Un an après la première :

Le CHU célèbre sa 100ème intervention chirurgicale par "robot assisté"


Publié / Actualisé
La première intervention chirurgicale " robot assistée " réunionnaise s'est déroulée au CHU Félix Guyon le 28 janvier 2020. Jusqu'alors, elle demeurait le seul département français à ne pas en être équipé. Depuis, le centre hospitalier a réalisé près d'une centaine d'opérations. Grâce à ses deux robots chirurgicaux, les opérations peuvent désormais concerner la chirurgie gynécologique, urologique, pédiatrique ou encore digestive. Nous publions ci-dessous le communiqué du CHU (Photo : CHU de La Réunion)
La première intervention chirurgicale " robot assistée " réunionnaise s'est déroulée au CHU Félix Guyon le 28 janvier 2020. Jusqu'alors, elle demeurait le seul département français à ne pas en être équipé. Depuis, le centre hospitalier a réalisé près d'une centaine d'opérations. Grâce à ses deux robots chirurgicaux, les opérations peuvent désormais concerner la chirurgie gynécologique, urologique, pédiatrique ou encore digestive. Nous publions ci-dessous le communiqué du CHU (Photo : CHU de La Réunion)

"En se dotant de deux robots chirurgicaux, le CHU de la Réunion s’est engagé dans une véritable démarche d'innovation technologique : La Réunion, qui était le seul département français à ne pas être équipé, peut aujourd’hui offrir à la population des interventions " robots assistées " qui apportent aux gestes des chirurgiens une précision inégalée.

- Le contexte -

Courant 2018, le CHU de La Réunion a décidé de se lancer dans ce projet porteur d’innovation pour mettre cette technique au service de ses patients, en faisant l’acquisition – avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Réunion – de deux robots chirurgicaux pour ses deux sites principaux. Commandés en août 2019, les deux robots ont été livrés fin septembre 2019 à La Réunion et ont été installés dans des blocs dédiés. Les équipes du CHU ont travaillé plus d’un an sur ce projet médical majeur, en transversalité sur les deux sites du CHU.

Une fois les équipes médicales et soignantes formées à cette technique, les premières interventions ont démarrées fin janvier 2020. Facteur d’attractivité majeur pour les chirurgiens, aujourd’hui presque tous sont familiers de la technique robotique. Ce type d’équipement permet également de répondre aux missions d’enseignement d’un CHU. Les indications à la chirurgie robotique ne cessent de se développer

Les actes éligibles à cette chirurgie concernent de nombreuses spécialités : la chirurgie gynécologique, la chirurgie urologique, y compris pédiatrique, la chirurgie digestive, la chirurgie thoracique, l’ORL, et les indications ne cessent de s’étendre. " En améliorant les techniques opératoires, et en réduisant les éventuelles complications post-opératoires, la chirurgie robotique s’ouvre également à des prises en charge ambulatoires, permettant au patient de passer moins de temps à l’hôpital et de rentrer plus rapidement chez lui ", souligne Sabrina Wadel, secrétaire générale du CHU de La Réunion.

- De nombreux bénéfices -

Pour les patients, les bénéfices sont nombreux et ont été documentés : " De meilleurs résultats pour les interventions carcinologiques, des améliorations d’un point de vue fonctionnel comme sur l’incontinence ou la préservation des fonctions érectiles en urologie, des possibilités d’interventions variées en gynécologie, et même en chirurgie de l'obésité ", précise le Pr Malik Boukerrou, responsable médical du projet Robot pour le CHU sites Sud.

Là où on ouvrait avant une partie du corps pour atteindre une tumeur, le robot permet des actes moins lourds. " Les techniques sont moins invasives, d’une extrême précision. Les effets sont directs sur la taille des cicatrices, et donc sur les douleurs, la reprise d'activité, cela contribue au virage ambulatoire ". Les robots chirurgicaux vont encore plus loin, en guidant le geste du chirurgien avec une précision extrême et en lui offrant une vision en haute définition de la partie du corps opérée.

" Le robot peut travailler à l’intérieur du corps avec la précision d’une main humaine. Le chirurgien qui guide ses trois bras à l’aide d’une console à une position très ergonomique, son geste est beaucoup plus sûr grâce à la qualité des images envoyées par la caméra dans ses lunettes 3D. Le bénéfice pour le patient est important : moins de saignements, moins de risque de toucher des nerfs périphériques, interventions plus rapides donc anesthésies moins lourdes, réduction des risques infectieux, des douleurs post-opératoires et permettent des durées d’hospitalisation raccourcies ", complète le Dr Jean-Luc Michel, Responsable médical du projet robot pour le site Nord.

Les robots offrent davantage de dextérité, précision et de contrôle aux chirurgiens lors des interventions. Au final, c’est toujours le chirurgien qui opère. Les robots sont des instruments complémentaires qui permettent d'améliorer les interventions chirurgicales avec une précision inégalée.

La première intervention s’est déroulée au CHU Félix Guyon le 28 janvier 2020. Ce type d’interventions chirurgicales " robot assistées " se développe dans le monde depuis le début des années 2000. Une centaine d’établissements sont équipés en France. Le plan de formation des chirurgiens et des équipes paramédicales du CHU était ambitieux, et s’est déroulé sur plusieurs semaines : les chirurgiens qui pratiquent ces interventions ont bénéficié d’une formation initiale sur simulateur puis dans des centres dédiés en métropole.

- De meilleurs résultats globaux  -

Sept chirurgiens du CHU Félix Guyon ont reçus cette formation complète et effectuent les interventions en chirurgie gynécologique, chirurgie digestive, chirurgie urologique, et chirurgie infantile. La 100ème intervention chirurgicale " robot assistée " s’est déroulée sur le site Nord le 18 janvier 2021. Parmi les 100 patients opérés, il y a eu une dizaine d’enfants. Les patients opérés été âgés de 3 ans à 85 ans avec un âge moyen de 47 ans. Les organes opérés étaient plus fréquemment l’utérus, le colon, les reins, la prostate et l’estomac avec une durée moyenne d’intervention de 3 heures 30.

Dans les trois quart des cas, il s’agissait de tumeur. La durée moyenne d’hospitalisation était de trois jours. Les résultats globaux semblent meilleurs qu’avec les autres techniques chirurgicales. Les interventions ont pu se dérouler grâce au concours technique de tout le personnel du bloc opératoire et notamment des infirmières de bloc opératoire (IBODE) spécialement formées pour manipuler le robot, assister les chirurgiens, et gérer l’instrumentation spécifique.

L’objectif d’activité pour une première année de chirurgie robotique est atteint, malgré les conditions difficiles liées à la crise Covid-19 et notamment au confinement, qui a provoqué une fermeture partielle du bloc opératoire pendant 2 mois et qui a perturbé la maintenance et l’approvisionnement en matériel.
Au courant de l’année 2021, de nouveaux chirurgiens vont être formés permettant ainsi de réaliser d’élargir les spécialités éligibles aux interventions par robot, dont des interventions en ORL et en chirurgie pulmonaire. L’ensemble des interventions devraient dépasser les 200 en 2021.

Cette technique permet au CHU de la Réunion, établissement de recours régional " Réunion-Mayotte ", de participer à l’innovation technique et technologique, et de concourir très directement à l’amélioration de l’offre de soins, au même niveau que les CHU métropolitains."
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !