Océan indien :

Convention Exploi : 6,7 millions d'euros pour lutter contre la pollution plastique


Publié / Actualisé
Ce vendredi 9 juillet le préfet Jacques Billant, Velayoudom Marimoutou le secrétaire général de la Commission de l'Océan indien et Marc Dubernet, directeur régional de l'Agence française au développement ont signé une convention du projet Exploi (Expédition plastique Océan indien). La signature du projet s'est déroulé au village by CA (Crédit agricole), un des acteurs locaux qui a lancé l'association Plastik'Akoz. Ce programme est réalisé dans le cadre de la lutte contre la pollution plastique dans l'Océan indien. Exploi s'articulera en faveur de l'environnement marin et côtier mais aussi la préservation des écosystèmes de l'Indianocéanie. La recherche scientifique, l'innovation, l'entreprenariat, l'économie circulaire et la sensibilisation feront aussi partie de ce projet. (Photos rb/www.ipreunion.com)
Ce vendredi 9 juillet le préfet Jacques Billant, Velayoudom Marimoutou le secrétaire général de la Commission de l'Océan indien et Marc Dubernet, directeur régional de l'Agence française au développement ont signé une convention du projet Exploi (Expédition plastique Océan indien). La signature du projet s'est déroulé au village by CA (Crédit agricole), un des acteurs locaux qui a lancé l'association Plastik'Akoz. Ce programme est réalisé dans le cadre de la lutte contre la pollution plastique dans l'Océan indien. Exploi s'articulera en faveur de l'environnement marin et côtier mais aussi la préservation des écosystèmes de l'Indianocéanie. La recherche scientifique, l'innovation, l'entreprenariat, l'économie circulaire et la sensibilisation feront aussi partie de ce projet. (Photos rb/www.ipreunion.com)

Le projet Exploi (Expédition plastique Océan indien) est développé par la Commission de l’océan Indien (COI). C'est un programme sur cinq ans financé par l'Agence française de développement et le Fonds français pour l’environnement mondial à hauteur de 6,7 millions d'euros.

Ce projet permettra entre autres de sensibiliser la population aux différents modes de production et de consommation du plastique à usage unique qui pollue massivement les océans. Alice Lemoigne, championne de longboard, la maîtresse de conférence vous en dit quelques mots. Regardez

Pendant ces cinq ans des chercheurs et opérateurs privés de la zone Indianocéanie se pencheront sur l'impact de la pollution plastique. Ils participeront à des expéditions en mer pour évaluer son impact et y apporteront des solutions. Pour Velayoudom Marimoutou, secrétaire général de la Commission de l'Océan indien c'est l'occasion "d'unir les états membres du COI et de voir à quel point la science est nécessaire pour ce projet de grande envergure". Regardez

Le projet Exploi a trois principaux objectifs pour contribuer à la réduction et au recyclage des déchets plastiques :
• améliorer les connaissances sur les impacts du plastique sur pollution marine
• éduquer et sensibiliser les enfants à la pollution plastique
• développer une économie circulaire régionale

Le plastique est omniprésent dans nos vies : gobelets, emballages, bouteilles... Velayoudom Marimoutou déclare qu"il faut amener les gens à consommer différemment l'eau et il faut aussi traiter le plastique d'une façon différente" en s'appuyant sur le fait que 38 litres d'eau sont nécessaires à la fabrication d'une bouteille plastique de 1,5 litres.

Les états membre du COI pourront désormais s'unir pour lutter contre la pollution plastique dont la plus grande partie est emmenée par les courants marins venant de l'Asie et de l'Afrique du sud comme l'a expliqué le secrétaire général de la Commission de l'Océan indien lors de la conférence.

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Toto, depuis son mobile , Posté
Une décision que l on devrait prendre l arrêt total des marchandises sous emballages plastiques et l arrêt de l embouteillage des boissons tel que soda emballage qui envahissent nos abords des routes puisque nos populations inconscientes les dessiminent dans la nature c est par la contrainte que l on seras amené à civiliser nos makotes c est dommage d en arriver à là .