[LIVE-PHOTOS-VIDÉOS] Mobilisation :

Saint-Denis : des centaines de manifestants contre les restrictions sanitaires


Publié / Actualisé
Comme l'an dernier, la fête nationale est sobre en ce 14 juillet 2021. Une cérémonie militaire est organisée au Jardin de l'Etat en présence du préfet et de plusieurs élue.e.s. Une célébration qui prend place le jour même où La Réunion entre de nouveau en couvre-feu, à partir de 23 heures. Le département est en état d'urgence sanitaire. Devant les grilles du Jardin de l'Etat, plus de 200 personnes se sont réunies pour manifester contre les restrictions et l'obligation vaccinale. Les manifestants se sont rendus devant la préfecture, sur le Barachois, avant de gagner l'entrée ouest de la ville. Ils ont finalement regagné le jardin de la préfecture pour y terminer la matinée (Photos et vidéos rb/www.ipreunion.com)
Comme l'an dernier, la fête nationale est sobre en ce 14 juillet 2021. Une cérémonie militaire est organisée au Jardin de l'Etat en présence du préfet et de plusieurs élue.e.s. Une célébration qui prend place le jour même où La Réunion entre de nouveau en couvre-feu, à partir de 23 heures. Le département est en état d'urgence sanitaire. Devant les grilles du Jardin de l'Etat, plus de 200 personnes se sont réunies pour manifester contre les restrictions et l'obligation vaccinale. Les manifestants se sont rendus devant la préfecture, sur le Barachois, avant de gagner l'entrée ouest de la ville. Ils ont finalement regagné le jardin de la préfecture pour y terminer la matinée (Photos et vidéos rb/www.ipreunion.com)

Nos journalistes sont en direct regardez :

 

Manifestation contre les restrictions sanitaires à Saint-Denis

Publiée par Imaz Press Réunion (Page officielle) sur Mercredi 14 juillet 2021

 

  • IPR

    Nous mettons fin à ce live, merci de l'avoir suivi et bonne journée

  • IPR

    Objectif : manifestations tous les samedis

    Les discours s'enchaînent devant la préfecture, les manifestants souhaitent s'y retrouver tous les samedis désormais

  • IPR

    Le calme revient

    L'ambiance est beaucoup plus calme au jardin de la préfecture. Après quelques tensions entre médias sur place et manifestants, les participants à cette mobilisation ont mis de la musique et restent rassemblés dans le calme.

    "Quitte La Réunion monsieur le préfet" scande notamment l'une des chansons diffusées dans le parc. Près de 300 personnes sont rassemblées sur place.

  • IPR

    "Nous sommes contre l'obligation"

    L'une des leaders de la manifestation prend la parole : "on doit avoir le choix, mettre le masque ou pas, se vacciner ou pas. Nous ne sommes pas contre le vaccination, nous sommes contre l'obligation" dit-elle face caméra.

    Certains des manifestants sur place se disent contre le vaccin, d'autres ne sont pas fondamentalement contre mais s'opposent à la notion d'obligation vaccinale.

  • IPR

    Nos journalistes sont en direct regardez :

    Manifestation contre les restrictions sanitaires à Saint-Denis

    Publiée par Imaz Press Réunion (Page officielle) sur Mercredi 14 juillet 2021



     

  • IPR

    Retour au Barachois

    Les manifestants ont fait demi-tour. Le barrage de policiers devant la route du littoral les a poussés à faire chemin inverse, dans une atmosphère relativement pacifique.

    Le cortège repart vers le Barachois.

  • IPR

    Les manifestants bloquent l'entrée ouest de Saint-Denis

    Ils ont été accueillis par un cordon de policiers pour les empêcher d'accéder à la route du littoral. Regardez :

  • IPR

    Quelques photos du rassemblement à Saint-Denis :

    L'ensemble des photos est à retrouver en une de cet article

  • IPR

    Les manifestants sur la place de la Victoire

    Les manifestants défilent dans Saint-Denis depuis le Jardin de l'Etat, ils se rendent vers la préfecture afin d'investir le Barachois. Ils seraient environ 300.

    Regardez :

  • IPR

    Une manifestation dans Saint-Denis

    Plus de 200 personnes se sont réunies devant le Jardin de l'Etat pour protester contre les restrictions sanitaires et l'obligation vaccinale. De nombreux participants sont venus pancartes en main ou accessoires de "Marianne" pour "défendre nos libertés". Regardez :

  • IPR

    "En ce 14 juillet, nous voici à nouveau rassemblés pour célébrer notre fête nationale, fête de l’unité du peuple de France, qui témoigne de notre fidélité à la République en faisant fi de toutes les divergences d’opinion, de pensée ou de croyance. Car en ce 14 juillet, en célébrant la France, nous célébrons bien ce qui nous unit, à savoir ces valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité si constitutives de notre identité et qui nous rendent si fiers d’être Français.

    Mesdames et Messieurs, nous sommes à nouveau ensemble à La Réunion et partout en France pour faire nation et l’esprit républicain qui préside à cette cérémonie n’a en rien au fil du temps perdu de sa force et de sa sincérité.

