, comment faire ses tisanes, etc."

Après les fêtes, quelques excès, il est temps de bien relancer son corps et de démarrer l'année sur des bases saines....

Publiée par Culture Réunionnaise pour Tous sur Vendredi 1 janvier 2021

 

- Aider les Réunionnais à connaître leur passé -

Si le blog de Florent s'adresse à toutes celles et ceux qui s'intéressent de près ou de loin à l'histoire de La Réunion, il est aussi et surtout là pour aider les locaux à connaître leur propre passé. "Je m'en rends compte au fur et à mesure de mes publications : les Réunionnais ne connaissent pas assez leur histoire. Quand j'étais guide, 80% de mes clients étaient des touristes extérieurs. Je me suis dit qu'il fallait aussi changer ça et rendre l'histoire de La Réunion accessible à tout le monde."

Ce qu'il préfère raconter ? Le marronage. "J'en parle beaucoup de façon générale, c'est une mentalité que j'admire, une belle philosophie de vie : ces esclaves ont repris la liberté qu'ils avaient perdue" relate Florent. Une façon aussi de parler des noms de nos montagnes ou de nos cirques aux sonorités malgaches, dont beaucoup ne connaissent pas l'origine.

Adzire, la Marrone de l'ombre En parlant de marronage et notamment des femmes marrones, nous allons insister sur Héva,...

Publiée par Culture Réunionnaise pour Tous sur Mardi 8 décembre 2020

Cette histoire va au-delà hors des frontières de l'île. "Je sais que j'ai des abonnés réunionnais qui vivent au Canada, en Inde, à Madagascar…" Un lectorat à l'image des valeurs que l'auteur veut transmettre. "A La Réunion nous avons tous des origines multiples. Cette page est là pour raconter une histoire qui ne doit pas nous diviser. L'épisode des gilets jaunes a révélé la crise identitaire qui secoue La Réunion. Moi l'histoire que je propose doit parler à tout le monde."

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Fanny, Posté
BonsoirJe vs ai vu à la télé, c est très intéressant de connaître l histoire de notre îleJe souhaiterais savoir si vs avez publié des livres et merci de ns informer qd vs aurez des conférences sur St DenisMerci
Margouilla 33, Posté
Je viens de vous entendre à la tv, et vos recherches mont beuoup interresséarrivée sur l ile il y a un an,à la retraite je suis à la recherche de l histoire de l ile avez vous écrit des livres, ou je pourrais retrouver vos récits en dehors de facebook je vous en remercie cordialement
Cjm, Posté
Bonjour merci pour tout ce travail
7AC, Posté
Pour le Réunionnais, à force de bourrage de crane, pour lui nos ancêtres étaient soit esclaves, soit esclavagistes, c'est aussi binaire que ça.Non, il y a eu aussi des petits blancs pauvres, ou de classe moyenne, qui pour moi étaient les plus nombreux à l'époque, il suffit de voir les vieilles images pour s'en assurer.