[PHOTOS-VIDÉOS] L'Ever Given enfin remis à flot :

Sept jours de blocage sur le canal de Suez : un impact limité pour La Réunion


Publié / Actualisé
Pendant une semaine, le porte-conteneurs Ever Given a bloqué le canal de Suez. Ce lundi 29 mars 2021 au soir il a enfin été délogé et remis à flot, libérant la voie et permettant à plusieurs navires de traverser. Au total ce sont 425 bateaux qui ont été concernés par ce blocage. Mais l'impact pour La Réunion s'annonce minime : seuls deux porte-conteneurs ont dû dévier leur route pour rejoindre le Grand Port Maritime (GPM). Un retard d'une semaine à dix jours est prévu pour ces deux bateaux. Le réapprovisionnement de l'île ne sera pas perturbé d'après le GPM. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Pendant une semaine, le porte-conteneurs Ever Given a bloqué le canal de Suez. Ce lundi 29 mars 2021 au soir il a enfin été délogé et remis à flot, libérant la voie et permettant à plusieurs navires de traverser. Au total ce sont 425 bateaux qui ont été concernés par ce blocage. Mais l'impact pour La Réunion s'annonce minime : seuls deux porte-conteneurs ont dû dévier leur route pour rejoindre le Grand Port Maritime (GPM). Un retard d'une semaine à dix jours est prévu pour ces deux bateaux. Le réapprovisionnement de l'île ne sera pas perturbé d'après le GPM. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les premiers navires ont commencé à circuler dans le canal autour de 20h, heure de La Réunion selon l'Autorité du canal de Suez (SCA). Objectif : faire passer 113 navires dans la nuit, dans les deux sens de circulation.

Après cette semaine de blocages, La Réunion ne devrait être fort heureusement que peu impactée. "Un porte-conteneurs est arrivé à quai ce lundi 29 mars 2021, et deux pétroliers doivent arriver cette semaine. Il n'y a aucun risque de pénurie pour La Réunion" assure le commandant du Grand port maritime Fabrice Brunetti. De fait, peu de navires à destination de La Réunion passent par le canal de Suez : en moyenne, seul un porte-container en provenance de l'Europe traverse le canal chaque semaine.

"Un navire, le MSC Sindy, a déjà entamé une déviation de parcours pour longer le cap Bonne Espérance (en Afrique du Sud ; ndlr). Il était attendu pour la fin de semaine, il devrait finalement arriver aux alentours du 12 avril.

Un second navire, le Seamax Greenwich, est actuellement stationné à Port Saïd en Égypte, en attendant de savoir s'il entamera lui aussi un détour ou s'il attendra le dégagement du canal" détaille le commandant. La remise à flot de l'Ever Given devrait permettre à ce second bateau d'emprunter finalement l'itinéraire d'origine.

Chacun des navires transportent à leur bord entre 800 et 1.000 conteneurs. Ce sont donc près de 2.000 conteneurs qui pourraient être impactés par ces retards de livraison.

- Pas de pénurie en vue -

Si le GPM n'est pas en mesure de savoir quels biens exactement sont présents à bord des navires à destination de La Réunion, "aucun de ces deux containers ne transportent du pétrole ou des céréales" assure-t-il. "En matière de réapprovisionnement, un porte-container est arrivé ce lundi, et la grande majorité du trafic du GPM provient de l'océan Indien et de l'Asie, il n'y a aucune raison de paniquer" assure le GPM. Les retards prévus pour les deux navires impactés sont d'ailleurs assimilés à des retards pouvant survenir "en période de cyclone ou de grève, rien de très grave".

A noter qu'une partie des réapprovisionnements de La Réunion arrive par fret aérien, en rien perturbé par ce blocage. En matière de pétrole, "les carburants importés à La Réunion viennent de Singapour. Nous ne sommes donc pas concernés à ce stade par le blocage du canal de Suez" indique la direction de la Société réunionnaise de produits pétroliers.

- Le bateau remis à flot après sept jours -

Le porte-conteneurs Ever Given, qui a obstrué le canal de Suez pendant une semaine, perturbant le trafic maritime mondial, avait été remis à 80% dans la "bonne direction", lundi matin d'après l'Autorité du canal (SCA). Il a finalement pu être débloqué plus tôt dans la journée, malgré des prévisions pessimistes de la part du directeur exécutif de Royal Boskalis, maison-mère de la société néerlandaise mandatée pour aider à le dégager. Ce dernier avait prévenu plus tôt dans la journée que "le plus dur restait à faire pour débloquer le navire".

Lire aussi - Canal de Suez : la course contre la montre pour débloquer l'Ever Given continue

Finalement, les manoeuvres se sont poursuivies à l'aide de plusieurs remorqueurs, jusqu'à ce que le navire se retrouve de nouveau brièvement coincé en travers du canal, selon des sites de visualisation du trafic maritime et des témoins sur place.

Peu après 18h15 (heure de La Réunion), le navire s'est finalement retrouvé dans le sens de la circulation au milieu du canal, poupe et proue libérées. Le navire a commencé à avancer, salué par de nombreux coups de klaxons des bateaux alentours.

Au total, 30.000 mètres cubes de sable ont été dragués et 13 remorqueurs déployés.

Selon les autorités du canal, l'Égypte perdait entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture de ce canal qui voit passer qui voit passer environ 10% du commerce maritime international. Près de 19.000 navires l'ont emprunté le canal en 2020. L'assureur Allianz a estimé que chaque jour d'immobilisation pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars au commerce mondial. La valeur totale des biens bloqués ou qui devaient emprunter une autre route oscillait entre trois et 9,6 milliards de dollars.

as/www.ipreunion.com / [email protected] avec l'AFP

   

1 Commentaire(s)

Tito, Posté
C'est celui qui ne trouve plus de place pour ranger les conteneurs qui dit ça ? Qu'il reparte dans sa Clim boire son thé glacé