    La Révolution française, rappelons-nous, ouvrait les portes d’un monde nouveau dans lequel les hommes seraient libres et égaux, pourraient constituer le gouvernement de leur choix, auraient la possibilité de rechercher par les moyens qui leur paraîtraient les plus adaptés le bonheur auquel ils ont droit. C’est le début du monde moderne caractérisé par la raison et la liberté.

    Depuis est inscrite en lettres d’or sur notre drapeau notre magnifique devise qu’il nous appartient encore et toujours de faire vivre, car elle symbolise avant tout l’Histoire de notre pays construite grâce à la formidable mobilisation de ses citoyens. C’est à ce titre qu’elle enracine notre citoyenneté.

    Mon Général, je souhaite ouvrir ce discours en vous faisant part de ma reconnaissance pour l’engagement des FAZSOI dans la défense de notre pays et des valeurs qu’il porte partout dans le monde.

    Les forces armées symbolisent avec une grande force la permanence de l’État-nation à La Réunion en incarnant la solidarité nationale à chaque fois que le besoin s’en fait sentir. Sachez combien nous y sommes tous sensibles.

    Je vous adresse aussi et encore mes plus vifs remerciements pour tout le travail réalisé par vos militaires afin d’arriver aujourd’hui à une cérémonie de si belle tenue. Cette année encore, nous avons su nous réinventer et imaginer un dispositif adapté aux contraires sanitaires. Ce n’était pas chose aisée et cela n’aurait pas été possible, Monsieur le Président du Conseil départemental et Madame la Maire de Saint-Denis, sans l’appui constant et enthousiaste de vos collectivités. Je tiens donc à dire merci du fond du cœur à toutes les personnes engagées dans l’organisation de ce 14 juillet.

    Car loin d’être un exercice obligé ou une simple date dans le calendrier, la célébration de notre fête nationale est avant un acte citoyen, un intime devoir civique dont nous avons cette année une conscience encore plus aiguë de la nécessité après des mois intenses, éprouvants, parfois emplis de doute et d’inquiétude.

    Notre pays a été et est encore profondément bouleversé et traumatisé à bien des égards par la crise sanitaire, et La Réunion ne fait pas exception. Nous en saisissons toute la gravité et le Préfet que je suis a plus que conscience de l’importante responsabilité qui est la sienne dans la gestion de cette épreuve hors norme.

    Soyez assurés de mon engagement à tout mettre en œuvre pour protéger la santé des Réunionnaises et des Réunionnais et soyez convaincus que l’administration de l’État que j’ai l’honneur de diriger à La Réunion n’a d’autre but que de permettre à chacun de retrouver, le plus rapidement possible, une vie la plus sereine possible.

    L’année dernière, nos militaires des forces armées et de la Gendarmerie, nos policiers et nos sapeurs-pompiers étaient côte à côte avec nos personnels soignants pour que nous puissions clamer toute notre reconnaissance à ces femmes et à ces hommes de devoir, qui se battent aussi pour nous chaque jour.

    Leur engagement n’a pas failli et il tient encore aujourd’hui, malgré la fatigue. Permettez-moi ici devant vous de les en remercier solennellement et de leur dire ma confiance et mon plus grand respect. Oui, Mesdames et Messieurs, dans cette tempête, il y a eu des éclaircies, il y a eu de la lumière, de l’espoir, de belles histoires, des histoires d’hommes et de femmes engagées, des histoires de citoyens.

    Il y a eu l’heureuse manifestation de cet esprit de résistance et de résilience qui soulève des montagnes. Il y a eu la démonstration, rassurante, nécessaire de la force du peuple français. Car plus que la prise de la Bastille, c’est la prise en main de notre destin que nous célébrons chaque année au 14 juillet.

    Et c’est pour célébrer toute la vigueur de cet esprit français et toute sa contemporanéité que j’ai décidé de placer cette cérémonie sous le sceau de l’engagement de la jeunesse et de la confiance en l’avenir.

    Au discours décliniste, je veux opposer l’espérance. L’espérance devant une jeunesse engagée qui relève les défis de sa génération, une jeunesse active et consciente qui se saisit des enjeux les plus pressants et s’organise pour y répondre. On doit parler de la jeunesse comme du printemps de la vie et de l’aurore de la raison, car la jeunesse constitue avant tout ce moment où s’élabore l’avenir.

    Et loin des lieux communs sur une jeunesse prétendument désintéressée des affaires de la cité, je rencontre au contraire, au fil de mes déplacements de terrain, une jeunesse engagée qui s’inscrit dans les pas de ses aînés, incarnant les valeurs de la République et faisant vivre cette citoyenneté française, ce plébiscite de tous les jours qui est un patriotisme du quotidien. C’est ainsi ce sentiment ému, partagé avec les jeunes du régiment du service militaire adapté de La Réunion, pour leur première cérémonie de levée aux couleurs.

