Parmi 49 candidats :

"Campus connecté" : le projet de Saint-Benoît sélectionné


Publié / Actualisé
"Le Campus du Village connecté : au service de l'insertion par le numérique" de Saint-Benoît est sélectionné dans le cadre de l'appel à projet national "Campus connecté", parmi 49 candidats, dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA). L'État apportera 50.000 euros par an pendant cinq ans à la ville de Saint-Benoît pour la création de ce Campus connecté. S'y ajoutera une subvention de 10.000 euros par an pendant cinq ans à l'Université pour sa contribution. Nous publions ci-dessous le communiqué du rectorat. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
"Le Campus du Village connecté : au service de l'insertion par le numérique" de Saint-Benoît est sélectionné dans le cadre de l'appel à projet national "Campus connecté", parmi 49 candidats, dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA). L'État apportera 50.000 euros par an pendant cinq ans à la ville de Saint-Benoît pour la création de ce Campus connecté. S'y ajoutera une subvention de 10.000 euros par an pendant cinq ans à l'Université pour sa contribution. Nous publions ci-dessous le communiqué du rectorat. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Secrétaire général pour l’investissement et la Banque des Territoires ont annoncé les 49 lauréats de la troisième vague de l’appel à projets " Campus connectés " du Programme d’investissements d’avenir (PIA).

Parmi eux figure le projet porté par la Ville de Saint-Benoît, en partenariat avec l’Université de La Réunion et des acteurs locaux (Pôle Emploi, France Active Réunion) et accompagné par l’académie.

Doté d’une enveloppe totale de 25 millions d’euros, l’appel à projets " Campus connectés ", lancé le 10 janvier 2020, s’inscrit dans le cadre de l’action " Territoires d’Innovation Pédagogique " du troisième Programme d’investissements d’avenir (PIA). L’ambition des Campus connectés est de donner à toutes celles et ceux qui veulent réussir dans l’enseignement supérieur, au plus près de chez eux, les moyens de surmonter les barrières géographiques ou urbaines qu’accentuent les inégalités sociales et qui nuisent à l’égalité des chances en matière d’accès à l’enseignement supérieur, en faisant émerger de véritables tiers-lieux de l’enseignement supérieur, innovants et collaboratifs, complémentaires des établissements universitaires et de leurs antennes.

Partant du constat d’un manque de formations post-bac sur l’Est qui limite l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes Réunionnais et des problèmes de déplacement qui ne facilitent pas la mobilité, le projet de la ville de Saint-Benoît est de créer un Campus de formation à distance, sous la forme d’un tiers-lieu, une fabrique de territoire numérique qui abriterait des services et espaces (campus e-learning, Maison de services, Maison de l’entrepreneuriat et de l’économie sociale et solidaire, espace de télétravail et de co-working, espace " Talents futurs, Micro Folies " de valorisation et de mise en avant de savoir-faire).

L’État apportera 50 000 euros par an pendant 5 ans à la ville de Saint-Benoît pour la création de ce Campus connecté. S’y ajoutera une subvention de 10 000 euros par an pendant 5 ans à l’Université pour sa contribution à ce projet.

Ce campus proposera différents services :

– Des formations en e-learning, puis également en blended-learning proposées par des
établissements d’enseignement supérieur, le CNED, le CNAM, etc.

– Des méthodologies d’apprentissage comme le " learning by doing " et celles proposées par le Réseau Canopé et les acteurs de la Ed Tech.

– Un accompagnement personnalisé des étudiants, un cadre propice aux échanges, aux
rencontres, aux travaux collaboratifs, entre les mondes universitaire, économique et culturel.

Les formations assurées seront validées par un diplôme d’études supérieures.

L’objectif de la ville est de favoriser l’accès à la formation de proximité de son domicile pour 20 jeunes issus des quartiers de la politique de la ville (QPV) et des zones des hauts pour la première année. Une montée en charge progressive jusqu’à 40 étudiants en formation initiale est prévue sur 3 ans.

Un accompagnement personnalisé sous forme de tutorat sera mis en place, afin de créer l’émulation nécessaire et le partage d’expérience avec d’autres jeunes.

L'implantation de ce campus permettra de répondre aux attentes de la population de Saint-Benoît mais également à celles des petites villes environnantes : Plaine des Palmistes, Sainte-Rose, Bras Panon, qui ne disposent d’aucune formation post-bac".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !