Solidarité à l'université :

Crise sanitaire : l'Unef distribue masques, gel hydroalcoolique et colis alimentaires


Publié / Actualisé
Ce jeudi 8 avril 2021, l'UNEF Réunion a organisé une distribution gratuite de colis alimentaires, de masques et de gel hydroalcoolique, au campus du Moufia et au campus du Tampon. Une action de solidarité, coordonnée avec les bénévoles de l'Association Bienfaisance, pour "répondre à un réel besoin des étudiants" alors que la crise sanitaire a touché plus de 2.000 étudiants sur les deux campus, estime l'Unef dont nous publions ici le communiqué. (Photos Unef)
Ce jeudi 8 avril 2021, l'UNEF Réunion a organisé une distribution gratuite de colis alimentaires, de masques et de gel hydroalcoolique, au campus du Moufia et au campus du Tampon. Une action de solidarité, coordonnée avec les bénévoles de l'Association Bienfaisance, pour "répondre à un réel besoin des étudiants" alors que la crise sanitaire a touché plus de 2.000 étudiants sur les deux campus, estime l'Unef dont nous publions ici le communiqué. (Photos Unef)

"La situation actuelle est telle que la crise sanitaire continue d’aggraver les inégalités : difficultés à retrouver un emploi, raréfaction des terrains de stage, dépenses liées au COVID, détresse psychologique, fracture numérique, difficultés d’accès aux soins, les problématiques sont multiples et ne sont toujours pas résolues.

Avec 56% des étudiants qui sont boursiers dont la majorité aux échelons 6 et 7, on peut dire que La Réunion est un territoire qui comporte le plus fort taux de précarité, et en plus d’être touchés par les conséquences de la crise sanitaire actuelle, les étudiants réunionnais comme tous les étudiants ultramarins sont impactés par la cherté de la vie, à La Réunion le coût de la vie est 7% plus cher qu’en métropole.

Pour l’UNEF Réunion, il faut une réforme du système actuel des bourses en prenant en compte la situation des étudiants et non plus les revenus des parents et prendre en compte les spécificités locales, inhérentes aux territoires ultramarins.

Pour cela, il faut une allocation d’autonomie dont le montant serait basé en fonction du seuil de pauvreté et qui soit étendue à tous les étudiants, et afin de répondre à l’urgence, nous demandons un complément de bourse de 100 euros par mois par étudiant boursier pour les étudiants des DROM. Nous attirons l’attention du MESRI quant au fait que la mesure ne coûte que 0.12% de son budget et que par conséquent, la question ne relève pas de la faisabilité mais d’un réel choix politique, celui de lutter réellement contre la précarité étudiante.

À l’approche des prochaines échéances électorales, nous souhaitons vous interpeller, Mesdames et Messieurs les candidat.e.s aux régionales, Mesdames et Messieurs les élu.e.s, des chambres parlementaires et des collectivités pour obtenir un positionnement clair sur le complément de bourse et une mobilisation forte vis-à-vis de l'État pour obtenir de réelles réponses à la précarité étudiante.

Les étudiant.e.s d’aujourd’hui sont la société de demain, ne sacrifiez pas notre avenir !"

Rudrigue Sautron
Président de l’UNEF Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !