Impact de la crise sanitaire :

Les travailleurs pauvres de La Réunion plus exposés à des pertes de revenus


Publié / Actualisé
L'Insee et l'Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) dévoilent les premiers résultats d'une nouvelle étude qui évalue l'impact de la crise sanitaire sur les revenus des Réunionnais.e.s. Il s'avère qu'un quart des Réunionnais déclarent une dégradation de leur situation financière lors du confinement du 2ème trimestre 2020, c'est moins que la tendance métropolitaine. Cependant les variations sont énormes en fonction du secteur d'activité et de la catégorie de revenus. Les ménages les plus pauvres, particulièrement touchés par la crise sanitaire, se trouvaient déjà dans une situation financière difficile avant, sur une ile où 38% de la population est sous le seuil de pauvreté. Les artisans-commerçants et les ouvriers déclarent avoir vu leur situation financière se dégrader. (Photo d'illustration rb/www.ipreuunion.com)
L'Insee et l'Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) dévoilent les premiers résultats d'une nouvelle étude qui évalue l'impact de la crise sanitaire sur les revenus des Réunionnais.e.s. Il s'avère qu'un quart des Réunionnais déclarent une dégradation de leur situation financière lors du confinement du 2ème trimestre 2020, c'est moins que la tendance métropolitaine. Cependant les variations sont énormes en fonction du secteur d'activité et de la catégorie de revenus. Les ménages les plus pauvres, particulièrement touchés par la crise sanitaire, se trouvaient déjà dans une situation financière difficile avant, sur une ile où 38% de la population est sous le seuil de pauvreté. Les artisans-commerçants et les ouvriers déclarent avoir vu leur situation financière se dégrader. (Photo d'illustration rb/www.ipreuunion.com)

Comme le note l'Insee, la crise sanitaire en 2020 a eu un impact "sans précédent" sur tous les secteurs, et La Réunion ne fait pas exception, comme le note le directeur interrégional de l'Insee La Réunion - Mayotte, Aurélien Daubaire. Mais l'impact économique du confinement sur les revenus a été moins fort qu'en Métropole. "On note une stabilisation moyenne concernant le pouvoir d'achat des ménages en 2020" indique l'Insee.

Une enquête d'EpiCov, dont le contenu entier sera publié d'ici 10 jours, a pris le pouls de la population. "Il s'agit d'auto-évaluation" : les personnes interrogées devaient estimer si leurs revenus étaient dégradés, stables, ou s'ils ne pouvaient pas l'évaluer. "25% des Réunionnais.e.s indiquent que leur budget a été impacté" relate l'Insee, soit un peu moins qu'en Métropole, qui s'approche des 30%.

- Une population déjà pauvre -

Cependant, la population réunionnaise bénéficie plus des minima sociaux que dans l'Hexagone. L'augmentation, elle, reste contenue : +2% contre +8% au niveau national. Un chiffre à contextualiser : La Réunion compte 101.494 foyers bénéficiaires du RSA, selon les données la Caf en date de juin 2020.

"La pauvreté est plus répandue sur le département qu'en Métropole" rappelle l'Insee alors que 38% de la population se trouve sous le seuil de pauvreté, contre 15% dans l'Hexagone. Le risque est donc que l'impact, s'il est moins visible en 2020, s'installe sur la durée. La part des travailleurs pauvres (33%) et celle de la tranche intermédiaire (35%) sont est plus exposée à une perte de revenus. Le risque est moindre pour

- Les artisans-commerçants les plus touchés -

Par ailleurs, les disparités sont fortes entre les catégories. Ceux qui se disent le plus touchés sont les artisans-commerçants : 58% d'entre eux notent une dégradation financière après le confinement de 2020. Du côté des ménages, 46% se disent impactés. Les étudiants, eux, ne sont que 15% à La Réunion à évoquer une dégradation de leur budget, mais bon nombre d'entre eux n'ont pas su évaluer leur situation financière au moment de répondre aux questionnaires.

"L'économie a pu se relever en fin d'année, notamment car le département a échappé au deuxième confinement" note l'Insee. Le marché du travail s'est fortement dynamisé avec une hausse des créations d'emplois permettant de retrouver la situation d'avant-crise. Les données ne font pas état cependant des impacts du couvre-feu renforcé actuel et du rebond épidémique de 2021, trop récent pour être analysé.

Le secteur d'activité apparaît comme étant le premier facteur de risque d'une baisse des revenus. "Les secteurs les plus touchés sont ceux de l'hébergement et de la restauration, des transports et de l'entreposage" rapporte l'Insee. L'économie souterraine serait touchée elle aussi, avec des "petits boulots" qui auraient pu disparaître pendant le confinement.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !