Prévisions de Météo France :

Moins de tempêtes et de cyclones pour la suite de la saison cyclonique


Publié / Actualisé
Météo France établit un bilan de la première partie de la saison cyclonique et présente les tendances pour la seconde partie. Jusqu'ici, l'activité s'est montrée soutenue, avec des genèses à l'est du bassin des Mascareignes, "des intensifications laborieuses et des trajectoires zonales" qui ont marqué la première partie de saison. On dénombre six phénomènes baptisés dont deux (Alicia et Eloïse) ont atteint le stade de cyclone tropical. Pour la seconde partie, on s'attend à "des genèses possibles sur l'ouest du bassin et des trajectoires un peu plus variées". Météo France invite les Réunionnais à rester prudents face au risque cyclonique. Nous publions leur communiqué ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Météo France établit un bilan de la première partie de la saison cyclonique et présente les tendances pour la seconde partie. Jusqu'ici, l'activité s'est montrée soutenue, avec des genèses à l'est du bassin des Mascareignes, "des intensifications laborieuses et des trajectoires zonales" qui ont marqué la première partie de saison. On dénombre six phénomènes baptisés dont deux (Alicia et Eloïse) ont atteint le stade de cyclone tropical. Pour la seconde partie, on s'attend à "des genèses possibles sur l'ouest du bassin et des trajectoires un peu plus variées". Météo France invite les Réunionnais à rester prudents face au risque cyclonique. Nous publions leur communiqué ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

La saison cyclonique 2020-2021 a commencé dans les temps avec la formation le 13 novembre de la tempête tropicale ALICIA. L’activité perturbée a ensuite été relativement soutenue, notamment sur la période entre fin décembre et fin janvier où les suivis de CHALANE, DANILO, ELOISE et JOSHUA se sont enchaînés. A ce jour, 9 phénomènes cycloniques ont été suivis par le CMRS cyclone de La Réunion (système n°09 présent sur le bassin au moment de la rédaction).

Six phénomènes ont au moins atteint le stade de tempête tropicale et parmi eux, 2 se sont hissés jusqu’au stade de cyclone tropical (ALICIA et ELOISE). Contrairement à l’année dernière, les genèses ont cette fois-ci été majoritairement localisées sur l’Est du bassin, à l’Est de 70°E. Elles ont souvent été laborieuses, au sein d’un environnement modérément favorable à l’intensification des systèmes tropicaux (cisaillement de vent de secteur Est plus fort que la normale et abondance d’air sec d’origine subtropicale).

Les trajectoires ont été majoritairement axées d’Est en Ouest (zonales) sans aucune évacuation vers le domaine extratropical. Les deux seuls systèmes formés à l’Ouest de 65°E ont ainsi impacté les terres habitées, à savoir Madagascar mais surtout le Mozambique, où la région de Beira a été touchée à deux reprises : par CHALANE (le 30 décembre, au stade de forte tempête tropicale), puis par ELOISE (le 23 janvier, au stade de cyclone tropical), qui est à ce jour le système qui a causé le plus de dégâts et de pertes en vies humaines de la saison. Ces deux systèmes ont aussi emmené de fortes pluies sur plusieurs pays de l’Afrique australe dans leurs parcours vers l’Ouest. Le tourbillon résiduel de CHALANE réussira même à traverser entièrement toute la partie Sud du continent africain pour se dissiper sur les eaux froides de l’Atlantique Sud (une première depuis l’ère satellitaire!).

Pour la seconde partie de la saison, les conditions de grande échelle vont continuer d’être pilotées par l’épisode La Niña en cours. Dans l’océan Indien, les eaux de surface vont demeurer anormalement froides dans le domaine subtropical. Dans ce contexte, on s’attend à une seconde partie de saison moins active que la première, avec 3 à 5 phénomènes cycloniques (tempêtes ou cyclones) supplémentaires, soit 9 à 11 systèmes au total (normale à 10). Le nombre de cyclones devrait être moins important qu’initialement prévu : on anticipe 1 à 3 cyclones supplémentaires, soit un total de 3 à 5 (normale à 5). Les autres caractéristiques envisagées sont :

- des cyclogenèses moins cantonnées sur l’Est du bassin. Durant le mois de février notamment, l’activité pourrait se développer prioritairement à l’Ouest de 70°E (en incluant des genèses possibles sur le Canal du Mozambique). En fin de saison (mars / avril), c’est à nouveau la zone la plus à l’Est du bassin qui devrait être favorisée.

- les trajectoires devraient rester majoritairement orientées vers l’Ouest, mais on devrait toutefois observer plus de variété dans le type de trajectoires, notamment durant le mois de février. On ne peut ainsi exclure des trajectoires plus méridiennes.

Alors que nous abordons la seconde partie de la saison, aucun des éléments évoqués ci-dessus ne plaide pour un risque atténué pour les terres habitées de la zone. Des genèses dans le Canal du Mozambique peuvent notamment impacter à la fois le Mozambique, comme la côte Ouest de Madagascar. Il convient donc de maintenir la mobilisation face au risque cyclonique.

Attention : Nous rappelons qu’il s’agit de tendances générales de l’activité cyclonique attendue sur plusieurs mois. Celles-ci ne doivent surtout pas appeler à une baisse de la vigilance face au risque cyclonique. Il suffit d’un seul système pour occasionner un impact majeur sur une zone donnée.

   

2 Commentaire(s)

Rend l'argent, Posté
En avril, une tempête est prévue.
Ouaaaah ce n'est pas ce qu'il disait fin novembre, Posté
Enfin comme d habitude la météo fait la boue avant la pluie