[LIVE] Travail sur le séquençage du génome :

Covid-19 : dans les coulisses du laboratoire qui étudie le variant sud-africain


Publié / Actualisé
Avec quatre cas issus du variant sud-africain à La Réunion, les scientifiques de l'île sont à l'oeuvre pour identifier la souche en question le plus rapidement possible. Les autorités sanitaires visitent ce vendredi 22 janvier 2021 le laboratoire travaillant sur le séquençage du génome du variant 501.V2 du coronavirus. Depuis le 18 janvier, l'unité mixte de recherche "processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT)", basée au Cyclotron Réunion Océan Indien (Cyroi) de Saint-Denis, travaille activement sur le séquençage du génome. Suivez notre live dans les coulisses du labo
Avec quatre cas issus du variant sud-africain à La Réunion, les scientifiques de l'île sont à l'oeuvre pour identifier la souche en question le plus rapidement possible. Les autorités sanitaires visitent ce vendredi 22 janvier 2021 le laboratoire travaillant sur le séquençage du génome du variant 501.V2 du coronavirus. Depuis le 18 janvier, l'unité mixte de recherche "processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT)", basée au Cyclotron Réunion Océan Indien (Cyroi) de Saint-Denis, travaille activement sur le séquençage du génome. Suivez notre live dans les coulisses du labo

Notre journaliste est en live pour vous faire visiter le laboratoire, regardez :

Le préfet fait le point sur cette visite, regardez :

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi

  • IPR

    • Le post-doctorant David Wilkinson détaille les étapes du séquençage :

  • IPR

    Les motifs impérieux entre la Métropole et La Réunion pourraient être rétablis en milieu de semaine prochaine

    La préfecture et l'ARS sont en cours de discussion pour déterminer s'il est nécessaire  de rétablir les motifs impérieux, les variants sud-africains et britanniques circulant actuellement dans l'Hexagone.

  • IPR

    "Il y a six personnes en réanimation, la situation reste stable" annonce le docteur François Chièze

    Le directeur de la veille sanitaire de l'ARS se veut rassurant. "Nous sommes dans une situation anticipée dans l'éventualité d'une montée en puissance du nombre d'hospitalisations" précise-t-il

  • IPR

    "Il n'y aura pas de couvre-feu ou de confinement pour l'instant, mais il faut être vigilant" confirme le préfet

    Le député Philippe Naillet l'avait annoncé hier, le préfet le confirme aujourd'hui. Il confie cependant qu'il y a "un frémissement des chiffres", et qu'il faut donc rester vigilant face au virus

  • IPR

    Le directeur du Cyroi présente son équipe et le laboratoire. Regardez

     

  • IPR

    Le préfet s'exprime avant de commencer la visite. Regardez

     

  • IPR

    Des séquençages sont actuellement en cours dont nous attendons les résultats

    "L'apparition de ces variants nous amène à prendre en compte les risques induits par ces derniers, et notamment les risques de diffusion forts. La capacité de séquençage est donc importante, sachant que nous n'avons pas encore la capacité de repérer l'anomalie lors du test PCR contrairement au variant anglais" explique le préfet.


     

  • IPR

    "Toutes les 48h on est capables de sélectionner 23 échantillons et on fera sans doute un peu plus prochainement" détaille le docteur Christian Mériau, directeur du CYROI

  • IPR

    La visite débute par un discours du préfet

    "C'est une visite importante, je voulais tout autant vous féliciter et vous remercier pour votre vitesse de travail sur le séquençage du variant sud-africain" déclare le préfet Jacques Billant à Christian Mériau, directeur du CYROI et du docteur Patrick Mavingui directeur de l’UMR-PIMIT

  • IPR

    Bonjour, bonjour

    Dès ce matin , Imaz Press vous a proposé une rencontre avec ledocteur Patrick Mavingui, qui dirige le laboratoire chargé par les autorités de santé de séquencer les génomes du virus à La Réunion. Grâce à lui, le séquençage du génome du 501Y.V2 n'a désormais plus de secrets pour vous.

    Nous prolongeons ces explications en cette fin de matinée avec une visite des lieux de séquençage.

    Restez avec nous, nous sommes en direct

A propos

Séquençage du génome du variant sud-africain : la visite du laboratoire

- Quatre cas du variant sud-africain à La Réunion -

Alors que quatre cas au variant sud-africain de la Covid-19 ont été recensés à La Réunion, les analyses vont bon train à La Réunion. Les données sont analysées sur l'île depuis le 18 janvier dans l’Unité mixte de recherche "processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT)", basée au Cyclotron Réunion Océan Indien (Cyroi) de Saint-Denis, collabore avec l'Université de La Réunion, l'Inserm, le CNRS et l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Objectif : séquencer le génome du variant sud-africain.

Retrouvez de suite notre interview avec le directeur de recherche au CNRS, le docteur Patrick Mavingui dirige également le laboratoire Pimit, dont la spécialité est d'étudier les maladies infectieuses sur ce lien.

- Objectif séquençage -

Le séquençage résulte de plusieurs technologies permettant dans un premier temps le mélange de solutions, qui se fixent sur les bases AGCU de l'ARN du génome. Des appareils parcourent ensuite, grâce à une enzyme sachant lire les bases, l'ensemble de la chaîne, base par base. Ce signal de bases est alors transmis à un ordinateur qui va lire la correspondance de chacune d'entre-elles. Une fois l'ensemble du génome obtenu, il doit être comparé avec tous les génomes déjà séquencés à travers le monde (près de 400.000), rassemblés dans une base de données constituée par les scientifiques.

- Une trentaine de nouveaux cas possibles -

Si le nombre de cas positifs au variant venait à augmenter drastiquement, l'équipe du docteur Mavingui pourrai s'appuyer sur une nouvelle machine, censée arriver le 25 janvier sur l'île en provenance d'Oxford, en Angleterre. La capacité de traitement du laboratoire passera ainsi à 300 analyses par semaine.

Aujourd'hui, le taux de positivité au variant est de 1% à La Réunion. 2.400 à 3.000 personnes seraient en outre concernées par un séjour récent dans l'une des zones à risques. D'après ces données, Patrick Mavingui déduit "qu'une trentaine" de nouveaux cas positifs au variant sud-africain pourraient être recensés dans les jours à venir sur l'île.

   

1 Commentaire(s)

Pendant ce temps, Posté
Pendant ce temps l'aéroport reste ouvert et le variant sud africain commence à circuler.Plus tard on parlera de cas autochtones ?