Elections :

Régionales : les dix listes brassent très (très) large


Publié / Actualisé
Sauf candidature de dernière minute, dix listes seront présentes au premier tour des élections régionales du 20 juin 2021. De la liste citoyenne au mélange des genres politiques en passant par l'intégration de personnes de la société civile, les listes des principaux candidats à ce scrutin réservent leur lot de surprises et de postulants logiques. Mais le fait notable, c'est qu'elles brassent toutes de façon très large, confirmant un peu plus que les logiques partisanes et politiques sont désormais un lointain souvenir. Tour d'horizon (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Sauf candidature de dernière minute, dix listes seront présentes au premier tour des élections régionales du 20 juin 2021. De la liste citoyenne au mélange des genres politiques en passant par l'intégration de personnes de la société civile, les listes des principaux candidats à ce scrutin réservent leur lot de surprises et de postulants logiques. Mais le fait notable, c'est qu'elles brassent toutes de façon très large, confirmant un peu plus que les logiques partisanes et politiques sont désormais un lointain souvenir. Tour d'horizon (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

- Didier Robert : le numéro d’équilibriste à droite, au centre et un peu à gauche -

A l’image de Michel Vergoz, alias "le trait d'union", qui passe de la gauche au ralliement avec la droite, Didier Robert a dû faire un sacré numéro d’équilibriste pour composer sa liste "des droites et des centres", devant sacrifiant une bonne partie de ses anciens colistiers pour faire de la place aux Républicains, aux takistes, ainsi qu’aux différents maires représentant un spectre assez large de la droite et du centre réunionnais.

Ainsi, on compte sur la liste de Didier Robert pas moins de huit maires : Daniel Pausé (Trois Bassins), Johnny Payet (Plaine des Palmistes), Stéphane Fouassin (Salazie), Richard Nirlo (Sainte-Marie) et bien sûr le néo transfuge Michel Vergoz (Sainte-Rose) trustent les places éligibles en cas de victoire, tout comme le sénateur Jean-Louis Lagourgue, la députée Nadia Ramassamy et l’ancien maire de Saint-André Jean-Paul Virapoullé. Olivier Rivière (Saint-Philippe), sous la menace d’une condamnation définitive à de l’inéligibilité, Michel Fontaine (Saint-Pierre) et André Thien-Ah-Koon (le Tampon) ne semblent y apparaître que de façon symbolique. Tout comme l’actuel président du Département, Cyrille Melchior positionné à la 43ème place mais qui lorgne davantage sur le Palais de la Source.

Bon gré, mal gré, Michel Fontaine et TAK ont réussi à placer des proches à la deuxième et troisième place de cette liste. Une stratégie importante en cas de condamnation de Didier Robert dans l’affaire dite des Musées Régionaux. A la 2ème position apparaît ainsi Sandrine Aho-Nienne, adjointe au maire de Saint-Pierre tandis que la 3ème place est réservée à un fidèle du maire du Tampon, Jacquet Hoarau. A noter la présence remarquée de Marie-Lise Chane-To, proche de Jean-Paul Virapoullé, à la 10ème place, démontrant que l’ancien sénateur-maire bénéficie tout de même d’un poids non négligeable dans cette liste.

Dans ce difficile numéro d’équilibriste, Didier Robert insuffle aussi du sang neuf venu de la société civile et parvient à sauver quelques têtes du mandat actuel. On peut notamment citer Dominique Fournel, le chef d’orchestre du projet NRL, Yolaine Costes, madame "mobilité", Bernard Picardo, le président de la chambre de métiers, Virginie K’Bidi, Faouzia Aboubacar-Ben-Vitry, ou encore Linda Lee-Mow-Sim.

A noter l’absence remarquée de Juliana M’Doihoma, l’actuelle maire de Saint-Louis, et élue au sein de la majorité régionale.

- Ericka Bareigts : une liste éclectique -

Ericka Bareigts présente d’emblée sa liste comme étant composée, pour moitié, de membres de la société civile, et pour l’autre moitié, de personnalités issues du monde politique ou encartées. Effectivement, à la lecture de sa liste, on peut constater que la maire de Saint-Denis a décidé de brasser très large. La société civile est notamment représentée par l’avocat Norman Omarjee qui apparaît même en seconde position, un sacré pari pour l’édile dionysienne. On peut aussi citer Pascal Plante, vice-président à la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR), le pharmacien bien connu Claude Marodon, Aude Palant-Vergoz qu’on ne présente plus ou encore Brigitte Grondin-Perez, la candidate à la présidence de l’université actuellement en plein bras de fer électoral avec Frédéric Miranville.

Côté politiques, le parti communiste réunionnais tire son épingle du jeu avec plusieurs représentants : Yvan Dejean, le secrétaire général du parti, Nadine Gironcel Damour, fille de Maurice Gironcel, le maire de Sainte-Suzanne ou encore Johnny Lagrange. Maya Cesari, qui fut élue aux côtés de Paul Vergès fait également son retour sur la liste d’Ericka Bareigts.

Les deux prises politiques majeures de la maire de Saint-Denis demeurent tout de même le maire de Saint-Benoît, Patrice Selly, 4ème sur la liste, et la conseillère régionale d’opposition sortante, ancienne proche de Thierry Robert, Karine Nabénésa qui figure quant à elle à la 3ème place.

Les 4 premières places sont ainsi prises par des personnalités jeunes et dynamiques, reflétant ainsi l’image qu’a voulu donner l’ancienne députée à sa liste, avec une moyenne d’âge de 43 ans.

Les observateurs noteront que la liste d’Ericka Bareigts, ancienne ministre ne que comporte quelques membres de sa famille politique. C'est le cas de Christian Annette, Virginie Gobalou ou encore Sébastien Guyon.

Enfin, même si elle a son soutien, Nassimah Dindar n’apparaît pas sur cette liste, même de façon symbolique.

- Huguette Bello : à gauche toute -

La maire de Saint-Paul Huguette Bello présente une liste couvrant un large spectre de la gauche réunionnaise. Parmi ses colistier.e.s on retrouve évidemment des personnalités de son parti PLR, telles que Laetitia Lebreton ou encore la députée Karine Lebon, ainsi que de la France Insoumise telles que Amandine Ramaye ou encore le député Jean-Hugues Ratenon. Il avait été signataire de la tribune de soutien à Huguette Bello, tout comme le maire de Saint-André, Joé Bédier, qui figure d’ailleurs aussi sur la liste.

L’édile de Saint-André a même réussi le coup de force de placer l'une de ses adjointes en troisième position, Stéphanie Poiny Toplan. Cette dernière représente la carte jeunesse que Huguette Bello a voulu mettre en avant, tout comme le second de cette liste qui n’est autre que Frédéric Maillot, l’un des leaders du parti Croire et Oser.

La maire de Saint-Paul a aussi réussi à obtenir le soutien de plusieurs responsables socialistes qui ont rejoint sa liste On peut citer Wilfrid Bertile, l’ancien député et maire de Saint-Philippe, Jean-Luc Saint-Lambert, l’ancien maire de la Plaine des Palmistes (qui n'est pas sur la liste), Philippe Leconstant, conseiller départemental et ancien secrétaire fédéral du parti, ainsi que Céline Sitouze, élue d’opposition socialiste à Sainte-Marie.

On retrouve aussi parmi les colistiers de la maire de Saint-Paul Fabrice Hoarau, le fils de l’ancien maire de Saint-Louis Claude Hoarau, Jean-Paul Panechou, Philippe Rangama, la conseillère régionale sortante Patricia Profil, ainsi que des personnalités de la société civile telles que Jean-Bernard Maratchia de la CGPER, l’ancien président de la chambre d’agriculture Jean-Bernard Gonthier ou encore Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR BTP.

- Patrick Lebreton : l’homme des territoires au casting flou -

Comme ses autres adversaires, Patrick Lebreton brasse très large et décide de faire un subtil mélange entre personnalités de la société civile et acteurs du monde politique. Le maire de Saint-Joseph a surtout choisi de mettre en avant la représentativité territoriale des "5 micro-régions de l’île", ajoutant au Nord, Sud, Est et Ouest de l’île, la micro-région souvent oubliée des Hauts.

Surprise dès les premières places de la liste avec la présence en seconde position de la grande championne Marcelle Puy. Celle qui fut conseillère générale à la suite du décès de Roland Robert fait donc le choix de revenir dans l’arène politique, à une place qui la met dans un rôle de moteur de cette liste. Un pari audacieux de la part du maire de Saint-Joseph qui joue donc l’atout sport pour espérer engranger des voix.

La 3ème place est toute aussi surprenante avec l’apparition de l’ancien maire de Saint-André, Eric Fruteau, qui est d’ailleurs candidat aux cantonales à Saint-André. Celui qui avait récolté 17% des voix lors des municipales 2020 à Saint-André a donc préféré soutenir le maire de Saint-Joseph plutôt que de s’allier à Ericka Bareigts, soutenue par le PCR, ou à Huguette Bello, soutenue par La France Insoumise et PLR. Autre surprise de gauche, la présence sur cette liste de Philippe Robert, fils de l’ancien maire de la Possession Roland Robert.

La 4ème place est quant à elle attribuée à Monique Bénard, ancienne colistière de Thierry Robert qui, depuis, s’est rapprochée de Nathalie Bassire dont la proximité avec Didier Robert est bien connue.

Autre proche de Didier Robert à apparaitre sur cette liste, Jean-Gaël Anda, ancien lieutenant de Thierry Robert, farouche opposant de Michel Fontaine, et qui avait rejoint la majorité de Didier Robert ces dernières années. Pourtant, le nouvel allié de Patrick Lebreton n’hésite pas à tacler le président de Région dans un récent communiqué, affirmant que "les choix qui ont été faits jusqu’à maintenant n’ont pas permis de régler ces problèmes (ndlr : inégalités et aménagement du territoire) qui structurellement singularisent tristement le modèle réunionnais" justifiant ainsi si ralliement.

Ce casting laisse en tout cas un certain flou sur la stratégie adoptée par le maire de Saint-Joseph qui, d’ailleurs, n’a pas hésité à tancer son camp ces dernières semaines, allant même jusqu’à accuser Ericka Bareigts d’être une candidate de la droite et à ne pas écarter l’hypothèse d’une triangulaire s’il venait à se qualifier pour le second tour.

- Olivier Hoarau : un candidat qui joue la carte du renouveau -

S’il est une tête de liste qui a fait le choix du renouveau, c’est bien le maire du Port, Olivier Hoarau. L’édile portois joue à fond la carte des nouveaux visages politiques sur sa liste, même si demeurent quelques noms déjà connus tels que Herwine Boyer Pitou, qui avait assuré l’intérim en qualité de maire de Saint-Benoît en 2020 suite à la démission de Jean-Claude Fruteau. On peut aussi citer l’ancienne "marcheuse" Anaïs Patel ainsi qu’Henri Hyppolite qui prend clairement ses distances avec le PCR pour se rapprocher du maire du Port dont il est l’adjoint.

Pour le reste, Olivier Hoarau a décidé de s’appuyer sur quelques figures connues et, surtout, des grands inconnus. Dans les rangs des connus, on peut citer l’avocat Mihidoiri Ali, la conseillère départementale Graziella Boustoini, qui fut élue en 2015 en binôme avec Jean-Jacques Morel ou encore Bertrand Baillif, président du Comité des pêches.

Le maire du Port qui avait lancé sa campagne dès fin 2020 avec une dynamique prometteuse a dû faire face à sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une affaire de corruption supposée au Port, qui porte sur l’extension du Cap Sacré Cœur.

Les discussions pour une liste d'union des gauches qui ont finalement échoué, ont aussi provoqué le départ d’Olivier Hoarau du PLR

- Vanessa Miranville : une liste citoyenne et beaucoup d’interrogations -

Candidate aux élections régionales depuis août 2020 , Vanessa Miranville a souhaité innover à travers un exercice démocratique laissant à ses futurs colistiers la possibilité de "postuler" sur sa liste. Résultat, la maire de la Possession se targue d’avoir une liste "composée de Réunionnaises et Réunionnais engagés au quotidien pour La Réunion et pour l’intérêt commun".  Si effectivement, la plupart des noms sont d’illustres inconnus, on reconnaît tout de même parmi ses colistiers un de ses plus fidèles lieutenants en la personne de Gilles Hubert. 

Côté stratégie, difficile de dire ce que fera Vanessa Miranville si elle ne se qualifie pas au second tour des régionales, ni même si elle a la possibilité de fusionner avec une autre liste. Si son cheminement politique semble plutôt pencher à gauche, les 5 dernières années ont tout de même permis d’esquisser une certaine proximité entre l’édile de la Possession et le président de Région sortant qui sait d’ailleurs manier à merveille l’art du chéquier.

- Les "petites listes" seront aussi dans la course -

Pour l’heure, quatre "petites listes" seront aussi sur la ligne de départ de ces régionales.

Le Rassemblement National, par la voix de son porte-parole local, Dominique Ramssamy a confirmé que le parti de Marine Le Pen serait bien présent aux régionales. La liste sera conduite par Joseph Rivière.

Autre candidature, celle de Philippe Cadet qui porte un "Projet Réunionnais". Il a été rejoint tout récemment par l’artiste Richard Riani qui souhaitait lui aussi se lancer dans la course. Finalement, les deux hommes feront liste commune.

Les écologistes seront aussi en course le 20 juin prochain. C’est Jean-Pierre Marchau qui conduira la liste "Naturellement Ecologistes" où apparaît notamment Sylvie Moutoucomorapoullé, élue dans la majorité sortante de Didier Robert.

Enfin, à gauche de l’échiquier politique, un habitué des joutes sera présent en la personne de Jean-Yves Payet qui portera le flambeau de "Lutte Ouvrière".

Pour rappel, les élections régionales auront lieu le dimanche 20 juin et le dimanche 27 juin 2021. Les candidat.e.s ont jusqu'à midi ce lundi pour déposer leur liste.

www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

15 Commentaire(s)

Gabi dit toto , Posté
Seulement la liste robert lé nulle, Rienke l'équipe du sud bien sûr en force, encore moins les bras droits de Monsieur le président des républicains, ni ses adjoints phares à la Mairie et de renommée. Et zobjectif pognon l'a mis que dés alimentaires avec plusieurs mandats déjà ( PICARDO : cumul mairie du tampon , Chambre des métiers, Region- l'Olivier Riviere : futur inéligible et condamné est déjà président de NEXA à 80000 euro/ l'année, 1Er VP de la region, Maire de saint Philippe, la VITRY Faouzia est Vice présidente à l'éducation à la region, à la Cinor, élu de l'opposition à SIN DNI- Jean Louis Lagourgue lé déjà Senateur, Nirlo lé déjà Maire et Vice président à la CINOR.....). Berk à cette équipe de cumulard qui n'est là que pour le Pognon. OKILE 1 HOMME / 1 MANDAT. Ou lé mort robert. Nout village Cilaos i vote pas pou ou- ou liste lé bancal
Ip-Partisane, Posté
Voilà une "presse" bien partisane :Hoarau le renouveau... De la corruption 'vous avez juste oublié 3 petits mots qui changent tout. Vous avez choisi votre camps visiblement.Pour les autres des titres fades. Et Lebreton apparaissent vous ne l'appréciez pas.C'est une presse russe : vous devriez vous appeler la pravda réunionnaise
Poule rouge, Posté
Fontaine mi love à twoi, mi love les tiranosaures, qui sa fini le poulain gourmand. Inéligible et s'il est élu, qui sera the new président '''''''''''''''''''' Imazpress ou croit le Sud le couyon twoi " on va nourrir les traîtres "! Hein'''''''
Zan louis, Posté
A droite c'est une liste pour mieux totoche robert ! Tout le monde a déjà compris sauf le commentateur ci dessous - ahhaaaaaaaaaaaaaa
Alex TERIEUR-DUCHAMPS, Posté
La gauche n'a jamais été aussi divisée.... chacun ne veut qu'une chose : être calife à la place du calife... le seul projet... ça en dit long...On a beau critiquer, supputer des stratégies à droite mais au moins c'est une liste qui réunit et non qui divise.
Allons allons , Posté
Miranville est élu depuis moins d'un an et la voilà partie en campagne avec son 1er adjoint. Mais qui gère la mairie en attendant et ensuite s'il elle est élue ' Les personnes un peux lucides ont toujours dits que La Possession n'était qu'un tremplin politique pour cette dame aux dents qui rayent le parquet.
Denise, Posté
Je choisis celle du président sortant. L'enjeu est énorme, il faut s'inscrire dans une continuité par rapport à l'urgence sanitaire. Je n'entends chez les autres que le projet de battre Didier Robert, ce n'est pas ce dont la Réunion a besoin. Il faut aller vte avec un président qui connaît déjà bien les rouages, qui a dèjà engager les batailles pour faire avancer La Réunion
SOMANKE , Posté
Chacun sait que le politique est la voix du peuple. La mise en 'uvre du désir du peuple relève de l'équipe Administrative et technique qui accompagne les élus. Les têtes de liste devraient nous en parler avant les élections, question de rassurer le peuple sur leur capacité de gérer.
FBI, Posté
DIdier robert prépare ses cartons et documents n'est ce pas' Que ne voit on pas au 4eme et 5eme étage''''''
Haha, Posté
Encore une fois on a le choix entre le COVID et le choléra.
Avec l'argent de la France, Posté
Grave le 2e sur la liste BELLO. Si elle gagne on auras un 1e VP INDEPENDANTISTE. Indépendantiste avec l'argent la France bien sûr. Certain que je vote pas pour cette liste, je suis de gauche je vote BAREIGTS.
ZembroKaf, Posté
ça me donne pas envie d'aller voter !!!
Zozef, Posté
en tout cas ce sera tout sauf bareigts et bello
TIWEL, Posté
Les 3 dinosaures ( fontaine- TAK et VIRAPOULLE) l'a déjà monté le joli bob pour robert, et tous attend sa descente aux enfers ce vendredi 21 mai ! Lu lé maudit et ça tout le monde a compris. Quand ou mett des familles pauvres dehors, sans manger, bondié i tire dans votre bouche et cek out famille en pire ! Attendons le 21 mai en jouiiiiiissant Imazpress
Ce ne sont plus des listes '., Posté
mais des zembrocal nauséabonds !