La figure du monde agricole s'en est allée :

Les hommages affluent suite au décès d'Angelo Lauret


Publié / Actualisé
Angelo Lauret, fondateur de la CGPER et ancien président de la Chambre d'agriculture, s'en est allé ce samedi 10 avril 2021. Figure emblématique de la lutte pour les ouvriers agricoles, il laisse derrière lui ses nombreux combats. Les réactions sont à retrouver ci-dessous (Photo Thomas Lauret)
Angelo Lauret, fondateur de la CGPER et ancien président de la Chambre d'agriculture, s'en est allé ce samedi 10 avril 2021. Figure emblématique de la lutte pour les ouvriers agricoles, il laisse derrière lui ses nombreux combats. Les réactions sont à retrouver ci-dessous (Photo Thomas Lauret)

• Jean-Michel Moutama, président de la CGPER

Nous avons eu la douloureuse nouvelle de son départ, Angelo nous a quitté ce matin, Angelo Lauret n’est plus ! Nous le regrettons déjà et nous le regretterons beaucoup, car c’est une grande perte pour nous personnellement qui l’avons tous connus et pour certains de nous qui l’avons côtoyé dans son combat pour les agriculteurs réunionnais.

Retiré de la vie syndicale, nous sommes persuadés que Angelo continuait à suivre le combat des agriculteurs parce qu’il a été celui qui pendant de nombreuses années durant a combattu et remporté de nombreuses victoires pour les planteurs réunionnais.

Agriculteur, Autodidacte, il a été une  " Figure emblématique et charismatique de l’agriculture réunionnaise ". Ouvrier agricole avant de devenir colon en 1947. En 1967, il exploite pendant de nombreuses années 3 ha en cannes réparties sur 4,5 km2, une gestion difficile car il cédait 2/3 des revenus du colonage au propriétaire.  Angelo a connu la misère et la souffrance, " vivant les injustices d’une situation de dominance des industriels canniers qui régnaient sans contrôle sur le prix de la canne — sur les importations, sur le prix des intrants, sur la trésorerie des planteurs ",

Nous pouvons affirmer  qu’il pouvait se féliciter d’avoir fait bouger les choses concernant les aides à la diversification et obtenu d’innombrables avantages, tant pour les planteurs que pour les éleveurs. Aujourd’hui, il était resté toujours un petit agriculteur à Grand Bois-les-Haut.

Il a été notre président emblématique au Centre Technique interprofessionnel de la Canne avant d’être " Le Président de la Chambre D’agriculteur ", le Président de la Chambre des Agriculteurs. Sans lui cette chambre n’aurait jamais été celle des Agriculteurs et des petits planteurs.

Aujourd’hui sans son combat aucun d’entre nous n’aurait pu présider aux destinées du monde agricole et ce serait sans doute toujours les sucriers et les industriels qui continueraient à imposer leur point de vue dans les instances agricoles.

Signataire d’un “Appel à la célébration du 19 mars 1946” abolissant le statut colonial (17 décembre 2005), Président du Centre Technique Interprofessionnel de la Canne à Sucre (CTICS (1983-1994). Administrateur de l’ODEADOM, Office de Développement Agricole des Départements d’Outre-Mer (1983- 1994). Président de la Chambre d’Agriculture, Il a été de tous les combats et de toutes les victoires de notre syndicat

"Angelo tu reste éternellement dans nos cœurs et tu seras toujours à nos côtés toujours pour la victoire sur les injustices",

"Tu as été un combattant sans relâche contre les injustices et la domination économique d’une classe contre toutes les autres",

"Tu as été plus qu’un combattant,  tu as été un résistant",

"Ton exemple nous montre qu’il faut se dresser contre toutes les injustices, qu’il faut se battre toujours face aux tentatives de domination",

"Tu as été un vainqueur pour la cause des planteurs et tu le restera à jamais".

Frédéric Vienne, président de la Chambre d'agriculture

C'est avec une grande tristesse et beaucoup de respect que j'ai appris ce samedi 10 avril la disparition à l'âge de 93 ans d'Angelo Lauret, acteur majeur de l'histoire agricole réunionnaise.

Figure représentative et charismatique, il a été un ardent défenseur de la cause des planteurs et un grand syndicaliste au service des agricultrices et agriculteurs durant l'ensemble de son parcours, de son action.

Elu à la Chambre d'agriculture dès 1974 avant d'en devenir le 1er vice-président en 1983 puis le président de 1989 à 1995, cet enfant de Grand-Bois-les-Hauts a fait preuve d'une proximité et d'un secours exemplaires pour l'agriculture locale.

Prix départemental du mérite agricole mais aussi titulaire de l'Ordre national du mérite et de la Légion d'honneur à juste titre, il a été le premier président de Chambre d'agriculture à s'attaquer à la problématique du colonat partiaire, disparu localement en 2011 sous son impulsion et, notamment, l'engagement du service juridique de notre institution.

Personnage hors du commun et incontournable pour l'ensemble du microcosme syndical, il a été de nombreux combats politique à la Région mais aussi à la commune de Petite-Ile au cœur du Sud de l'île.

Président du Centre Technnique Interprofessionnel de la Canne et du Sucre (CTICS) mais aussi administrateur de l'Office de Développement Agricole des Départements d'Outre-Mer (ODEADOM), Angelo Lauret aura mené nombre d'actions et de combats pour le développement de nos productions et la reconnaissance de l'agriculteur réunionnais et, notamment, des éleveurs mais aussi des planteurs dont il faisait partie.

En mon nom personnel, sans oublier les élus et l'ensemble des salariés de la Chambre d'agriculture de La Réunion, je tiens à lui rendre ici un hommage appuyé. J'adresse également à sa famille, ses proches et à l'ensemble des agricultrices et agriculteurs toutes mes sincères condoléances pour cette perte sans mesure pour le monde agricole.

Olivier Hoarau, maire du Port

"C’est avec une grande émotion que j’apprends le décès d’Angelo Lauret.  Figure du syndicalisme et fondateur de la CGPER, il accède à la présidence de la Chambre d’Agriculture de La Réunion en 1989. Grand défenseur des planteurs, il aura porté avec force la cause agricole.

Nous garderons en mémoire ses interventions passionnées lorsqu’il s’agissait de réparer des injustices et de lutter contre les inégalités dont étaient victimes nos producteurs réunionnais.

A ses proches, à ses amis, aux camarades de la CGPER et à tous les planteurs, je présente mes sincères condoléances"

Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis

"J’apprends avec grande tristesse le décès d’Angelo Lauret, président fondateur de la CGPER. Il fut également l’un des éminents présidents de la chambre d’agriculture. Homme d’engagements, grand nom de l’agriculture réunionnaise, il a contribué sans relâche au développement de ce secteur. Je présente mes plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches et au monde agricole qui perd aujourd’hui une figure emblématique."

Cyrille Melchior, président du Département

"C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Angélo Lauret, le fondateur de la Confédération Générale des Planteurs et Eleveurs de La Reunion (CGPER) et ancien Président de la Chambre d’Agriculture.

Syndicaliste engagé et doté d’une grande force de caractère, cette figure de l’agriculture réunionnaise aura marqué profondément le monde agricole et la politique locale.

Je retiendrai de Angelo Lauret, son amour pour la terre réunionnaise et ses travailleurs, particulièrement les producteurs de canne. En mon nom personnel et au nom de l’ensemble des conseillers départementaux, je tiens à présenter nos plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches et au monde agricole"

• David Lorion, député

La Réunion, le Grand Sud, Saint-Pierre, perdent en ce samedi matin un de ses plus illustres militants historiques du développement de l’Île, défenseur acharné d’une agriculture à taille humaine et de ses femmes et de ses hommes investis dans le pari de la modernisation de leurs exploitations et leur souci d’en vivre dignement.

Je veux rendre hommage et saluer la mémoire de Monsieur Angelo LAURET, à l'origine du syndicat agricole CGPER, président de la Chambre d'agriculture entre 1989 et 1993, ancien conseiller régional et compagnon de route du PCR, élu municipal et adjoint au maire, Chevalier dans l'ordre National du Mérite.

Je retiens notamment sa défense de la culture de la canne à sucre, sa volonté de promouvoir la ruralité, sa participation active à une diversification maraîchère, son combat pour le développement local, avec toujours ce souci d’égalité et de justice sociale.

En qualité de député de la 4ème circonscription et élu Saint Pierrois, je présente mes regrets et toutes mes condoléances à sa famille, à ses
proches, à tous les planteurs et agriculteurs, à ses compagnons de la CGPER, et au monde agricole et rural

• Emmanuel Doulouma, délégué 4e circonscription Génération Ecologie La Réunion

C’est avec beaucoup d’émotion que je viens d’apprendre le décès de Monsieur Angelo Lauret un grand Homme de l’agriculture réunionnaise ! Si je n’ai pas eu l’honneur de connaître monsieur Angelo, il a été un collègue, un ami très proche de mes arrières grands-parents, de mes grands oncles considéré comme un membre de la famille avec qui, ils ont partagé de beaux souvenirs à Grand-Bois les hauts à travers des événements familiaux et de nombreuses campagnes sucrières.

Je salue également le Saint-Pierrois, l’autodidacte, le militant politique, le militant infatigable de la cause des planteurs réunionnais devenu Président de la chambre Verte ! Avec Frederic Vienne, " Terrain Fort ", quartier de Grand-Bois les Hauts, est fier d’avoir offert à La Réunion 2 présidents de chambre d’agriculture !

Toute la famille Bellon de " Terrain Fort " se joint à moi pour adresser à sa femme Anise, sa famille, à Jo et Max et à tous ses proches toute leur amitié et nos sincères condoléances.

• Patrick Lebreton, Maire de Saint-Joseph

Le monde de la terre perd un de ses piliers avec la disparition d'Angélo Lauret. Figure emblématique de l'Agriculture réunionnaise des années 70, 80 et 90, il a été l'un des plus grands défenseurs de sa cause et de celle de la canne.

Le planteur de Grand-Bois-Les Hauts a été à la tête du premier regroupement des agriculteurs qui se réunissaient dans la clandestinité. Cette initiative a eu pour conséquence l'emprisonnement de certains de ses camarades.

Face à cette situation Angélo Lauret ne cède pas et organise des actions de solidarité pour soutenir les familles touchées par l'empêchement de leur proche. Par la suite, avec ses camarades, ce pionnier du militantisme agricole réunionnais créa la CGPER en se positionnant comme le leader du syndicat. Il est élu Président de la chambre verte en 1989 suite au travail sans relâche mené par son syndicat.

À ce titre, il a été sur tous les fronts pour préparer et défendre notamment la première convention canne. Angélo Lauret fut également adjoint de Petite-Île sous le premier mandat de Christophe Payet (1983-1989) et Conseiller Régional de la liste de Paul Vergès sous le mandat de Pierre Lagourgue (1986-1992).

À tous ses proches et à sa famille, je veux témoigner ma plus profonde sympathie.

• Alix Marde, président de la FDSEA

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la disparition de Monsieur Angelo Lauret ce matin. C’est un homme qui a beaucoup fait pour notre agriculture tout au long de sa vie. Figure emblématique de la Réunion, il s’est battu pour donner une meilleure vie aux planteurs. Les actions ont été nombreuses.

Il fut un très grand syndicaliste et un président de Chambre, mais aussi au CTICS, à l’ODEADOM il a contribué à faire avancer l’agriculture réunionnaise. Un homme de cœur, de terrain et passionné par son travail. Au nom de toute l’équipe, nous présentons nos sincères condoléances à toute la famille.

Philippe Naillet, député

L'agriculture réunionnaise perd une grande figure en la personne d’Angelo LAURET, président fondateur de la CGPER. Homme d'engagement, de terrain, il a contribué au développement de notre modèle notamment en présidant la chambre d’agriculture. Je présente toutes mes condoléances à sa famille, à ses proches et au monde agricole.

• Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne

C’est avec une grande émotion que j’apprends le décès de Angelo Lauret. Fondateur de la CGPER, Angelo Lauret s’est formé à l’école des luttes du Parti Communiste Réunionnais avant de devenir Président de la Chambre d’agriculture de La Réunion.

Le monde agricole Réunionnais perd un homme de combats, un résistant, qui ne se battait pas pour une place ou pour un poste, mais pour un idéal : celui de l’émancipation du peuple Réunionnais.

Agriculteur, amoureux de son île et de son peuple, il a également pris sa place dans la vie politique locale en tant qu’adjoint au Maire de Petite-Île, Christophe Payet ou encore en tant que Conseiller Régional aux côtés de Paul Vergès. 75 ans après la départementalisation, je retiens également sa signature à l’appel pour la célébration du 19 mars 1946.

Je tiens à présenter mes plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches, aux camarades de la CGPER et à l’ensemble des agricultrices et agriculteurs qui viennent de perdre un véritable pilier.

C’est ensemble, que nous continuerons à nous battre pour que l’agriculture Réunionnaise soit au cœur de notre développement.

Huguette Bello, maire de Saint-Paul

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris aujourd’hui le décès d’Angelo Lauret à l’âge de 93 ans. Sa disparition est une grande perte pour La Réunion et pour le monde agricole.

Je garde en mémoire l’ensemble des luttes qu’il a menées pour le progrès social et en faveur des petits planteurs. Sa présidence à la Chambre d’Agriculture de La Réunion a constitué un évènement historique.

Je garde le souvenir d’une personnalité très attachante et humble, à l’intelligence très vive. Je salue la mémoire de l’un des fondateurs de la Confédération Générale des Planteurs et Éleveurs de La Réunion, militant infatigable de la cause des planteurs, qui connaissait mieux que quiconque les problèmes du monde agricole.

Je me souviens des combats menés ensemble avec Angelo Lauret. Je perds à la fois un camarade et un frère de conviction. Je présente à sa famille et à ses proches mes plus sincères condoléances.

   

1 Commentaire(s)

SOMANKE , Posté
Les humoristes s?était emparés de son image, non pas parce qu'il était " risible " mais parce qu'il était vrai comme la nature et qu'il avait quelque chose de chacun d'entre nous, le créole à perdu un " copain " (celui avec qui on partage, non pas du pain mais un " gazon d'ri "). Ces sourires ou même rires qu'il provoquait ne l'on pas empêché d?être pris très au sérieux. La leçon d'Angelo: " deviens qui tu es "