Elections :

Départementales : guerres fratricides, maires en campagne et vent de renouveau


Publié / Actualisé
Ça y est, la date de dépôt des listes pour les élections départementales des 20 et 27 juin 2021est clôturée depuis ce jeudi 6 mai. 508 candidats sont donc en lice dans les 25cantons de l'île pour briguer l'un des 50 postes de conseillers départementaux. Une élection qui offrira un vent de renouveau au Palais de la Source puisque près de la moitié des élus actuellement en poste ne briguent plus un nouveau mandat. D'autres pourraient ne pas être réélus. Cette élection, où plusieurs maires sont en lice, sera aussi l'occasion de luttes fratricides entre personnalités d'un même camp (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ça y est, la date de dépôt des listes pour les élections départementales des 20 et 27 juin 2021est clôturée depuis ce jeudi 6 mai. 508 candidats sont donc en lice dans les 25cantons de l'île pour briguer l'un des 50 postes de conseillers départementaux. Une élection qui offrira un vent de renouveau au Palais de la Source puisque près de la moitié des élus actuellement en poste ne briguent plus un nouveau mandat. D'autres pourraient ne pas être réélus. Cette élection, où plusieurs maires sont en lice, sera aussi l'occasion de luttes fratricides entre personnalités d'un même camp (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

- 127 binômes pour 50 postes -

Ils sont donc 127 binômes (un homme, une femme) sur la ligne de départ de ces élections départementales sur les 25 cantons de l’île. Rappelons qu’il s’agit d’un scrutin binominal à deux tours, et que le binôme qui remportera le plus de voix remportera les deux sièges. Si certains cantons se résumeront à des duels, c’est le cas du canton 1 de L’Etang-Salé, du canton 13 de Saint-Joseph et du canton 22 de Saint-Pierre 3, d’autres compteront pléthore de candidats comme le canton 4 de Saint-André 1 avec pas moins de 9 listes sur la ligne de départ ou encore le canton 19 de Saint-Paul 3 qui comptera 14 listes, soit 28 candidats, le record de ce scrutin.

- Exit la moitié des Conseillers départementaux sortants -

Ce qui est certain, c’est qu’un vent de renouveau soufflera dans l’hémicycle du Conseil départemental fin juin/début juillet, lorsque s’installera la nouvelle assemblée délibérante. En effet, 25 Conseillers départementaux ont décidé de ne pas se présenter pour des raisons diverses et variées dont un certain nombre ayant eu des soucis judiciaires.

On peut citer Marie-Paule Balaya, condamnée à 25 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité pour ne pas avoir déclaré la totalité de ses revenus, Sandra Sinimalé, condamnée à 3 ans de prison, dont deux avec sursis, et à 10 ans d’inéligibilité dans le cadre d'une affaire de détournement de fonds publics, prise illégale d'intérêts et recel. Alain Armand sera rejugé puisque la cour de cassation a cassé la décision de la Cour d’appel le condamnant à un  an de prison avec sursis et à 10 ans d’inéligibilité dans une affaire de prise illégale d’intérêts à la Sodiac. Il a lui aussi décidé de jeter l’éponge pour ce scrutin.

Exit aussi Marie Gergtrude Carpanin, ex-conseillère départementale de Saint-Paul, déclarée inéligible ur trois ans en 2018 à la suite d'une dépôt tardif de ses comptes de campagne pour les législatives de 2017

Parmi les autres conseillers départementaux qui ne se présentent plus, on peut citer Hermann Rifosta, en froid avec le maire de Saint-Pierre, Claudette Grondin, l’ancien maire de Saint-Louis Patrick Malet, Marie-Gertrude Carpanin, l’ancienne binôme du président du Département Cyrille Melchior, Jacqueline Henry, Enaud Rivière, Jacqueline Silotia et Jean-Jacques Morel qui participera sûrement aux régionales, Philippe Leconstant qui pourrait participer aux régionales.

De même Gérald Maillot a décidé de prendre du recul vis-à-vis de la vie politique locale après sa défaite aux municipales à Sainte-Marie, Graziella Boustoini, Annie Hoarau, Daniel Jean-Baptiste dit Parny, Michèle Caniguy, Anne-Flore Devaux qui pourrait participer aux régionales, Patrick Dorla, Marie Isabelle Payet, Maryse Dache qui avait remplacé Paulette Adois Lacpatia suite à son décès, Serge Hoarau, l’ancien binôme de Nassimah Dindar, Teddy Payet qui avait remplacé Jacques Dennemont suite à sa démission, Guilaine Quessoi qui avait remplacé Nadia Ramassamy suite à sa démission, et Emmanuel Sinacouty.

- Maires et parlementaires dans les starting-blocks -

Le principe de non cumul des mandats leur autorisant à postuler à un poste de conseiller départemental ou de conseiller général, plusieurs maires et parlementaires font acte de candidature à ce scrutin. On peut citer parmi les maires André Thien-Ah-Koon, maire du Tampon, Jean-Claude Lacouture à l’Etang-Salé et Serge Hoarau, le maire de Petite Ile.

Il y a également Jeannick Atchapa à Bras-Panon, Bruno Domen, le maire de Saint-Leu, Bachil Valy, le maire de l’Entre-Deux, Eric Ferrère, le maire des Avirons, ou encore Olivier Rivière qui brigue un mandat malgré sa condamnation à 8 mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité pour avoir perçu un montant d’indemnités supérieur au plafond autorisé. L’affaire fait l’objet d’un pourvoir en cassation qui est suspensif.

Deux anciens maires seront aussi de la partie, Daniel Gonthier à Bras-Panon et Claude Hoarau à Saint-Louis. A noter également la présence de Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, en tant que suppléant.  Parmi les parlementaires, la députée Nathalie Bassire est candidate au Tampon tandis que la sénatrice et ancienne présidente du Département brigue son propre siège à Saint-Denis.

- Guerres fratricides en vue -

Comme souvent, cette élection amène son lot d’incongruité et de guerre fratricide. Alors que ce scrutin se déroulera en même temps que les régionales, un rapide tour d’horizon permet d’observer que la stratégie des départementales n’est pas nécessairement celle des régionales, ou inversement.

C’est notamment le cas à l’Etang-Salé où Jean-Claude Lacouture se retrouve face au maire des Avirons, Eric Ferrère. Pourtant, les deux hommes se retrouvaient côte à côte ce mardi 4 mai à Bras-Panon pour apporter, tout sourire, leur soutien à Didier Robert pour les régionales. Même configuration dans le canton 25 de Tampon 1 où André Thien-Ah-Koon, nouveau soutien de Didier Robert, retrouvera sur sa route la députée Nathalie Bassire, proche du président de Région.

Dans le canton 2 du Port, l’ancien adjoint d’Olivier Hoarau et Conseiller départemental sortant Sergio Erapa va ferrailler contre les élus de la majorité municipales Armand Mouniata et Jasmine Beton.

Dans le canton 5 de Saint-André 2, Jean-Marie Virapoullé et Viviane Payet Ben-Hamida retrouveront sur leur chemin d’anciens compagnons de route, Mickaël Boyer et Sylvie Moutoucomorapoullé, cette dernière étant conseillère régionale au sein de la majorité de Didier Robert qui est lui-même soutenu par Jean-Paul Virapoullé… comprenne qui pourra.

Le canton 6 de Saint-André 3 verra aussi un autre duel fratricide avec d’un côté le sortant, Daniel Gonthier, auparavant proche de Didier Robert, et le nouveau maire de Bras-Panon, Jeannick Atchapa, désormais fidèle allié de Didier Robert.

On continue avec le canton 10 de Saint-Denis 2 où Nassimah Dindar retrouvera sur sa route son ancien allié, Michel Lagourgue, soutenu par la droite réunionnaise.

Dans le canton 11 de Saint-Denis 3, c’est la gauche qui sera en guerre avec l’ancien conseiller général et ancien élu de Gilbert Annette, Jeanc-Claude Fidji, qui affrontera le binôme de la majorité municipale, Brigitte Adame et David Belda.

Dans le canton 19 de Saint-Paul 3, la municipalité comptera deux binômes. L’un officiellement soutenue par la maire Huguette Bello, avec Alexis Poinin-Coulin et Virginie Sallé, et une autre dissidente avec Guylain Moutama et Mélissa Palama.

Enfin, dans le canton 23 de Saint-Marie, le binôme sortant se retrouvera cette fois au cœur d’un duel. D’un côté Remy Lagourgue, qui a pris ses distances avec la majorité municipale suite aux tensions entre Richard Nirlo et Jean-Louis Lagourgue, affrontera Marie-Line Soubadou qui est soutenue par la majorité municipale.

- La présidence du Département en ligne de mire -

Avec une telle configuration électorale, difficile de s’avancer sur le nom du futur président du Département. Ces guerres fratricides, combinées aux nouveaux visages qui pourraient débarquer au Palais de la Source, et les stratégies à venir pour les régionales risquent de laisser beaucoup de traces et de ressentiments.

Quoi qu’il en soit, le président du Département sortant, Cyrille Melchior, a d’ores et déjà annoncé être candidat à sa propre succession dans l’éventualité où il est réélu dans son canton. Serge Haorau, le maire de Petite Ile, n’a jamais caché son ambition de présider le Conseil départemental. Son récent ralliement aux côtés d’Ericka Bareigts le met en position de force pour être le candidat de la gauche et du centre lors du troisième tour qui verra l’élection du président de l’assemblée. Si elle n’envoie pas de signaux en vue d’une candidature à la présidence, rien ne peut exclure un retour de Nassimah Dindar à la tête du Palais de la Source.

Enfin, d’autres candidats pourraient émerger, tant à droite qu’à gauche, promettant un troisième tour particulièrement disputé où les négociations et arrangements devraient être encore nombreux.

Retrouvez ici la liste de tous les candidats aux départementales 2021 :

www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

4 Commentaire(s)

To, depuis son mobile , Posté
C est étonnant que certains candidats frappes d inegibilite que la préfecture accepté leurs dépôts de liste ils font appel en appel et untilisent tous les recours pas possible pour pouvoir se représenter ces recours ne devraient pas être suspendus puisque les faits sont établies que le parlement légifère afin de rendre le dépôt de candidature impossible pendant les recours et la préfecture de mettre en suspens ces dépôts de liste des candidats frappes d inegibilite .
Avenir, Posté
On ne parle pas des nouveaux visages qui se présentent. Nos jeunes compétents et sans casseroles.Le amire de petite ile pour représenter la gauche alors qu'il est candidat de la droite. Quel méli méloFout deor les cumulards et repris de justice il rest peu de monde au final
James, Posté
Na bezoin un shanzhman vers plus lékolozh, plus légalité é moins korupsyon.
Zozef, Posté
vive didier robert