Un marché de remblaiement qui divise :

NRL : des transporteurs lèvent leur barrage mais "continuent le combat"


Publié / Actualisé
Les transporteurs qui biquent l'accès nord du chantier e la NRL depuis le lundi 18 février ont décidé de lever leur barrage ce lundi 22 février, "mais le combat continue" préviennent-ils. Adhérents du GRTS (groupement réunionnais des transporteurs du sud) et du SRTT (syndicat réunionnais des transporteurs et terrassiers), ces transporteurs bloquaient l'accès au chantier (côté Saint-Denis) aux différents camions de livraison de matériaux. Ils protestaient contre la répartition jugée " inéquitable " d'un marché de remblaiement de la NRL (Photo rb/www.ipreunion.com)
Les transporteurs qui biquent l'accès nord du chantier e la NRL depuis le lundi 18 février ont décidé de lever leur barrage ce lundi 22 février, "mais le combat continue" préviennent-ils. Adhérents du GRTS (groupement réunionnais des transporteurs du sud) et du SRTT (syndicat réunionnais des transporteurs et terrassiers), ces transporteurs bloquaient l'accès au chantier (côté Saint-Denis) aux différents camions de livraison de matériaux. Ils protestaient contre la répartition jugée " inéquitable " d'un marché de remblaiement de la NRL (Photo rb/www.ipreunion.com)

Ces transporteurs, rejoints en fin de semaine par l’Unostra, l’OTRE, et le FTR, qualifient d'"illégale" le partage du marché . Une posture à laquelle n’adhèrent pas d’autres syndicats de transporteurs tels que la FNTR ou l’OTI qui ont fermement fait part de leur incompréhension vis à vis des revendications de leurs homologues.

Aucune nouvelle répartition du marché n'est à l'ordre du jour, mais les protestateurs ont donc décidé de lever leur barrage en promettant de "rester mobiisere pour obtenir gain de cause",

Lire aussi : NRL : des transporteurs continuent de défier... des transporteurs

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Les transporteurs, niveau intellectuel, Posté
très réduit, ne connaissent comme pratique que l'épreuve de force. Il est donc très difficile pour eux de négocier, de prévoir de comprendre. Alors lorsqu'il s'agissait il y quelques années de comprendre que les pierres allaient manquer pour réaliser la NRL et si dans le même temps lors de la définition de la NRL les capacités d'anticipation, de projections de Didier Robert étaient absentes, nous pouvons comprendre que la NRL n'est pas prêt d'être achevée !