Il ne sera pas être utilisé tout de suite à La Réunion :

Johnson and Johnson "retarde le déploiement" de son vaccin en Europe


Publié / Actualisé
Le groupe pharmaceutique américain Johnson and Johnson a indiqué ce mardi 13 avril 2021 qu'il avait "pris la décision de retarder le déploiement" de son vaccin unidose contre le Covid-19. Cette annonce intervient alors que les autorités sanitaires américaines viennent de recommander "une pause" dans l'utilisation de ce sérum aux Etats-Unis. A La Réunion, 15.000 doses de ce vaccin doivent être livrées à compter du 20 avril. (Photo AFP)
Le groupe pharmaceutique américain Johnson and Johnson a indiqué ce mardi 13 avril 2021 qu'il avait "pris la décision de retarder le déploiement" de son vaccin unidose contre le Covid-19. Cette annonce intervient alors que les autorités sanitaires américaines viennent de recommander "une pause" dans l'utilisation de ce sérum aux Etats-Unis. A La Réunion, 15.000 doses de ce vaccin doivent être livrées à compter du 20 avril. (Photo AFP)

Les principales agences fédérales de santé publique du pays souhaitent enquêter sur six cas de personnes ayant développé des cas graves de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin et préconisent d'en suspendre les injections en attendant les conclusions.

Au total, six personnes âgées de 18 à 48 ans ont présenté, 6 à 13 jours après l'injection, des symptômes de thrombose cérébrale, conjugués avec une chute de leur niveau de plaquettes sanguines. "Un cas s'est révélé mortel et un patient se trouve dans un état critique", a indiqué Peter Marks, de l'Agence américaine des médicaments (FDA).

Johnson and Johnson "est en train d'étudier ces cas avec les autorités européennes de santé", a indiqué le groupe dans un message transmis à l'AFP sans donner plus de détails sur l'ampleur du report du déploiement en Europe.

"La sécurité et le bien-être des personnes qui utilisent nos produits sont notre priorité absolue", a souligné Johnson and Johnson en rappelant que plus de 6,8 millions de doses de son vaccin anti-Covid ont déjà été administrées sur le territoire américain depuis son autorisation en urgence fin février.

Cela "représente moins de 5% des doses administrées aux Etats-Unis jusqu'à présent", a de son côté indiqué Jeff Zients, coordinateur de la lutte contre le Covid-19 pour la Maison Blanche, soulignant que la suspension des injections n'aurait "pas d'impact important" sur la campagne de vaccination américaine.

- 15.000 doses à La Réunion -

Suivant les recommandations des autorités sanitaires, plusieurs Etats américains comme New York, le Connecticut, le Nebraska et l'Ohio ont ordonné la suspension immédiate de l'administration du sérum Johnson and Johnson.

L'Afrique du Sud a annoncé à son tour suspendre mardi l'utilisation du vaccin unidose, jusqu'à ce que la "relation de cause à effet entre le développement de caillots" et son administration "soit suffisamment analysée", a déclaré le ministre de la Santé Zweli Mkhize. Le Canada a, lui, choisi de maintenir ses commandes, dont les premières livraisons sont prévues à la fin du mois.

Les pays européens risquent de souffrir de nouveaux délais dans leur campagne de vaccination, Johnson & Johnson ayant annoncé mardi "retarder le déploiement" de son vaccin unidose contre le Covid-19 en Europe.

L'UE a signé pour une commande ferme de 200 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson, à laquelle s'ajoute une option pour 200 millions supplémentaires. Le groupe s'est engagé jeudi à bien fournir 200 millions de doses d'ici la fin de l'année.

En Belgique, les doses déjà livrées vont être "mises au congélateur", en attendant un avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA) attendu mercredi, a-t-on indiqué mardi soir au sein de la "Task force Vaccination" mise sur pied par les autorités sanitaires belges.

A La Réunion, Xavier Deparis, directeur de la veille et de la sécurité sanitaires à l'ARS, a annoncé ce vendredi 2 avril que "15.000 doses du vaccin Johnson and Johnson vont être livrées à La Réunion". Le préfet Jacques Billant a confirmé le mercredi 7 avril que la livraison aurait lieu le 20 avril prochain.

Plusieurs élus de La Réunion ont aussi officiellement demandé que ce vaccin soit utilisé dans l'île

L'Agence européenne des médicaments (EMA) avait annoncé vendredi dernier examiner un lien possible entre le vaccin de Johnson and Johnson et des cas de caillots sanguins.  Son homologue américaine avait alors affirmé ne pas avoir établi de lien de causalité à ce stade entre la formation de caillots et l'injection du vaccin. "Nous travaillons en étroite collaboration avec les experts médicaux et les autorités sanitaires, et nous soutenons fermement la communication ouverte de ces informations aux professionnels de la santé et au public", a affirmé la société américaine mardi.

www.ipreunion.com. avec AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !