Fermeture des cafés, établissements de restauration, hôtels et discothèques :

L'Umih publie une affiche sur les conséquences de la crise


Publié / Actualisé
Un an après la première fermeture des cafés, établissements de restauration, hôtels et discothèques (CHRD), l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) partage une affiche représentant les conséquences de la crise sanitaire pour le secteur CHRD. Nous publions ci-dessous le communiqué et l'affiche réalisée par l'Umih. (Photo : Umih)
Un an après la première fermeture des cafés, établissements de restauration, hôtels et discothèques (CHRD), l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) partage une affiche représentant les conséquences de la crise sanitaire pour le secteur CHRD. Nous publions ci-dessous le communiqué et l'affiche réalisée par l'Umih. (Photo : Umih)

Le samedi 14 mars 2020, le Premier ministre annonçait la fermeture de nos établissements et ce jusqu’à nouvel ordre. Une année vient de passer. Les restaurants, les restaurants d’hôtels, les bars, les bowlings, les thalassos ont bénéficié de périodes de réouverture, puis ont été contraints à des fermetures imposées par le couvre-feu. Les discothèques, l’activité des traiteurs sont à l’arrêt et à l’isolement complet depuis 365 jours.

L’Umih a réalisé un visuel pour marquer cette triste date de la première fermeture administrative du secteur CHRD en raison de la crise sanitaire du covid-19. L’affiche rappelle la situation des professionnels, qui même si l’Etat est aux cotés des entreprises avec plusieurs dispositifs d’aides, ressentent de l’angoisse face à l’avenir. L’iceberg met bien en avant la situation de nos fournisseurs qui sont moins visibles mais souffrent tout autant de la situation.

Ces vignettes seront largement publiées sur les réseaux sociaux à partir du 13 mars. " La date du 14 mars 2020 hante le secteur qui a dû fermer en 24h pour une durée indéterminée. Un an après nous ne sommes pas sortis de la crise mais la campagne de vaccination nous permet d’avoir un horizon plus dégagé et de préparer la réouverture. En juin dernier et pendant la saison d’été, les français sont revenus nombreux dans nos établissements, nous ne doutons pas que l’envie des français de nous retrouver sera aussi forte. Nous leur disons aussi, nous retrouver c’est essentiel ! " Roland Héguy, président confédéral de l’Umih.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Mékoué, Posté
Faut-il toujours dire AMEN ? Analogiquement après le passage d'un cyclone, proportionnellement y aurait-il plus de dégâts en général dans et chez la faune sauvage que chez l'homme qui par son intelligence est censé savoir mieux se protéger contre l'adversité? Des exemples des manquements et erreurs humains en pareils situations ne manquent, avec en certaines occasions des dégâts considérables...Personne n'étant en mesure d'empêcher le vent de souffler il faut maintenant que les personnes que nous élisons pour nous servir, cessent de s'octroyer des pouvoirs " contre nature" qu'ils n'ont pas. Gesticuler sans logique et certitude dans un résultat ciblé, juste pour se donner bonne conscience, afin de mieux se positionner probablement pour le futur macaron, est une forfaiture. Les précédents gouvernants en pareil situation, n'ont pas osé cette outrecuidance de quasiment ruiner un Pays pour rien..., car de tout temps, aussi pénible que peut être l'épreuve subie, la Nature "s'autogère" indépendamment de notre bon vouloir. Puis pour solliciter un mandat de représentant du citoyen, il faut avant avoir une vision globale et claire des choses (tenants et aboutissants) et bien conceptualiser les limites, humaines même face à certains spécialistes croyants détenir la "science infuse". La logique paysanne n'a t-elle pas su nourrir l'humanité jusqu'à présent?