[LIVE] Affaire supposée de corruption au Port :

Olivier Hoarau et les trois autres mis en cause sont toujours en garde à vue


Publié / Actualisé
Le maire du Port Olivier Hoarau et trois des quatre autres mis en cause dans l'affaire supposée de corruption ont passé la nuit du mardi 2 février au mercredi 3 février 2021 en garde à vue au commissariat Malartic de Saint-Denis. Les faits présumés qui leur sont reprochés portent sur des dysfonctionnements financiers qui auraient eu lieu lors de la mise en place de l'extension du centre commercial Cap Sacré-Coeur. L'édile Portois, son directeur de cabinet, Bernard Payet, son ancien premier adjoint et actuel conseiller municipal Fayzal Ahmed Vali, un représentant de la société Casino et la compagne de Fayzal Ahmed Vali, libérée lundi soir, ont été interpellés à leur domicile à 6h ce mardi 2 février. Un fait suffisamment rare pour être souligné. Selon l'avocat de Fayzal Ahmed Vali, maître Yannick Mardenalom, une confrontation est possible ce mercredi. C'est encore une longue journée d'auditions qui s'annonce, ajoute-t-il. L'avocat d'Olivier Hoarau pour sa part, maître Normane Omarjee, a souligné la "violence, légitime, de l'Etat quand on vient au saut du lit récupérer un individu", il met aussi en avant "la difficulté à préserver sa dignité" pour son client. (Photos rb/www.ipreunion.com)
Le maire du Port Olivier Hoarau et trois des quatre autres mis en cause dans l'affaire supposée de corruption ont passé la nuit du mardi 2 février au mercredi 3 février 2021 en garde à vue au commissariat Malartic de Saint-Denis. Les faits présumés qui leur sont reprochés portent sur des dysfonctionnements financiers qui auraient eu lieu lors de la mise en place de l'extension du centre commercial Cap Sacré-Coeur. L'édile Portois, son directeur de cabinet, Bernard Payet, son ancien premier adjoint et actuel conseiller municipal Fayzal Ahmed Vali, un représentant de la société Casino et la compagne de Fayzal Ahmed Vali, libérée lundi soir, ont été interpellés à leur domicile à 6h ce mardi 2 février. Un fait suffisamment rare pour être souligné. Selon l'avocat de Fayzal Ahmed Vali, maître Yannick Mardenalom, une confrontation est possible ce mercredi. C'est encore une longue journée d'auditions qui s'annonce, ajoute-t-il. L'avocat d'Olivier Hoarau pour sa part, maître Normane Omarjee, a souligné la "violence, légitime, de l'Etat quand on vient au saut du lit récupérer un individu", il met aussi en avant "la difficulté à préserver sa dignité" pour son client. (Photos rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

    A demain et bonne soirée

  • IPR

    Deuxième nuit en garde à vue

    Olivier Hoarau et les autres mis en cause vont passer une deuxième nuit en garde à vue.

    Ils sont déférés demain matin, dès 6h, pour présentation au parquet.

  • IPR

    Une confrontation a bien eu lieu

    Maître Yannick Mardenalom avait estimé que des confrontations pourraient être envisagées dans la journée.

    De fait, Fayzal Ahmed Vali a bien été confronté à monsieur Heinz du groupe Casino pendant deux heures ce mercredi.

  • IPR

    Avocat d'Olivier Hoarau : une "difficulté à préserver sa dignité"

    L'avocat du maire du Port Olivier Hoarau, maître Normane Omarjee, indique qu'il n'a "pas de déclaration pour le moment, l'enquête se poursuit. Nous aurons à l'issue des auditions des déclarations à vous faire." Sur une possible confrontation prévue aujourd'hui pour les mis en cause, il précise "je ne peux pas répondre à ce genre de question". Va-t-on alors vers un défèrement ou pas aujourd'hui ? "Le seul qui peut répondre c'est le procureur de Saint-Denis" indique l'avocat.

    Olivier Hoarau avait fait le lien entre l'annonce de sa candidature aux élections régionales et les perquisitions menées contre lui début novembre. A ce sujet, maîtrte Normane Omarjee répond : "je ne veux pas aller sur le terrain politique. Je constate qu'il y a une violence légitime de l'Etat quand on vient au saut du lit récupérer un individu, qu'il soit candidat aux élections régionales, un prévenu ou un citoyen lamba. La justice est la même pour tous. A aucun moment nous ne souhaitons une justice d'exception. Mais je constate avec vous la difficulté à préserver sa dignité, parce que c'est important, et un combat politique qui doit être mené. Voilà où on en est à l'heure où on parle."

    Regardez :

  • IPR

    Une confrontation possible aujourd'hui

    L'avocat de Fayzal Ahmed Vali est sur place.

    Maître Yannick Mardenalom indique en arrivant "je vais lui demander (à son client Fayzal Ahmed Vali, ndlr) s'il a passé une nuit correcte, s'il est prêt pour affronter les auditions. Je pense qu'il est fatigué parce qu'il a des problèmes de santé. Je ne sais pas si on va vers un défèrement aujourd'hui, je ne peux pas vous dire".

    L'avocat ajoute que c'est encore une longue journée d'audition qui s'annonce et que des confrontations pourraient être envisagées. A la question d'une possible mise en détention, l'avocat estime qu'il y a "toujours un risque".

    Regardez :

  • IPR

    Pour rappel :

    - Le maire du Port Olivier Hoarau et trois des quatre autres mis en cause dans l'affaire supposée de corruption ont passé la nuit du mardi 2 février au mercredi 3 février 2021 en garde à vue au commissariat Malartic de Saint-Denis

    - Tous ont été interpellés à leur domicile à 6h hier, un fait suffisamment rare pour être souligné

    - Les faits présumés qui leur sont reprochés portent sur des dysfonctionnements financiers qui auraient eu lieu lors de la mise en place de l'extension du centre commercial Cap Sacré-Coeur

  • IPR

    Bonjour

    Nous ouvrons ce live pour suivre la deuxième journée de garde à vue du maire du Port Olivier Hoarau.

    Restez connectés

A propos

Interpellé au petit matin, une décision rare...

Ce mardi 2 février 2021, à 6h du matin, le maire du Port Olivier Hoarau a été interpellé à son domicile. Emmené au commissariat Malartic à Saint-Denis, il a été entendu par la brigade financière chargée de l'enquête sur les faits présumés de corruption. Il a été placé en garde à vue peu de temps après être arrivé au commissariat.  Fait notable, alors qu’habituellement les personnalités, compte tenu de leur fonction, sont placées dans des salles isolées en attendant d’être entendues, Olivier Hoarau a quant à lui été placé sur le banc des gardes à vue, aux côtés de personnes menottées, dans un lieu de passage du commissariat.

Trois autres personnes ont également été interpellées à leur domicile à 6h, et placées en garde à vue dans la matinée : Bernard Payet, directeur de cabinet, Fayzal Ahmed Vali, son ex premier adjoint et actuel du conseiller municipal, et un cadre d'un groupe commercial Casino.

Ces interpellations à domicile au petit matin, surtout pour un élu de premier plan, sont rares et même sans précédent au cours de la décennie écoulée. Ces dernières années dans toutes les affaires concernant les élus ont été convoqués et non pas interpellés. Tel a notamment été le cas de Didier Robert, qui n'a pas passé un seul instant en garde à vue, de Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie ou encore de Jean-Claude Lacouture, maire d'Etang Salé.

Plus tard dans la journée, on apprendra également que la compagne de Fayzal Ahmed Vali a elle aussi été placée en garde à vue. Celle-ci a été libérée dans la soirée ce mardi 2 février. Les quatre autres mis en cause ont passé la nuit en garde à vue. Les auditions reprennent ce mercredi 3 février. C'est le procureur lui-même qui a signifié la prolongation de garde à vue aux mis en cause.

Selon une source proche du dossier, il paraît probable que la garde à vue des quatre mis en cause soit prolongée jusqu'à jeudi matin, soit le maximum autorisé par la loi, une garde à vue ne pouvant pas excéder 48 heures. A l'issue de cette garde à vue, le parquet prendra la décision soit de remettre en liberté un, plusieurs, ou les quatre mis en cause, soit de les déférer. Si c'est le cas, ils seront présentés au procureur qui peut décider d'ouvrir une information judiciaire. Dans ce cas le ou les mis en cause peuvent être remis en liberté ou bien être placés en détention.

Ce dernier choix relèverait lui aussi d'une décision tout à fait exceptionnelle pour un élu, cela ne s'étant pas vu depuis fort longtemps.

Lire aussi : de répit pour (presque) tous les élus

- Deux affaires liées selon l'accusation -

Les enquêteurs se penchent sur l'affaire de l’extension du centre commercial Cap Sacré-Cœur en 2013-2014. A l'époque, Fayzal Ahmed Vali, alors président de l'association des commerçants du Port, était contre le projet d'extension voulu par la société Casino.

Revirement de situation en 2014, après l'élection d'Olivier Hoarau à la tête de la commune portoise et de Fayzal Ahmed Vali en tant que premier adjoint. Ce dernier passe un accord avec Casino au nom de l'association des commerçants. Les deux parties conviennent, en tout légalité, que le groupe commercial verse une aide financière aux commerçants portois dans le cadre d'une redynamisation du centre-ville. Tout aussi légalement Casino verse aussi des subventions à plusieurs associations sportives du Port.

C’est ensuite que les choses se corsent. En effet selon les poursuites, une partie des sommes versées aux clubs de sport aurait ensuite été reversée sur le compte de Fayzal Ahmed Vali, qu’il aurait lui-même versé sur le compte d’Olivier Hoarau.

Les faits reprochés porte sur "d’importants flux financiers" a indiqué ce mardi soir le procureur Éric Tuffery à Imaz Press Réunion. Le montant en cause porterait selon les poursuites sur plusieurs centaines de milliers d’euros. Toujours selon le procureur, les faits se seraient déroulés pendant un certain nombre d’années.

Selon les informations d'Imaz Press, l'association des commerçants aurait reçu 125.000 euros de Casino et la Jeannne d'Arc, le club de foot phare de la ville, 140.000 euros en quatre ans, soit une moyenne de 35.000 euros par an.

- "Chasse ouverte" -

Cette double affaire avait déjà mené à des perquisitions le 3 novembre 2020 à la mairie du Port, au domicile du maire, à celui de Fayzal Ahmed Vali, ainsi que dans les locaux de plusieurs associations portoises.

Le lendemain, le 4 novembre, Olivier Hoarau s'était justifié au cours d'un point presse. Il avait ainsi séparé clairement les deux affaires. Dans le cas de la première, concernant l'extension du Cap Sacré Cœur, il avait rappelé que le dossier datait d'une époque où il n'était pas encore maire. "Le dossier a été bouclé, souvenez-vous, par mon prédécesseur" disait-il. "Une délibération du conseil municipal le 26 juillet 2012, la signature de l'acte de cession devant un notaire le 23 décembre 2013, la commission départementale d'aménagement commercial en septembre 2013 et la commission nationale d'aménagement commercial à Paris en janvier 2014 : tout cela avant mon élection. En tant que maire, j'ai hérité et traité ces dossiers" avait-il ensuite énuméré.

Concernant la seconde affaire, sur les sommes d'argent prêtées par Fayzal Ahmed Vali, Olivier Hoarau avait déclaré qu'il s'agissait "d'une affaire d'ordre privé. Comme tout un chacun, nous ne sommes pas à l'abri de coups durs dans la vie, et c'était mon cas il y a quelques années de ça. J'ai fait appel à des amis et monsieur Vali s'est proposé de m'aider".

Un prêt d'argent fait en bonne et due forme et dont les services fiscaux étaient avertis avait-il affirmé : "tout cela s'est fait dans la plus grande conformité, puisque les pièces comptables ont été enregistrées par le service des impôts, et encaissées normalement par ma banque". Ces documents avaient d'ailleurs été remis aux enquêteurs au moment des perquisitions selon le maire.

A l'époque, Olivier Hoarau venait d'annoncer officiellement sa candidature aux élections régionales – encore prévues en mars 2021 – et avait déclaré : "la chasse est ouverte". "Certains se jettent sans discernement sur (cet) épisode (la perquisition - ndlr) pour me discréditer. Les méthodes sans scrupules de certains sont connues de tous. Ceux-là mêmes vont essayer de me salir, de m'attaquer personnellement, de me faire passer pour un voyou" avait commenté l'élu.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

17 Commentaire(s)

Maera974, Posté
et les plus grands voleurs de la Reunion, ils n'ont jamais été inquietes....Deux poids deux mesures...Didier ROBERT, Virapoulle ect;;, ect...
THOR, Posté
Pour LH : réponse à ta question rappelles toi de la visite de notre "Président" à la Réunion, Massimah était tout sourire avec le Manu alors ! Hoarau est un opposant farouche à la macronie donc ......mais c'est pas la seule qui a la justice aux fesses et comme par hasard la procédure est longue mais longue....et toujours par hasard ce sont des soutiens politiques de Manu....
THOR, Posté
Oté l'avocat ! il y a bien sÃ"r actuellement une violence du gouvernement macronien mais la loi c'est la loi, bon évidemment vous "surfez" sur la vague de la violence de l'Etat mais en l'occurrence là c'est normal et vous le savez bien. La loi s'applique aussi bien pour le petit que pour le "Gros Zozos" et là c'est dans la procédure judiciaire maître Normane Omarjee sacré toi......(regarde un peu les reportages people diffusés dans les TV poubelles tu verras le nombre d'interpellations à "l'heure du laitier".
Lapine chaude, Posté
Mi entend partout i dit prochain Nassima, ben poukoi avant zelection i okup le peu de concurrent de Roberte ? Poukoi? I parait sé pou fé oubli le mois d'avril , coma les gens i cose su les autres, pas su bondié . Lé bizarre salement, 2020 l'avez point rien , le calme complet. Té Nou lé vilain mé nou lé pi couillon Imazpress
7AC, Posté
Et les violences des élus, en magouillant, en piquant les deniers publics, en expropriant, en laissant les délinquants troubler l'ordre public, le bruit, la pollution, la saleté, et j'en passe !
Frigidaire, Posté
C'est un justiciable comme tout le monde, ce n'est pas le premier et ce ne sera pas le dernier a été récupéré chez lui à 6h du matin, c'est comme cela. Et encore heureux que ce n'est pas sirène hurlante qu'il a été amené. J'espère que cela fera réfléchir toutes les personnes qui ont fait de la politique leur profession.
Guistin sert lo frein, Posté
La présomption d'innocence doit toujours prévaloir comme prévoit la Loi. Malgré tout il est bon de rappeler que les Lois votées par l'assemblée nationale le 15 septembre 2017 ont renforcés les sanctions en cas de manquement à la probité et à l'exemplarité, des élus.Outre, l'encadrement des emplois de collaborateurs familiaux, la vérification de la situation fiscale des parlementaires en début de mandat, la vérification de la situation des personnes pressenties pour entrer au gouvernement. Il y a aussi la nouvelle peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité en cas de manquements graves et de probité des élus. Que dit la nouvelle Loi : Â" afin de renforcer l'exigence de probité des élus, une peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité est créée Â".Â" Cette peine est prononcée par le juge pénal pour 10 ans maximum contre toute personne coupable d'un crime ou de certains délits. Elle doit figurer au bulletin n°2 du casier judiciaire. Le juge peut toutefois l'écarter en raison des circonstances de l'infraction et de la personnalité de son auteur ainsi qu'en moduler la durée.Les délits visés par cette nouvelle peine obligatoire sont les atteintes à la probité au sens large (soustraction et détournement de biens, faux administratifs, fraudes électorales, fraudes au financement des partis politiques, fraude fiscale aggravée, délit d'initié, escroquerie, etc.). Sont également concernés certaines violences, les agressions sexuelles, le harcèlement moral ou sexuel et les discriminations. Le Conseil constitutionnel a en revanche censuré, dans cette liste, les délits de presse (incitation à la haine raciale, apologie de crimes contre l'humanité, etc.) au nom de la liberté d'expression "qui est une condition de la démocratie". Il a, de plus, précisé que le prononcé de la peine d'inéligibilité ne doit pas entraîner automatiquement pour les délits l'interdiction ou l'incapacité d'exercer une fonction publique Â". (source ministère de la loi du 15 septembre 2017). Que ces lois habitent nos élus à jamais !
Justice??, Posté
Coupable ou innocent, pourquoi M. HOARAU A- t- il été interpelé tÃ't chez lui comme un bandit de grand chemin, alors que M. ROBERT Didier, Mme DINDAR, M. HAMILCARO, M. RIVIERE , M. VIRAPOULE '..et autres ont été convoqués par la justice? C'est un un Scandale!!!! Tous les justiciables doivent être soumis à la même règle ( s'ils ne sont pas susceptibles d.être violents ou de s'échapper) .
Quelles horreur !, Posté
et pensez à relire les articles, ils sont bourrés de fautes !!!!!
Ti moriss, Posté
C'est la loi française lé appliquée, c'est la raison pour laquelle li fé un ti séjour o fré de la princesse à MALARTIC
Tananarive, Posté
Il y aura la justice divine pour l'Homme qui se croit tout permis à la reunion, elle risque d'être fatal, un peu comme pour le cas de ces disparus partis trop tÃ't ...
Une commande ?, Posté
Il y a une commande ? Les commanditaires. Cela se saurai !
THOR, Posté
Ben....Les Présidents du Conseil départemental et Régional ainsi que Huguette Bello (je rigole....) ne se fendent pas pas d'un message de soutien ? tout fout le camp......
Contestataire 1600, Posté
La justice doit disposer des éléments que le commun des mortels n'en a pas. Faut rappeler que tous les politiciens présumés coupables qui passent devant les juges jurent corps et âme sur tous les livres saints qu'ils sont sereins et n'ont rien à se reprocher et après on les voit condamnés , confirmés en cassation...et tout ça pour gagner du temps et les indemnités . l'action forte et citoyenne qu'aurait due s'inscrire dans le mandat de Macron, serait qu'ils rendent ces condamnés inéligibles à vie...mais voila ayant loupé cette action essentielle qui aurait rassurée le citoyen , nous continuons de voir ces vautours se vautrer dans l'ignominie , la magouille , détournements ; les thèmes forts de l'éducation pour la génération qui suit. C'est pour cela que cette jeunesse prenant le pouvoir n'a rien à modifier , elle est de la même trempe des précédents salopards qu'elle adule
Stean, Posté
Ras le bol de cette corruption!! Impressionnant le nombre d'élus locaux, et pas des moindres, qui trempent dans le pot de confiture... signé un électeur écoeuré
Équitable !, Posté
On.verra si.le.collectionneur de casseroles subira le même sort dans quelques semaines.
LH, Posté
Et Nassimah Dindar ? Pourquoi elle est pas déjà en prison ??