La situation sanitaire toujours fragile :

Covid-19 : les motifs impérieux c'est fini, mais que pour les personnes vaccinées


Publié / Actualisé
Ce mercredi 9 juin 2021 marque la fin des motifs impérieux, uniquement pour les personnes ayant un schéma vaccinal complet. Pour les autres, il faudra encore attendre pour pouvoir voyager librement. Une décision qui n'est pas au goût de tout le monde, surtout qu'aucune date n'a encore été annoncée pour la levée totale des motifs impérieux. Une situation qui pourrait bien changer dès ce mercredi, le préfet devant s'adresser aux Réunionnais.es à 17 heures (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mercredi 9 juin 2021 marque la fin des motifs impérieux, uniquement pour les personnes ayant un schéma vaccinal complet. Pour les autres, il faudra encore attendre pour pouvoir voyager librement. Une décision qui n'est pas au goût de tout le monde, surtout qu'aucune date n'a encore été annoncée pour la levée totale des motifs impérieux. Une situation qui pourrait bien changer dès ce mercredi, le préfet devant s'adresser aux Réunionnais.es à 17 heures (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Ce mercredi devait par ailleurs marquer la nouvelle étape du plan de désescalade, comme c'est le cas en Métropole. Mais les chiffres Covid-19 des dernières semaines ont poussé la préfecture à repousser cette échéance. Le couvre-feu à 23 heures n'est donc pas d'actualité pour La Réunion, tout comme la réouverture complète des bars et des restaurants, ou encore la réouverture des salles de sport.

Une situation qui ne manque pas de faire grincer des dents. Alors que la Métropole entame une nouvelle phase de réouverture, La Réunion se retrouve désormais en décalage. Plusieurs pétitions ont d'ailleurs été lancée pour protester contre ces mesures, que ce soit concernant les motifs impérieux ou bien les réouvertures des salles de sport. Le préfet est donc attendu de pied ferme ce mercredi pour apporter de la visibilité et annoncer un nouveau calendrier.

Ces annonces interviendront dans un contexte sanitaire toujours aussi fragile, bien que les indicateurs covid se soient légèrement améliorés. 1.160 cas ont en effet été recensés dans l'île les sept derniers jours, contre 1.174 cas la semaine précédente. Neuf décès ont par ailleurs été confirmés, contre 14 lors du dernier bilan.  Depuis le début de l'épidémie le 11 mars 2020, 212 malades sont décédés des suites de la maladie. 142 de ces personnes sont décédées au cours des 12 dernières semaines. Une situation légèrement plus favorable, mais qui reste pour le moins préoccupante.

- Des chiffres toujours préoccupants -

Si la situation sanitaire semble être stabilisée, les indicateurs sont toujours dans le rouge, à l'image du taux d'incidence. La semaine passée, il se trouvait à 137,5 pour 100.000 habitants, contre 135,9 cette semaine, soit une légère amélioration. Il reste cependant largement au-dessus du seuil de vigilance.

On note d'ailleurs une augmentation du taux d’incidence chez les 15-24 ans de 9,62% (182.3/100 000) et chez les 25-34 ans de 5,11% (179/100 000). La tendance est par contre à la baisse chez les 0-14 ans,de 8,19% (96.4/100 000), chez les 35-44 ans de 7,95% (153.9/100 000), chez les 45-64 ans de 0,67% (132.6/100 000), chez les 65 ans et plus de 4,12% (100/100 000), et chez les plus de 75 ans de 2,63% (74/100 000).

Les hospitalisations en unité de réanimation ont aussi diminué, passant de 37 à 34 patients en l'espace d'une semaine, 117 lits étant disponibles dans cette unité.

Les foyers de contagion, eux, sont encore en augmentation, 45 d'entre eux ayant été recensés cette semaine conre 39 lors de la semaine précedante. 10 clusters à criticité élevé ont été confirmés, à Saint-Paul, au Port, à Saint-André, Saint-Louis et Saint-Pierre. 20 clusters de criticité modérée ont été notés au Port, à Saint-Denis, Saint-André, Saint-Benoît, Sainte-Marie  Saint-Louis, Saint-Paul et Saint-Pierre. Ces clusters se développent par ailleurs principalement dans le milieu professionnel d'après les autorités.

Dans ce contexte, le préfet doit désormais faire un choix : continuer le plan de désescalade malgré une situation sanitaire égale aux dernières semaines, ou entreprendre une nouvelle série de réouvertures des divers établissements.

as/www.ipreunion.com/ [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Dood, Posté
Qd il fallait protéger la réunion et faire des motif impérieux avt que le virus n arrive ici le gvrnt n à rien fait.mnt que tt le monde est bien contaminer c est les réunionnnais qui ne peuvent plus circuler sans vaccin bravo.on aurait du fermer cette aeroport .ce qui démontre bien que tt pour l économie et surtout différence de gestion en debut de crise et mnt.qd c est la métropole il circule à la reunion ms qd eux reouvrent tt la bas nous ici on est dans le flou et on ns impose d être vacciner. Au début de l épidémie à la reunion ni motif impérieux ni test.
Jeanbon, Posté
Il n'existe pas d'étude qui documente l'efficacité des vaccins au-delà de 6 mois. La multiplication des variants pourrait, en outre, contraindre les laboratoires à produire et administrer de nouveaux vaccins.Donc, les vaccinés, profitez vite, pendant qu'il est encore temps !
Confiance , Posté
Faisons confiance au préfet
Eve, Posté
Taux d'incidence 974 ' La Réunion ' Saint-Denis 140,2 '976 ' Mayotte ' Dzaoudzi 8,9 ' Mayotte : 5,90 % de la population vaccinéeMayotte au 7 juin taux d'incidence au plus bas avec seulement 5 , 90 % de la population totalement vaccinéeQui prendra la peine de lire et de m'expliquer comment avec un pourcentage de vaccinés aussi bas on a un taux d'incidence aussi bas ' Merci
Strop, Posté
J'entends déjà les pleurs et grincements de dents des anti-vaccins, ceux-là mêmes qui existaient déjà au siècle dernier et qui freinaient l'humanité dans sa lutte contre la polio et autres maladies qui décimaient la population.
Justice pour tous, Posté
Avec plus d'intelligence, la population aurait dû faire front à cette mesure discriminatoire et d'atteinte aux libertés.Il a été dit que le "vaccin" ne serait pas imposé alors que c'est l'inverse qui se passe à la Réunion comme si ce n'était pas un département français !!!Il faudrait boycotter les voyages et les compagnies aériennes qui se retrouveraient avec des vols vides et de nouvelles pertes financières. Cette action permettrait de faire fléchir le Gouverneur de la Réunion et le Gouvernement de Jupiter. Une claque de plus ...Mais le peuple Réunionnais semble névrosé et très docile, très soumis, prêt à manger dans la main du Gouverneur qui doit se délecter de sa position de souverain de l'île.
Ste suzanne, Posté
Même en levant les motifs impérieux Pour voyager il faudra êtres vaccinée Les compagnies vont se mettre en cheval de bataille pour suivre ses ordres Et le carnet vaccinal pour covid sera demander à chaque personne qui doit voyager