[VIDÉO] Quand La Réunion appelle l'espace :

Saint-Leu : des élèves de CM2 contactent l'astronaute Thomas Pesquet


Publié / Actualisé
Ce lundi 24 mai 2021, les élèves de CM2 de l'école du Centre à Saint-Leu vont vivre une expérience qu'ils ne devraient pas oublier de sitôt. Durant 10 mn et en l'espace d'une vingtaine de questions, ils vont échanger en direct avec l'astronaute français Thomas Pesquet, actuellement à bord de la station spatiale internationale. Un événement qu'ils ont préparé durant des mois aux côtés de leur institutrice. La transmission est prévue à 15h06 exactement à la médiathèque Baguett' de Saint-Leu. Suivez leur direct vidéo ci-dessous (Photo AFP)
Ce lundi 24 mai 2021, les élèves de CM2 de l'école du Centre à Saint-Leu vont vivre une expérience qu'ils ne devraient pas oublier de sitôt. Durant 10 mn et en l'espace d'une vingtaine de questions, ils vont échanger en direct avec l'astronaute français Thomas Pesquet, actuellement à bord de la station spatiale internationale. Un événement qu'ils ont préparé durant des mois aux côtés de leur institutrice. La transmission est prévue à 15h06 exactement à la médiathèque Baguett' de Saint-Leu. Suivez leur direct vidéo ci-dessous (Photo AFP)

"Reçu cinq sur cinq", "over" : les jeunes élèves de CM2 connaissent tout le vocabulaire pour passer un coup de téléphone... entre la terre et l'espace.

Un échange qui fait suite à la sélection de l'école du Centre de Saint-Leu par ARISS France comme "équipe française radioamateur/école" dans le cadre de la mission ALPHA de Thomas Pesquet à bord de la station spatiale internationale (ISS).

"Il s'agit déjà d'une classe qui mène des actions scientifiques et environnementales comme la végétalisation de la plage" explique leur institutrice, Véronique Léandre. Quand le programme ARISS ("Amateur radio on the international space station") a publié son appel à projets pour que des scolaires entrent en contact avec Thomas Pesquet, l'école de Saint-Leu s'est lancée. "Sur 10 écoles retenues, nous sommes la seule des Outre-mer, toutes les autres sont en Métropole" annonce, fière, la professeure des écoles.

C'est Patrick Bénard, président de l’ARRA (association réunionnaise des radioamateurs) qui a proposé le radio-amateurisme à l'institutrice, enchantée par ce projet. "On n'en parle pas, alors que c'est très important en cas de situation critique, si on a plus de réseau internet ou de téléphone."

- Incollables sur l'espace -

Des réunions se sont alors mises en place pour définir le projet. Première étape : faire découvrir (ou redécouvrir) Thomas Pesquet aux élèves. "Certains ne savaient pas du tout, d'autres oui car ils sont passionnés de l'espace, c'était d'ailleurs eux les moteurs." L'un d'eux a d'ailleurs mis en ligne, sur le blog de la classe, un lien pour suivre l'ISS en direct.

Aux côtés d'un collègue de physique-chimie qui travaille au collège, la professeure des écoles a essayé de laisser les élèves avoir leurs propres idées. La mission : entrer en contact avec l'astronaute. Biographie de Thomas Pesquet, sa mission Proxima de 2016 à l'appui, découverte de l'espace et du système solaire, fonctionnement de l'ISS, mais aussi du radio-amateurisme pour comprendre comment la transmission fonctionne… les élèves ont tout mis à plat pour être prêts pour le jour J. "Ils ont vraiment enrichi leur bagage de connaissances, notamment en suivant Thomas Pesquet sur les réseaux sociaux" explique Véronique Léandre.

Après ce gros travail de documentation, les élèves ont décidé de créer des jeux ainsi qu'une exposition dans la cour, pour présenter l'espace et les planètes à leurs petits camarades. Les élèves ont travaillé en groupes pour présenter le résultat de leurs recherches en sept grands panneaux et sept ateliers de jeux à travers plusieurs angles : décollage, intérieur de l'ISS, alimentation dans la station, ou encore équipage.

Devenus incollables sur le monde de l'espace, les élèves de CM2 ont ensuite préparé leurs questions pour Thomas Pesquet. Chacun d'entre eux devait préparer 10 questions, et sur le total (280 questions tout de même), 20 ont été retenues pour être posées à Thomas Pesquet, sur un rythme relativement soutenu : en raison du temps (court) de passage de l'ISS au-dessus de La Réunion, l'échange durera 10 minutes.

- La découverte du radio-amateurisme -

Ce lundi, c'est grâce au radio-amateurisme que les enfants vont pouvoir entendre l'astronaute et lui répondre directement. Un mode de transmission qu'ils ont découvert aux côtés de Patrick Bénard. Il a permis aux élèves de CM2 de s'initier à l'utilisation d'un émetteur / récepteur et de découvrir l’activité du radioamateurisme.

Tous les vendredis, ils se sont entraînés ensemble à la médiathèque. "Il y a le projet pédagogique mais aussi le côté technique : mettre l'appareil à disposition, et assurer la liaison avec la station" explique Patrick Bénard. "Nous on a de la chance dans notre radioclub, on a tout le matériel pour faire la liaison."

Mais, coup dur, le radioamateur de La Réunion n'interviendra suffisamment pas en raison d'un changement de dernière minute. Le Covid-19 est passé par là, et par décision du 21 avril 2021 (https://www.ariss-f.org/impact-du-cov...), ARISS International a décidé que tous les contacts radio directs des écoles européennes se feront par visioconférence. "En conséquence, le contact radioamateur par satellite pour La Réunion le 24 mai est assuré par une station officielle ARISS sud-africaine qui nous conviera à la visioconférence" indique, à regret, Patrick Bénard.

La crainte d'ARISS : que les liaisons radios soient faites, comme souvent, dans des amphithéâtres ou des gymnases et favorisent les grands rassemblements, contraires aux recommandations sanitaires. "C'est dommage car dans notre cas de toute façon, on fait ça en petit comité à la médiathèque. Et il s'agit d'élèves d'une même classe." Une vidéo en direct permettra aux parents des élèves de suivre leur échange avec Thomas Pesquet en direct. "Je ne vous cache pas que nous radio-amateurs, on est extrêmement déçus. Ça fait depuis le mois de novembre qu'on prépare les enfants."

- Le stress avant le grand échange -

Les règles du jeu sont posées cependant et l'équipe péi doit s'adapter. Quand le relais sud-africain aura le contact avec Thomas Pesquet, il assurera la passerelle avec la classe, tandis que l'ARRA aurait préféré assurer la liaison directement comme ce qui était prévu au départ.

Il faut espérer maintenant que la technique marchera sans problème : pas de souci de réseau internet, pas de panne du côté du relais sud-africain, et pas de problème du côté de l'ISS… "Certains élèves sont inquiets, ils ont peur que la liaison ne se fasse pas bien" admet Véronique Léandre. Mais l'excitation et l'impatience sont bien là, et les élèves sont fin prêts pour leur échange avec l'astronaute français.

Pour suivre la visio-conférence au cours de laquelle les élèves poseront leurs questions à Thomas Pesquet, ça se passe ici.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !