D'après l'Insee :

L'activité économique nettement en baisse en 2020, le pouvoir d'achat résiste


Publié / Actualisé
"En 2020, la crise sanitaire de la Covid-19 et les mesures de restrictions mises en oeuvre visant à limiter la progression de l'épidémie - confinement, motifs impérieux, etc. - ont bouleversé l'économie réunionnaise" note l'Insee dans son bilan annuel. Le recul de l'activité est net à La Réunion : le Produit intérieur brut (PIB) baisse de 4,2 % en 2020 après une croissance de 2,2 % en 2019. Cette chute est néanmoins deux fois moins forte qu'au niveau national (- 7,9 %). Nous publions le bilan complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
"En 2020, la crise sanitaire de la Covid-19 et les mesures de restrictions mises en oeuvre visant à limiter la progression de l'épidémie - confinement, motifs impérieux, etc. - ont bouleversé l'économie réunionnaise" note l'Insee dans son bilan annuel. Le recul de l'activité est net à La Réunion : le Produit intérieur brut (PIB) baisse de 4,2 % en 2020 après une croissance de 2,2 % en 2019. Cette chute est néanmoins deux fois moins forte qu'au niveau national (- 7,9 %). Nous publions le bilan complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

À La Réunion, le recul du PIB résulte de la conjugaison d’une nette baisse de la consommation des ménages et de celle des administrations publiques, d’un investissement en berne et d’une chute sans précédent des dépenses touristiques. Malgré ce contexte économique défavorable, le pouvoir d’achat des ménages progresse de 2,3 %.

En 2020, l’emploi salarié augmente de 2 % : le secteur privé est le principal moteur de cette croissance avec 4 700 emplois créés (+ 2,6 %). L’emploi salarié privé est préservé par les dispositifs d’activité partielle, limitant la perte de revenus des ménages. Si les salaires versés sur le territoire reculent de 1,2 % en 2020, cette baisse est en partie compensée par les indemnités de chômage partiel. Ainsi, fortement mobilisées dans le cadre des mesures d’urgence économiques et sociales pendant la crise sanitaire, les prestations sociales sont très dynamiques et soutiennent le revenu des ménages.

En 2020, à La Réunion, la crise sanitaire de la Covid-19 entraîne un recul du produit intérieur brut (PIB) de 4,2 % en volume après une croissance de + 2,2 % en 2019. Le repli de l’activité est d’une ampleur comparable à la récession que l’île a connue en 2009, suite à la crise économique et financière mondiale de 2008. Bien que sévère, cette baisse du PIB est deux fois moins forte qu’au niveau national (- 7,9 %).

À La Réunion, le PIB par habitant recule de 1,9 % en valeur en 2020 contre - 6,0 % au niveau national. Il s’établit ainsi à 22 300 euros par habitant et s’élève à 66 % du niveau national.

- Un recul de l’activité inédit pendant le confinement -

À La Réunion, le premier cas de Covid-19 est confirmé le 11 mars puis, dès le 17 mars, le confinement de l’ensemble de la population française est instauré afin de contenir la propagation de l’épidémie et de limiter l’engorgement des hôpitaux. Il en résulte une chute inédite de l’activité économique, illustrée par une baisse de 40 % du volume d’heures de travail rémunérées dans les entreprises privées en avril 2020 par rapport au même mois de 2019.

Au moment du déconfinement le 11mai, les motifs impérieux sont toujours de mise pour voyager depuis et vers La Réunion et les cafés, bars, restaurants restent fermés. Au 2 juin, ils rouvrent avec une capacité d’accueil limitée et à partir du 22 juin, les motifs impérieux prennent fin entre la métropole et La Réunion. Les heures de travail rémunérées baissent ainsi de manière limitée en juin (- 7 % par rapport à un an plus tôt) et retrouvent quasiment leur niveau habituel dès juillet.

En octobre 2020, contrairement à la métropole, la maîtrise de la situation sanitaire permet à La Réunion d’échapper à un deuxième confinement : le volume d’heures de travail rémunérées se maintient donc au même niveau que les mois précédents alors qu’il baisse de nouveau nettement dans l’Hexagone. Toutefois, les arrivées des voyageurs métropolitains sur le territoire sont de fait contraintes et affectent donc l’activité des secteurs touristiques.

Au final, la baisse d’activité touche l’ensemble des secteurs de l’économie en 2020. La construction et les secteurs liés au tourisme sont néanmoins les plus fortement impactés par les restrictions sanitaires. Ainsi, le nombre d’heures rémunérées et le chiffre d’affaires dans la construction chutent de 10 %. De même, dans les secteurs les plus tributaires du tourisme - l’hébergement-restauration et les transports - l’activité se contracte nettement : le nombre d’heures rémunérées baisse respectivement de 24 % et 9 %.

- L’activité touristique lourdement impactée par la crise sanitaire en 2020 -

En 2020, le trafic aérien subit les restrictions de voyage liées à la crise sanitaire. Dès la mi-mars, les fermetures d’établissements et le confinement entraînent une chute de la fréquentation touristique. La fin du confinement marque une reprise, limitée, de l’activité touristique. Au second semestre, les vacances scolaires de juillet-août, octobre puis décembre permettent au secteur de rebondir, sans toutefois retrouver son niveau d’avant-crise. L’activité repart alors plus vite dans la restauration que dans l’hôtellerie.

Sur l’année, le nombre de passagers en provenance de l’Hexagone recule de moitié, les touristes étrangers sont quasiment absents, le nombre de nuitées hôtelières baisse de 36 % et le chiffre d’affaires dans l’hébergement d’un tiers (figure 3). Au total, la dépense des touristes extérieurs recule de 61 % et ampute la croissance de 1,3 point.

Évolution sectorielle des heures rémunérées par rapport au même

- Le pouvoir d’achat résiste malgré la crise sanitaire -

En dépit de la crise sanitaire et du recul de l’activité économique, le revenu disponible brut des ménages (RDBM) résiste : il progresse de 2,3 % en valeur à La Réunion. Si la baisse des salaires perçus par les ménages pèse négativement sur le RDBM, les prestations sociales et le versement des subventions par le fonds de solidarité rehaussent ce revenu. Par ailleurs, les prix à la consommation des biens et services sont stables du fait des baisses marquées des prix de l’énergie et du transport aérien.

Ainsi, le pouvoir d’achat total du RDB des ménages réunionnais augmente de 2,3 %. Cette progression inclut un léger effet démographique : une fois ramené au nombre d’habitants, le pouvoir d’achat individuel des Réunionnais augmente de 2,2 % contre seulement + 0,1 % en France. En effet, à La Réunion, le revenu des ménages est deux fois plus dynamique qu’en France et les prix sont stables (+ 0,5 % au niveau national). Au total en 2020, le revenu disponible brut par habitant s’élève à 18 700 euros sur l’île, soit 85 % du niveau national.

- Au premier trimestre 2021, l'emploi salarié reste bien orienté -

L’économie réunionnaise résiste au 1er trimestre 2021 aux nouvelles mesures de restriction sanitaires mises en place à partir de février. Ainsi, l’emploi salarié continue de croître (+ 1,0 % après + 1,3 % au trimestre précédent), soit une création nette de 2 600 emplois. Le secteur privé porte l’essentiel de cette croissance (+ 1,4 %), en particulier dans les services aux ménages et aux entreprises, la construction et l’industrie.

Cependant, certains secteurs souffrent des mesures de restriction, en premier lieu l’hébergement-restauration. En effet, la fréquentation touristique est de nouveau en berne à partir de février (motifs impérieux pour voyager). Pour autant, dans l’hébergement-restauration comme dans le commerce ou les transports, secteurs les plus exposés aux restrictions induites par la crise sanitaire, l’emploi résiste grâce au recours aux dispositifs d’activité partielle.

En lien avec la bonne orientation de l’emploi salarié, le chômage se stabilise au 1er trimestre et concerne 18 % de la population active, soit une part moindre qu’avant la crise.

Bien qu’un peu moins nombreuses que le trimestre précédent, les créations d’entreprises se maintiennent à un niveau très élevé.

En un an, d’avril 2020 à mars 2021, 7 700 logements ont été autorisés à la construction à La Réunion, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période un an auparavant.

   

1 Commentaire(s)

La vérité si je mens !, Posté
Jusqu'à quand le pouvoir d'achat résiste ' Winston Churchill : Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées.