75 espèces endémiques en serres :

Le Parc National de La Réunion et l'Armeflhor s'engagent pour une agriculture durable


Publié / Actualisé
Le Parc National de La Réunion et l'Armeflhor (Centre technique d'expérimentation en fruits en fruits, légumes et horticulture) ont signé le mardi 2 mars une convention pour renforcer leur partenariat en faveur de la préservation des espaces naturels des Hauts de La Réunion. Nous publions ici le communiqué de l'Armefhlor. (Photo: Armeflhor)
Le Parc National de La Réunion et l'Armeflhor (Centre technique d'expérimentation en fruits en fruits, légumes et horticulture) ont signé le mardi 2 mars une convention pour renforcer leur partenariat en faveur de la préservation des espaces naturels des Hauts de La Réunion. Nous publions ici le communiqué de l'Armefhlor. (Photo: Armeflhor)

Depuis plusieurs années, le Parc National de La Réunion (PNR) et l’Armeflhor collaborent sur de nombreux projets impliquant agriculture et gestion des espaces naturels et de la biodiversité :

- La mise en œuvre du Plan d’Action PAPAM " Plantes A Parfum, Aromatiques et Médicinales ", animé par le Conseil Départemental depuis 2018 ;
- Le développement des systèmes agroforestiers, associant arbres ou forêt et production
agricole (vanille, palmiste, cacao, plantes médicinales ...)
- Le Groupe Opérationnel " Espèces Indigènes et Endémiques " du RITA (Réseau d’innovation
et Transfert Agricole), groupe de travail dédié aux espèces indigènes et à leur valorisation
économique ;
- Le Groupe de Travail " Traçabilité et diversité génétique " co-animé par le Conservatoire
Botanique de Mascarin (CBNM) et le Parc national, pour développer une démarche de
traçabilité et garantir une diversité génétique des espèces indigènes produites et plantées ;
- Les projets de plantation d’espèces indigènes portés par les collectivités, notamment le
projet " 1 million d’arbres " du Département ;

En 2021, le PNR et l’Armeflhor lance le projet GAIAR (Gestion Agroécologique et Innovante des friches par l’Agroforesterie Réunionnaise) pour expérimenter la mise en place de modes de gestion et de valorisation agroforestiers sur des espaces de lisière, actuellement en friches, à l’interface des zones agricoles et naturelles.

Collection de près de 75 espèces de plantes indigènes et endémiques dans les serres de
l’Armeflhor

Ainsi, les objectifs partagés par le PNR et l’Armeflhor sont multiples :

• Imaginer et développer à La Réunion de nouveaux modèles agricoles respectueux de
l’environnement et favorable à la biodiversité ;
• Favoriser le développement d’activités agricoles durables, en particulier en reconquête de
friches ;
• Encourager les pratiques agro-écologiques, favorisant l’autonomie des exploitations agricoles
et la résilience du territoire (enjeux alimentaires, énergétiques ...) ;
• Innover en créant des systèmes de culture ou de production intégrant la végétation indigène :
plantes médicinales, plantes de services, lutte contre l’érosion, corridors écologiques ... ;
• Doter le territoire d’une filière solide et structurée de production de plants d’espèces
indigènes ;
• Accompagner les filières patrimoniales emblématiques du territoire, qu’elles soient
historiques ou innovantes : vanille, palmiste, géranium, café, cacao, lentille, plantes
médicinales ...

Dans le but de formaliser la collaboration entre les deux organismes, une convention cadre de partenariat a été signée le 2 mars 2021 par le directeur du PNR, Jean-Philippe Delorme, et le président de l’Armeflhor, Alain Dambreville.

   

1 Commentaire(s)

Moun974, Posté
Bravo à l armeflhor pour tout ce travail collectif, pertinent et pou nout Péi !