Ils doivent passer leurs oraux :

La mairie de Paris trouve une solution d'hébergement pour six étudiants réunionnais


Publié / Actualisé
Alors que de nombreux étudiants Réunionnais voyagent actuellement vers la Métropole pour passer leurs épreuves orales, six d'entre eux sont hébergés gracieusement par le bailleur social Hénéo, après l'intervention de la mairie de Paris. "Nous hébergeons ce soir six étudiants boursiers en classe préparatoire originaires de La Réunion qui passent leurs concours la semaine prochaine. Alors qu'ils sont soumis à une quarantaine de sept jours, rien n'était prévu pour leur hébergement" souligne en effet Ian Brossat, élu à la maire parisienne, ce mercredi 16 juin 2021 (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que de nombreux étudiants Réunionnais voyagent actuellement vers la Métropole pour passer leurs épreuves orales, six d'entre eux sont hébergés gracieusement par le bailleur social Hénéo, après l'intervention de la mairie de Paris. "Nous hébergeons ce soir six étudiants boursiers en classe préparatoire originaires de La Réunion qui passent leurs concours la semaine prochaine. Alors qu'ils sont soumis à une quarantaine de sept jours, rien n'était prévu pour leur hébergement" souligne en effet Ian Brossat, élu à la maire parisienne, ce mercredi 16 juin 2021 (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Une action saluée par la députée réunionnaise Karine Lebon. "Merci à la mairie de Paris et à Ian Brossat, élu communiste avec qui je suis fière de travailler, d’avoir trouvé une solution d’hébergement pour 6 candidats réunionnais, venus passer leur épreuve d’oral et contraints d’assumer, seuls, les frais de leur septaine" a-t-elle écrit sur ses réseaux sociaux.

La décision de maintenir les épreuves orales de certaines filières en Métropole a été dénoncée à plusieurs reprises par les élus locaux, alors que la situation sanitaire reste fragile et qu'une septaine est demandée aux voyageurs en provenance de La Réunion. Dans une tribune publiée le 13 avril, la députée Nadia Ramassamy avait estimé que "le ministre de l'Éducation nationale abandonne les candidats ultramarins du CAPES".

Contactée par nos soins, elle avait persisté et signé. "Les candidats ultramarins se retrouvent seuls et isolés pendant 7 jours, dans une chambre d’hôtel exigüe. C’est une situation très difficile pour quelqu’un qui s’apprête à passer une épreuve importante. De plus, les candidats ultramarins doivent payer eux-mêmes la nourriture et l’hôtel durant cette septaine. Beaucoup n’en ont pourtant pas les moyens puisqu’ils sont vacataires. Ce sont autant de critères constitutifs d’une rupture d’égalité entre candidats ultramarins et hexagonaux" avait-elle indiqué.

Lire aussi : Covid-19 et concours nationaux : les candidats réunionnais pénalisés par un parcours semé d'embûches

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !