Tensions à tous niveaux :

Crise politique, sanitaire et humanitaire : triple peine pour Madagascar


Publié / Actualisé
La situation est plus que tendue sur la Grande Ile où des tensions politiques viennent s'ajouter au Covid-19 et la famine qui continue de sévir dans la région sud. L'opposition au gouvernement prend de l'ampleur, la révolte gronde. La gestion de la crise sanitaire cristallise les tensions. Et c'est donc une triple peine qui s'abat sur la Grande Île (Photos DR)
La situation est plus que tendue sur la Grande Ile où des tensions politiques viennent s'ajouter au Covid-19 et la famine qui continue de sévir dans la région sud. L'opposition au gouvernement prend de l'ampleur, la révolte gronde. La gestion de la crise sanitaire cristallise les tensions. Et c'est donc une triple peine qui s'abat sur la Grande Île (Photos DR)

Il s'appelle le "RMDM"* : rassemblement militant pour la démocratie à Madagascar. Plateforme qui rassemble plusieurs entités qui se sont mobilisées pendant le kere dans le sud, elle sert de catalyseur aux opposants au gouvernement malgache.

Exporté à La Réunion, le RMDM local est très inquiet de la situation politique actuelle de la Grande Ile. En février déjà, ses membres ont tiré la sonnette d'alarme en suivant les manifestations qui se sont déroulées récemment à Antananarivo et Tamatave. Membre de cette plateforme via "Les indignés de Madagascar", Pana Reeve, Malgache résidant à La Réunion, analyse la situation. "Avec la crise sanitaire, Madagascar a reçu en tout à peu près 800 millions de dollars d'aides. Mais les salaires n'ont pas été payés à temps pour des professions qui se sont pourtant mobilisées comme les professionnels de santé ou les étudiants en médecine" dénonce-t-il. Les bourses des étudiants en polytechnique ou à l'école normale, elles aussi, accumulent du retard. "La régularisation est en train de se faire, mais au compte-gouttes, il n'y a aucune solution globale" ajoute Pana Reeve.

- Forte répression -

Résultat : une première manifestation d'ampleur, à Tamatave. La mobilisation tourne au cauchemar. Les étudiants, en première ligne du cortège, ont dû affronter les forces de l'ordre qui se sont mis à tirer à balles réelles. Un étudiant a été tué, un autre a été blessé.

Le 20 février, nouvelle manifestation organisée cette fois à Antananarivo, place de la Démocratie. Ce jour-là les protestataires ont eu droit à "une véritable démonstration de force militaire" accuse Pana Reeve. Dispositif visant à bloquer la manifestation avant qu'elle commence.

Photos à l'appui, plusieurs interpellations ont eu lieu le jour de la manifestation." Ce sont des milliers de militaires, armés jusqu’aux dents, amassés à l’arrière de pick-ups et de blindés, que Rajoelina a déployé dans les rues d’Antananarivo" écrivent les membres du RMDM Réunion dans une tribune libre qui fait entre autres le récit de cette journée chaotique. La manifestation a, de fait, été annulée.

"Douze arrestations ont été faites, sans procès sans rien" indique Pana Reeve. La plupart serait encore derrière les barreaux.

Ce samedi 6 mars, nouvelle mobilisation dans la capitale, là où le Pape François a été accueilli lors de son passage sur la Grande Ile en 2019, à savoir la place Soamandrakizay. Un lieu proposé par le préfet, afin d'éviter tout débordement. Pourtant "il l'a interdit au dernier moment" raconte Pana Reeve, en lien constant avec les militants de Madagascar. "Les organisateurs du rassemblement ont dû se rabattre sur un terrain privé à Tanjombato, une zone industrielle dans la banlieue de la capitale" ajoute-t-il.

Le changement de lieu n'a pas empêché les forces de l'ordre d'être là. "Il y en avait tout autour de la zone de manifestation, ainsi qu'à toutes les zones sensibles, avec des blindés" indique Pana Reeve. "De son côté le Président Andry Rajoelina a improvisé un concert évangélique au Palais des Sports de Mahamasina pour attirer les gens. Mais tout ça n'a pas empêché les manifestants à venir en nombre et inonder la grande place à Tanjombato" tacle le militant, pour qui la journée fut un franc succès.

- Refus de la vaccination -

Corruption, trafic d'or et scandales sont au cœur des dénonciations des militants. L'absence de réaction face à la hausse des cas de Covid-19 en fait aussi partie. A ce stade, le gouvernement d'Andry Rajoelina refuse toujours d'avoir recours à la vaccination. Quand l'ensemble des pays de la zone océan Indien et ses voisins africains passent des commandes vaccins origines variées, la Grande Ile elle reste persuadée que son remède anti-Covid à base de plantes fonctionne.

Lire aussi - Dans les Outre-mer comme dans l'océan Indien : chacun sa situation, chacun sa lutte

"Etant Malgache, je crois à la vertu des tisanes… mais il faut reconnaître que celle-ci ne marche pas" avoue Pana Reeve. Le "Covid Organics", c'est son nom, n'a pas vaiment ses preuves jusqu'à présent, malgré les affirmations du Président. La boisson à base d'Artemisia n'a pas réussi à empêcher le virus de s'installer. Selon les chiffres officiels – qui selon certains spécialistes, sont bien en-dessous de la réalité – la Grande Ile enregistre 20.155 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie et plus de 300 morts. Même le ministre malgache de la Santé a fait part de ses doutes concernant le manque de moyens sanitaires dans une lettre qui a fuité sur le web.

Lire aussi - Madagascar : lancement officiel d'un traitement contre le covid-19 à base de plantes

- La famine persiste dans le sud -

"L'Etat croit que le remède va régler la crise Covid" déplore Pana Reeve, qui estime que mise en avant du Covid Organics n'est rien d'autre qu'une communication sans fondement sanitaire. "Andry Rajoelina est en éternelle campagne électorale" ajoute-t-il, faisant aussi allusion à ses bains de foule au moment de se rendre dans les villages ravagés par la famine dans le sud de la Grande Ile il y a quelques mois de cela. Sonos et photos bien cadrées ont marqué ses déplacements.

En attendant la famine se poursuit. "Certains organismes internationaux ont pris le relais sur place, nous poussant à suspendre la distribution de colis alimentaires". Effectuées quasi chaque jour au plus fort de la famine, ces rotations s'arrêtent aujourd'hui. "On estime que 15.000 personnes ont bénéficié de ces colis" compte Pana Reeve.

Lire aussi - Pandémie et famine, la double peine de Madagascar

La pluie est revenue depuis, mais de façon très épisodique en cette saison cyclonique. "Ce n'est pas suffisant pour faire revenir la nourriture" déplore le militant qui redoute un exode massif vers Antanarivo. "Beaucoup ont déjà quitté leur village, par taxi brousse pour ceux qui avaient les moyens. Ils pensent trouver mieux dans la capitale mais ils ont tout quitté et arrivent là-bas sans rien. Le risque c'est de finir à Tana parmi les '4'mis' (sans abris, ndlr). Et donc de renforcer une autre forme de misère."

*La plateforme RMDM Réunion (Rassemblement Militant pour la Démocratie à Madagascar) regroupe plusieurs entités dont GTT Réunion, Les Indignés de Madagascar 974, Collectif pour Madagascar, Agir pour Madagascar et de simples particuliers.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Mada s'enfonce un peu plus dans le moyen âge !, Posté
L'indépendance a un coût et les malgaches la payent très cher !
Hegel, Posté
@Steph: on peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Ra8 a spolié les malgaches en profitant personnellement des mannes financières extérieures. Il avait tout pour remettre Mada dans le droit chemin, il a préféré s'enrichir personnellement plutÃ't que d'en faire profiter le peuple. Il est donc responsable pour partie de la situation actuelle que vous le vouliez ou non...
Steph, Posté
Post 1 et 2 ne sont pas des partisans : ce sont d'aveugles fossoyeurs.Hegel, qui peut nier que Mada est bien pire aujourd'hui sous Rajoel qu'il y a 15 ans sous Ravalo ?! C'est incomparable !Plus que jamais on constate que le ni-ni est hypocrite et mortifère. Osez voir la différence ! Je ne suis pas pro ravalo, je veux juste que Mada retrouve un minimum de dignité !
Hegel, Posté
Effectivement c'est un article partisan comme vous-mêmes Rabeza et Randria êtes des partisans de Rajoel. Car qui peut nier que les choses ne vont pas bien à Mada? Que Rajoel n'est pas à la hauteur? Que le Covid organic est une supercherie? Qu'il n'est qu'un communiquant?La vérité est entre les 2 en réalité mais le fanatisme qui touche l'un comme l'autre des camps ne permet aucune mesure ni recul. Soit on est aveuglé par Ravalo soit par Rajoel. Dans les 2 cas c'est le peuple malgache qui perd....
N. Randria, Posté
des affirmations erronées, loin de la réalité puisque partisane.
Rabeza, Posté
rien que des mensonges