Champagne et vin à bulles :

La Russie lance sa guerre des bulles contre la France


Publié / Actualisé
Le vendredi 2 juillet, le président russe Vladimir Poutine a signé un amendement sur la réglementation des boisons alcoolisées. Désormais les champagnes importés seront vendus sous l'appellation "vin à bulles" alors que les producteurs russes pourront utiliser le terme "champagne". Les autorités russes ne prennent donc plus en compte la désignation française champagne d'appellation d'origine contrôlée alors que les producteurs se battent depuis de nombreuses années pour la protéger. Si le changement d'appellation n'est pas effectué, les bouteilles de "vin à bulles" seront considérées comme de la contrefaçon (Photo d'illustration AFP)
Le vendredi 2 juillet, le président russe Vladimir Poutine a signé un amendement sur la réglementation des boisons alcoolisées. Désormais les champagnes importés seront vendus sous l'appellation "vin à bulles" alors que les producteurs russes pourront utiliser le terme "champagne". Les autorités russes ne prennent donc plus en compte la désignation française champagne d'appellation d'origine contrôlée alors que les producteurs se battent depuis de nombreuses années pour la protéger. Si le changement d'appellation n'est pas effectué, les bouteilles de "vin à bulles" seront considérées comme de la contrefaçon (Photo d'illustration AFP)

Le groupe LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton) qui possède plusieurs maisons dans le secteur du champagne a décidé le dimanche 4 juillet de se plier aux règles russes en renommant ses produits selon un article du média Le Point. Le groupe a pris cette décision après avoir stoppé ses importations vers la Russie le week-end dernier.

Les producteurs français qui n'ont plus le droit d'utiliser l'appellation Shampanskoe (champagne en russe) devraient s'acquitter d'une nouvelle certification exorbitante. La société LVMH a indiqué dans un courrier à ses clients russes, qu'elle devra certifier ses produits à hauteur de plusieurs millions de roubles selon un article de Le Monde.

Le Parisien a même fait appel à Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde de l'année 1992 pour une dégustation de "champagne" russe. Le verdict du sommelier : un vin effervescent "séducteur" au nez mais qui "manque d'énergie" au goût. Regardez
 

Le "champagne" russe goûté par un Meilleur sommelier du monde

Alors, que vaut le "champagne" russe ? On a demandé au meilleur sommelier du monde de le goûter et de nous donner ses impressions... Regardez, "c'est pas imbuvable mais..."

Publiée par Le Parisien sur Jeudi 8 juillet 2021

Chaque année 13% des 50 millions de litres de champagnes importés en Russie viennent de France. Avec cet amendement, la Russie souhaite mettre en valeur son produit au détriment du champagne français qui possède pourtant sa propre appellation.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !