A l'issue des départementales et régionales :

Deux collectivités, deux camps, et une volonté de convergence


Publié / Actualisé
Ça y est le troisième tour des départementales et de régionales s'est terminé ce jeudi 1er juillet et ce vendredi 2 juillet 2021 avec les élections des présidences : Cyrille Melchior pour le Département et Huguette Bello pour la Région. Fait inédit, deux Saint-Paulois vont diriger les deux plus grandes collectivités réunionnaises. Deux adversaires, Huguette Bello étant jusque là maire de Saint-Paul et Cyrille Melchior étant dans son opposition. Dès les premiers instants de ces scrutins, les deux présidents ont tout de même fait part de leur volonté d'une convergence pour travailler ensemble. Reste à concrétiser le voeu... (photo rb/www.ipreunion.com)
Ça y est le troisième tour des départementales et de régionales s'est terminé ce jeudi 1er juillet et ce vendredi 2 juillet 2021 avec les élections des présidences : Cyrille Melchior pour le Département et Huguette Bello pour la Région. Fait inédit, deux Saint-Paulois vont diriger les deux plus grandes collectivités réunionnaises. Deux adversaires, Huguette Bello étant jusque là maire de Saint-Paul et Cyrille Melchior étant dans son opposition. Dès les premiers instants de ces scrutins, les deux présidents ont tout de même fait part de leur volonté d'une convergence pour travailler ensemble. Reste à concrétiser le voeu... (photo rb/www.ipreunion.com)

- Département : le grand consensus autour de Cyrille Melchior -

On semblait se diriger vers un duel d’ex présidents. Il n’en fut finalement rien puisque Cyrille Melchior fut finalement le seul candidat à sa succession. En effet, Serge Hoarau ayant jeté l’éponge, Nassimah Dindar n’a pas réussi à réunir une majorité de Conseillers départementaux derrière elle.

Conséquence, Cyrille Melchior a été réélu confortablement à la présidence du Département et a pu retrouver son fauteuil au sein de l’hémicycle du Palais de la Source.  Avec 38 voix, il semblerait que le président sortant a fait le plein à droite (24 voix), mais a aussi obtenu les 4 voix des élus de Saint-Benoût, les 4 voix de Saint-Louis, les voix du binôme Possessionais ainsi que celles d’Aurélien Centon et de Jeanne Hoarau. Concernant les deux dernières voix, le soutien de René Sotaca et de Julie Aroubani paraît probable.

A contrario, 12 élus ont voté blanc, certainement ceux de Saint-Denis, dont Nassimah Dindar (8), les deux élus du Port (2) et enfin les deux élus de Saint-Joseph (2), illustrant, au fond, le rapport de force entre droite et gauche apparu lors des régionales.

Cyrille Melchior qui avait été élu avec 26 voix contre 24 voix pour Jean-Claude Lacouture en 2017 peut donc cette fois s’appuyer sur une très large majorité départementale. Une majorité au sein de laquelle il devra composer avec différentes sensibilités. Cela se traduit notamment dans la nomination des vice-présidences.

Si les 5 premières places sont trustées par des élus de droite qui, fait intéressant, sont tous sortants, (dont Serge Hoarau qui obtient la première vice-présidence), le président du Département a pu tenir son engagement d’ouvrir sa majorité, et d’offrir des postes à responsabilité à ses nouveaux alliés. C’est ainsi que Saint-Louis fait une excellente opération avec deux postes de vice-présidents (Flora Augustine Etcheverry est 6ème VP et Camille Clain est 12ème VP). Saint-Benoît emporte un poste de vice-président (Sophie Arzal est 8ème VP), tout comme la Possession (Gilles Hubert est 13ème VP).

- Région : Huguette Bello tourne la page Didier Robert -

Sans surprise, Huguette Bello a quant à elle été élue présidente de Région, tournant de fait la page des 11 années de mandat de Didier Robert. Elle était la seule candidate en lice. Le président sortant n’a pas souhaité présenter une candidature symbolique.

Le vote n’a pas réservé de coup de théâtre puisque nouvelle présidente a obtenu 29 voix, soit toutes les voix des élus de sa majorité. Les 16 élus de l’opposition ont quant eux voté blanc.

Dans son discours, Huguette Bello a rendu hommage aux anciens présidents de Région disparu, tout en adressant ses "sincères salutations à Didier Robert". Elle a aussi appelé à l’unité des élus : "je formule le vœu que le sens de l’intérêt général guide chacun de nous". Elle a repris les grandes priorités de ce mandat, en matière de soutien aux entreprises, de formation, de culture mais aussi d’ouverture sur le monde puisqu’une bonne partie de son discours était axé sur l’ancrage indianocéanique de La Réunion.

La principale question à l’issue du second tour était de savoir si le rassemblement de la gauche parviendrait à s’entendre, notamment pour les postes de vice-présidents. Si, selon certains échos, les discussions furent âpres, Huguette Bello a réussi à composer avec les différentes sensibilités pour satisfaire sa majorité. C’est ainsi que les élus de la nouvelle présidente de Région obtiennent 5 vice-présidences, ceux d’Ericka Bareigts 3 vice-présidences. Patrick Lebreton est quant à lui 1er vice-président.

Cette élection soulèvera désormais une question. Celle de la succession de Huguette Bello à la mairie de Saint-Paul. Si aucun recours n’est déposé d’ici le 7 juillet, le résultat des régionales sera confirmé. La nouvelle présidente aura alors un délai de 30 jours pour démissionner de son mandat de maire. Si elle ne le fait pas dans ce délai, elle sera démissionnée d’office de son mandat le plus ancien, (donc celui de maire) conformément à la loi sur le non cumul des mandats. Vraisemblablement, ce serait Emmanuel Séraphin, 1er adjoint au maire et actuel président du TCO qui tendrait la corde pour reprendre le flambeau.

Quant à Didier Robert, désormais relégué au rang de conseiller régional d’opposition et de conseiller municipal d’opposition à Saint-Denis, nul doute qu’il cherchera à rebondir, peut-être dès l’année prochaine aux législatives ou, plus probable, lors des municipales de 2026, fort d’un bon score enregistré à Saint-Denis (54,81%). Bien évidemment, tout dépendra de l’issue de son procès dans l’affaire dite des Musées Régionaux . Condamné en première instance, Didier Robert a interjeté appel. En cas de nouvelle condamnation, il pourrait se pourvoir en Cour de Cassation.

- Région – Département : des oppositions et une volonté de convergence, pour l’instant -

Contrairement au précédent mandat, la cartographie institutionnelle donne à voir des majorités opposées à la Région et au Département. Si la Région penche à gauche, le Département penche à droite, faisant craindre des blocages entre les deux institutions.

Les deux collectivités seront dirigées par deux élus saint-paulois qui se sont affrontés lors des précédentes élections. En 2017, Cyrille Melchior fut l’adversaire de Huguette Bello aux législatives dans la 2ème circonscription, scrutin largement remporté par la seconde. En 2021, les deux élus se sont retrouvés, mais pas frontalement. Huguette Bello conduisait une liste tandis que Cyrille Melchior était présent sur celle de Joseph Sinimalé au 1er tour, puis celle d’Alain Bénard au second tour. Election remportée par l’actuelle maire de Saint-Paul.

Ce sont donc deux adversaires politiques qui devront composer et essayer de travailler ensemble. Sur ce point, les deux élus ont, lors de leur discours d’investiture, fait montre d’une volonté de "dialogue et d’ouverture" Cyrille Melchior tout d’abord qui a consacré une partie de son intervention à la nécessité créer "une véritable passerelle entre le Département et la Région", plaidant pour la "réactivation de la conférence territoriale de l’action publique sous l’autorité de la Région" afin de travailler sur des sujets tels que les déplacements, la lutte contre la pauvreté ou encore l’agriculture. "Il y a des espaces de convergence que nous pouvons, et nous devons trouver", a souligné le président du Département.

Une vision que semble, pour l’heure, partager Huguette Bello, promettant un "partenariat constructif avec l’ensemble des collectivités, notamment le Conseil départemental".

Si l’osmose semble de mise en ce début de mandature, reste à voir si cela durera. Avec l’approche des législatives, en 2022, et surtout des municipales en 2026, pas sûr que les deux exécutifs réussiront à s’entendre forcément tout le temps, faisant craindre certaines tensions entre ces collectivités.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Mékoué, Posté
Madame, Monsieur, Présidents, en dehors du clivage politique, maintenant si vous êtes soucieux du développement de notre Ile, vous êtes obligés de vous entendre, (comme Paul sur la route de Damas "vous avez été interpellés").Concernant les méfaits du COVID il vous faut sérieusement examiner la question sur les réelles causes des recrudescences: Bouillon de culture entretenu par les masques ' le pseudo vaccin ARNm avec la protéine "spike", est-il efficace ou ne fait-il que déplacer le problème comme le DTT, pour mieux empoisonner le futur ' Les publications affirment que pour finaliser un vaccin il faut au moins 10 ans et avec un taux d'échec de 90%.Feriez-vous votre devoir en organisant des assises contradictoires sur les pour et contres des méthodes et processus organisés'Reste plus qu'à vous souhaiter bon vent...
Poker menteur , Posté
Nena un y sa joue poker à Domenjod.
Commerçant Dionysiens , Posté
Robert passe en ville de saint dénis depuis vendredi soir pour dire aux commerçants qu'il sera candidat à la mairie en 2026, sauf que où sa être inéligible man ! Mdr
La vérité si je mens !, Posté
Marie Antoinette Huguette tient tes promesses car le temps jouera contre toi . Ton programme a été d'éliminer le président sortant , c'est fait ! La NRL , le coma circulatoire , la construction de nouveaux lycées , la formation , l'aide aux TPE ... C'est maintenant !
La vérité si je mens !, Posté
Au fil du temps on verra si le grand consensus autour de Cyrille Melchior serait d'actualité .
Assemblée unique , Posté
Il faudrait une assemblée unique pour une plus grande efficacité et moins de postes d'élus.