Visite de la Secrétaire d'État Emmanuelle Wargon :

Logement : construction, réhabilitation, allocations... les attentes sont grandes


Publié / Actualisé
Emmanuelle Wargon, Secrétaire d'État déléguée en charge du logement, est en visite à La Réunion à compter de ce mardi 29 juin 2021 et jusqu'au jeudi 1er juillet. Si celle-ci compte aborder notamment les questions de rénovation énergétique, la Confédération nationale du logement (CNL), menée par son administrateur Erick Fontaine, compte bien l'interpeller sur les problèmes de construction et de réhabilitation des logements. Avec 100.000 personnes en situation de mal logement, La Réunion est en situation de tension. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Emmanuelle Wargon, Secrétaire d'État déléguée en charge du logement, est en visite à La Réunion à compter de ce mardi 29 juin 2021 et jusqu'au jeudi 1er juillet. Si celle-ci compte aborder notamment les questions de rénovation énergétique, la Confédération nationale du logement (CNL), menée par son administrateur Erick Fontaine, compte bien l'interpeller sur les problèmes de construction et de réhabilitation des logements. Avec 100.000 personnes en situation de mal logement, La Réunion est en situation de tension. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

33.000 demandeurs de logements et pourtant 30.000 logements privés vacants : c'est le premier constat que dresse Erick Fontaine, administrateur de la CNL. A l'occasion de la venue de la Secrétaire d'État il insiste sur le besoin urgent de donner un toit aux Réunionnais.e.s.

- Améliorer les aides -

"On demande à la ministre des moyens importants. A la Cinor on a lancé une étude avec l'Agorah (agence d'urbanisme de La Réunion, ndlr) pour identifier les logements vacants, puis trouver les propriétaires : s'agit-il de problèmes de succession, d'impayés ou l'appartement est-il en mauvais état ?" Pour Erick Fontaine, une solution, mettre en place l'ANAH, une aide dédiée aux logements privés pour participer financièrement aux travaux nécessaires. "Il faudrait le même ANAH qu'en Métropole, tout simplement."

De façon générale, la confédération reproche une différenciation des aides qui n'est pas compréhensible, entre l'Hexagone et La Réunion. La CNL a fait les observations suivantes : "sur nos comparaisons on peut constater une AL (allocation logement) en moyenne plus élevée de 5 à 17% en Métropole. Sur nos exemples cela représente un manque à gagner pour le locataire de La Réunion de 1.008 euros à 3.948 euros par an selon les villes". Pour Erick Fontaine, le problème essentiel est de ne pas considérer La Réunion comme zone tendue sur le plan du logement.

- Une construction adaptée à la demande -

Cette logique d'aider les bailleurs privés permettraient selon la CNL aux bailleurs sociaux de se concentrer sur leur mission première : s'occuper de logements dédiés aux plus modestes. "Depuis deux ans environ, on assiste à un phénomène : les bailleurs sociaux partant sur des constructions de logements locatifs intermédiaires, dédiés aux plus hauts revenus. Mais à La Réunion, 78% touchent moins de 1.500 euros par mois ! Ces constructions doivent être portées par des bailleurs privés."

La CNL observe une baisse importante de livraison de nouveaux logements, environ 50% de moins entre 2018 et 2020.

La construction concerne aussi les résidences de personnes âgées, "il y a une forte demande" note Erick Fontaine. "On souhaite des aides pour les résidences : des groupes de 20, 30 ou 40 logements avec les services adaptés pour personnes âgées. Il y aurait des espaces de vie, et une aide en permanence en cas de besoin." Et selon lui, quand les élus parlent de ces résidences aujourd'hui, ils n'ont pas en tête le modèle adéquat.

- Une réhabilitation égale sur tout le territoire -

La Secrétaire d'État devrait aborder la question de la réhabilitation des logements, sujet crucial à La Réunion. "Ce que le gouvernement doit faire, c'est ouvrir le crédit d'impôt à la réhabilitation pour les bailleurs sociaux, quel que soit le logement, en QPV (quartier prioritaire de la politique de la ville) ou non. D'un trottoir à l'autre parfois l'un est QPV, l'autre non, ça n'a pas de sens" reproche Erick Fontaine. Quant aux subventions déjà attribuées par l'Etat, elles doivent être surveillées de plus près. "Souvent, malgré elles, les constructeurs ne démarrent pas et le permis de construire devient caduc."

Avec le changement à la tête de la Région, la confédération espère également un changement important en termes de politique du logement. "La majorité actuelle était beaucoup dans le paraître et la manipulation des chiffres. J'espère qu'avec madame Bello ce sera différent, on va la laisser s'installer à la Région puis on demandera à la rencontrer, tout comme le Conseil départemental" anticipe déjà Erick Fontaine.

Le député dionysien Philippe Naillet demande aussi à Emmanuelle Wargon de faire preuve "d'écoute" lors de sa venue : "au lendemain des élections régionales, les attentes sont grandes en matière de logement, tant la situation est fragile. (...) Nous attendons donc une écoute attentive et une sensibilité aux problématiques du logement à La Réunion" écrit-il dans une lettre adressée à Emmanuelle Wargon.

Dans son dernier rapport régional, la Fondation Abbé Pierre estimait que plus de 100.000 personnes sont mal logées à La Réunion. Près de 3 Réunionnais sur 10 sont touchés de près ou de loin par la crise du logement.

Le programme de la visite d'Emmanuelle Wargon

• Mardi 29 juin :

- Signature de la convention France Relance pour la réhabilitation des friches urbaines : l’exemple du centre artisanal du bois à La Rivière Saint Louis
- Visite du "Cœur de ville" de La Possession suivie d’une présentation en salle du projet de l’éco-cité  
 
• Mercredi 30 juin  :
 
- Présentation du programme national de rénovation urbaine (PNRU) à la mairie de Saint-André  
- Inauguration de l’opération " les jardins du bocage " : une opération de 93 logements sociaux pour l’accueil des personnes âgées et des foyers modestes, à Sainte-Suzanne
 
• Jeudi 1er juillet  :

- Echange avec les équipes et les bénéficiaires de l’épicerie solidaire d’Emmaüs, à Saint-Joseph
- Le logement d’abord : échange avec les professionnels de l’Association laïque pour l’éducation, la formation, la prévention et l’autonomie (ALEFPA) et du Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO), à Saint-Pierre
 - Visite de l’école de l’Entre-Deux qui bénéficie de la Dotation de soutien à l'investissement local (D.S.I.L) pour assurer une rénovation énergétique
- Visite de l’espace conseil FAIRE, service public d’aide et d’accompagnement aux travaux de rénovation énergétique, à Saint-Leu

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !