Embarquement refusé :

Motifs impérieux : des étudiants réunionnais dénoncent des difficultés pour rentrer dans l'île


Publié / Actualisé
L'Union des étudiants réunionnais de l'Hexagone (UERH) alerte sur des difficultés que rencontreraient des étudiants pour revenir à La Réunion. Un étudiant se serait vu refuser l'embarquement à destination de l'île, la police aux frontières estimant qu'il ne s'agissait pas d'un motif impérieux. "L'UERH s'insurge contre le comportement des autorités à l'encontre des étudiants réunionnais" souligne l'union dans un communiqué.
L'Union des étudiants réunionnais de l'Hexagone (UERH) alerte sur des difficultés que rencontreraient des étudiants pour revenir à La Réunion. Un étudiant se serait vu refuser l'embarquement à destination de l'île, la police aux frontières estimant qu'il ne s'agissait pas d'un motif impérieux. "L'UERH s'insurge contre le comportement des autorités à l'encontre des étudiants réunionnais" souligne l'union dans un communiqué.

Un étudiant serait resté bloqué à Paris, suite à un refus d'embarquement. "Mon embarquement a été refusé car pour eux, rentrer chez ses parents n'est pas un motif impérieux. Si j'avais fini ma formation j'aurais pu rentrer" raconte-t-il dans une vidéo publiée sur Facebook. "Je n'ai pas pu me faire rembourser mon billet, du coup j'en ai pris un autre à une date très lointaine en attendant que les motifs impérieux soient levés" explique-t-il.

Une autre étudiante, Jade, aurait elle aussi rencontrer des problèmes pour embarquer. "Au contrôle de la police aux frontières, on a failli m'interdire d'embarquer, car pour eux le retour des étudiants dans leur domicile principal n'est pas considéré comme un motif impérieux. Pour eux il s'agirait plus d'un retour définitif, avec par exemple un justificatif de fin de bail" assure-t-elle. "Je ne trouve pas ça normal qu'on nous mette autant des bâtons dans les roues" s'indigne-t-elle.

"Beaucoup de voyageurs de la métropole ne remplissent pas les conditions pour rentrer sur le territoire réunionnais, ces derniers utilisent alors leur réseau pour obtenir des justificatifs frauduleux. Pire, certains de ces voyageurs fabriquent des faux justificatifs. Nous dénonçons un " deux poids, deux mesures " de la part des autorités, dés lors que ces derniers se focalisent sur les étudiants réunionnais" s'insurge de son côté l'UERH. Elle interpelle par ailleurs Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, "afin qu’il puisse enfin réagir et se mobiliser pour que le retour des étudiants réunionnais se fasse dans les meilleures conditions".

Les motifs impérieux pour voyager entre la Métropole et La Réunion ont été rétablis le 28 janvier dernier avec l’apparition de variants du Covid. Cependant, le retour des étudiants à leur domicile est bien un motif impérieux, comme il est indiqué sur le site de la préfecture. Une situation qui est donc incompréhensible aux yeux de l'UERH.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Portoise, Posté
7AC, chez zot famille à la reunion, zot i galère pas pou manger et i sava pas faire les poubelles. Na pu ptit job la bas. Lit un peu les infos nationales
7AC, Posté
Sans vouloir polémiquer, je trouve aussi que renter chez ses parents n'est pas un motif impérieux, surtout que sa formation n'est pas terminée, et qu'il lui faudra rentrer.Prendre l'avion n'est pas anodin, y choper le virus est très probable, bien plus que d'aller faire ses courses sans masque.
Kirikou, Posté
On cherche des poux aux étudiants qui veulent rentrer chez eux. Par contre, malgré le retour des motifs impérieux, je ne comprends qu'il y a toujours autant de touristes métropolitains à la Réunion. J'en veux pour preuve les groupes de touristes qui visitent le marché forain du Chaudron chaque dimanche avec Far Far Kreol et qui ensuite vont participer à un atelier de cuisine et manger à Ste Suzanne.
Pouf, Posté
Je confirme, moi j ai pu rentrer le 4 février mais c t galère. J ai mon adresse fiscale a la reunion, carte identité adresse reunion, carte etudiant, avec tout cela, ces bandes d incapabkrs ne voulaient pas me faire embarquer, mais à tenir tête et les faire comprendre c t ok après. Que veulent ils de plus ??? Par contre certains zoreils passaient sans qu ils demandent les papiers. Je leur ai fait la remarque. Où vit on, dans une france tjrs avec des privilégiés