Covid-19 :

Vaccination : 70% de la population éligible n'a pas encore reçu sa première dose


Publié / Actualisé
Au 6 juin, 30% de la population éligible, ou encore près d'un réunionnais sur 3 a reçu au moins une injection. Le rythme hebdomadaire est passé depuis le début du mois de mai, de 19.000 injections à 36.000. Pour autant, ces efforts ne suffisent pas aujourd'hui à la protection de l'ensemble des Réunionnais, puisque 70% de la population éligible n'a pas encore reçu une première dose. Nous publions ici le communiqué de l'ARS. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Au 6 juin, 30% de la population éligible, ou encore près d'un réunionnais sur 3 a reçu au moins une injection. Le rythme hebdomadaire est passé depuis le début du mois de mai, de 19.000 injections à 36.000. Pour autant, ces efforts ne suffisent pas aujourd'hui à la protection de l'ensemble des Réunionnais, puisque 70% de la population éligible n'a pas encore reçu une première dose. Nous publions ici le communiqué de l'ARS. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les personnes les plus vulnérables et exposées aux formes graves de la maladie ne sont pas encore suffisamment protégées par la vaccination.

L’ARS encourage l’ensemble des Réunionnais à se protéger individuellement en se faisant vacciner contre la Covid-19, et rappelle qu’ainsi on se protège des formes graves de la maladie.

De plus, la vaccination réduit la circulation virale et produit ainsi une protection collective. Pour obtenir cette immunité collective, il nous faut atteindre 80% de la population vaccinée selon les recommandations de l’Académie nationale de médecine.

Dans ce cadre, l’ARS, avec le soutien de la préfecture, lance une campagne de communication pour inciter la population à franchir le pas et à se faire vacciner sans attendre : "On a tous une bonne raison de se faire vacciner !".

Par ailleurs, dans le but de faciliter davantage l’accès à la vaccination au plus grand nombre, l’ARS en lien avec ses partenaires met en place un dispositif de vaccination itinérant et innovant : le "VACCINOBUS ", dont le premier arrêt se fera les 15 et 16 juin dans la commune du Port.

Les chiffres de la vaccination au 7 juin 2021 :
• 283 541 doses de vaccin ont été administrées (dont 3 258 de Janssen)
• 186 033 réunionnais ont pu bénéficier d’au moins une première injection
• 97 508 réunionnais ont pu bénéficier d’une deuxième ou d’une injection Janssen
• Faisant ainsi entrer plus de 30% de la population de La Réunion éligible dans le processus de vaccination.

Sur la semaine dernière :
• 30 784 injections ont été réalisées
• 5 000 rendez-vous sont proposés chaque jour dans les 10 centres de vaccination, en plus de la mobilisation des pharmaciens et médecins de ville.

- Un taux de vaccination insuffisant chez les publics les plus fragiles -

Les populations les plus vulnérables (exposées aux formes graves de la maladie, avec risque de décès)
ne sont pas encore suffisamment protégées par la vaccination :
- Les hommes en général sont moins nombreux jusqu'à présent que les femmes à se faire vacciner, alors qu'il est démontré qu'ils sont plus à risque d’être hospitalisés. (87 000 réunionnais ont reçu une première injection contre 98 000 réunionnaises)
- Les personnes âgées de plus de 70 ans. Plus d’1 personne sur 2 aujourd'hui encore, n'est pas vaccinée.
- Les personnes atteintes de pathologies chroniques qui les rendent particulièrement exposées au risque de formes graves :

• Les personnes diabétiques

Deux tiers d'entre elles ne sont pas encore vaccinées alors que 40 % des patients hospitalisés en réanimation pour COVID sont diabétiques.

• Les personnes atteintes d'obésité sévère

8 personnes sur 10 n'ont pas encore bénéficié de la première dose alors que 27% des patients hospitalisés en réanimation pour COVID sont obèses.

- La vaccination : un enjeu collectif -

Après plusieurs mois de vaccination dans le monde, les spécialistes (épidémiologistes et médecins) s'accordent à dire que la vaccination contre la COVID produit bien un bénéfice collectif pour la société dans son ensemble, à condition d’atteindre une couverture vaccinale d’au moins 80 % d'une population.

Les pays industrialisés dans lesquels on observe une diminution significative et rapide de la transmission du virus ont un seul point commun entre eux : la progression soutenue des taux de vaccination.

Il est donc important d’agir chacun et en grand nombre pour gagner cette immunité collective qui est indispensable. Il est aussi indispensable de rentrer rapidement dans le processus pour gagner la course de vitesse contre les mutations possibles du virus.

Nouvel objectif pour le mois de juillet à La Réunion :

L’ARS a pour objectif d’atteindre une couverture vaccinale de 33% des Réunionnais vaccinés (ayant reçu au moins une injection) au 1er juillet.

Pfeizer et Janssen : les vaccins disponibles à la Réunion dont l’efficacité et la sécurité ont été prouvés. Les études scientifiques les plus récentes dans le monde entier, ont confirmé l'efficacité de ces 2 vaccins, y compris contre les variants sud-africain ou le variant = delta > d'origine indienne, si celui-ci devait arriver à La Réunion.

En terme de sécurité, ces deux vaccins ont également fait leur preuve. Seulement 15 000 incidents en France liés à la vaccination ont été déclarés par les médecins et donc enregistrés par l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM), sur 21 millions d’injections. Trois quart de ces incidents étant considérés comme non graves par l’ANSM après analyse de chacun d’entre eux.

A ce jour, aucun décès n’a été par ailleurs analysé par l’ANSM comme directement consécutif à la vaccination pratiqué sur le territoire français.

- Le schéma vaccinal -

En fonction de ma situation, le schéma vaccinal est différent. Il est dit complet :

• 2 semaines après la 2ème injection pour les vaccins à double injection (Pfizer à La Réunion).

• 4 semaines après l’injection pour les vaccins avec une seule injection (Janssen à La Réunion).

Réservé aux plus de 55 ans, c'est un vaccin qui a l'avantage d'être monodose et qui permet donc une protection un peu plus rapide encore que celle accordée par le Pfizer, puisqu'il permet de gagner une semaine sur le schéma vaccinal complet.

• 2 semaines après l’injection chez les personnes ayant eu la Covid-19 (1 seule injection).

   

2 Commentaire(s)

NONVAC, Posté
Pour reprendre l'article, " on a également tous une bonne raison pour ne pas se faire vacciner" : la liberté de choix de ce qui entre dans son corps !
Fafa, Posté
Ça prouve qu'il y a encore une majorité d'hommes libres a la Réunion mais malheureusement quand même 30 % de cons! Et ça s'est triste.