    C’est l’étincelle de fierté, qui brille dans les yeux de la famille et des proches de ces jeunes lycéens du Tampon, Liam, Timothée et Théo, que j’ai décorés dans les jardins de la préfecture de la médaille pour acte de courage et de dévouement parce qu’ils avaient sauvé du fracas de l’océan et des vagues une personne qui se noyait sur la plage de Grand Anse.

    C’est notre jeune collègue réunionnaise Jessica LEVENEUR, gardienne de la paix, qui fait aujourd’hui partie de la garde au drapeau de la police nationale et qui défilera en tête des forces de police sur les Champs-Élysées, une jeune femme de 36 ans, originaire du Tévelave, qui a débuté sa carrière comme cadette de la République à La Réunion.

    Mais c’est aussi d’autres formes d’engagements qu’il nous faut reconnaître, d’autres méthodes pour vivre pleinement sa citoyenneté et faire entendre sa voix. Des modes qui sont largement marqués par le numérique, par des formes d’engagement plus souples, moins éphémères, moins hiérarchisées qu’antan.

    Notre objectif est clair, au nom de l’égalité républicaine et du progrès humain, nous devons alimenter l’espoir des plus jeunes d’entre nous, nous devons les aider à tirer le meilleur parti de leurs talents, nous devons briser tous les déterminismes qui les entravent et qui parfois les désespèrent.

    Comment ne pas penser tout particulièrement ici à La Réunion, à la formidable réussite du service civique, qui compte dans ses rangs tant de jeunes et qui est mis à l’honneur aujourd’hui ? Comment ne pas penser à nos prodiges de la République, à notre première génération de volontaires du service national universel ? Comment ne pas penser, aussi, à l’engagement des jeunes artistes que nous aurons le plaisir dans un instant de voir et d’écouter, et qui disent par leur art leur vérité et leur rapport au monde, comme hier les poètes accompagnaient de leurs vers la révolution.

    « Jeunesse, jeunesse [...] Qui donc, si ce n’est toi, tentera la sublime aventure, se lancera dans une cause dangereuse et superbe, tiendra tête à un peuple, au nom de l’idéale justice ? » disait ainsi Émile Zola, dans sa lettre ouverte à la jeunesse, durant l’affaire Dreyfus. Oui, nous avons confiance dans la capacité de notre jeunesse à s’inscrire dans le projet d’une France moderne, qui porte ses valeurs républicaines avec détermination, respect et fierté, une France qui avance dans un monde difficile, féroce parfois, à travers les progrès de l’innovation, par ses capacités d’intelligence et de travail.

    Confiant en cette jeunesse, je suis confiant en l’avenir de La Réunion. Et ce sera mon rôle, ce sera notre rôle dès demain de poursuivre nos efforts pour donner à cette jeunesse toute la place qui est la sienne dans la société, pour dynamiser notre modèle méritocratique et faire en sorte que la relance soit bien aussi celle de nos jeunes gens. Pour les accompagner dans les formations et puis dans l’emploi, et pour leur offrir un cadre de vie digne, soucieux de l’environnement et solidaire. Nous n’accepterons jamais qu’un enfant renonce à ses rêves en raison de son milieu social ou de ses origines. Et c’est bien pour cela qu’il nous faut remettre de l’espoir et du mouvement dans une société qui est encore à bien des égards trop figée, trop hiérarchisée, trop cloisonnée.

    Mesdames et Messieurs, la France doit être ce pays où seuls comptent le tempérament, la personnalité, la volonté, l’enthousiasme. Je veux m’adresser aux jeunes pour leur dire qu’au-delà de l’aide que nous leur accordons, ils doivent eux-mêmes faire preuve de motivation, de performance et d’exigence vis-à-vis de soi. Nous sommes là, État, collectivités, entreprises, associations et parents, pour vous aider et vous guider , mais votre avenir dépend avant tout de vous-mêmes, de votre volonté et de votre capacité à vous transcender et à viser l’excellence, afin que les efforts de la puissance publique et les vôtres soient couronnés de succès.

    Vous vous devez de le faire pour vous, pour votre famille, pour votre région et pour votre pays, afin que résonne notre devise comme un écho incessant. C’est aussi et surtout cela l’esprit du 14 juillet.

    Mesdames et Messieurs, la liberté, l’égalité la fraternité ne seront jamais une simple inscription vieillie au fronton de nos édifices, elles représentent des valeurs qui sans cesse se recomposent et que nous entendons demain comme aujourd’hui chanter, promouvoir et défendre. Chacun d’entre nous doit chercher au plus profond de lui-même ce qu’il a de meilleur à donner à son pays.

    Pour reprendre l’expression de Félix Éboué, cette cérémonie doit donc résonner chez nous tous, et particulièrement chez les plus jeunes, comme un appel à jouer le jeu de la République.

    Comme un appel à plus de fermeté dans le respect des règles de la République.
    Comme un appel à plus de fraternité dans nos relations sociales.
    Comme un appel à plus d’égalité dans la diffusion du savoir et la transmission des connaissances, dans l’apprentissage de la citoyenneté.
    Comme un appel à plus de République dans l’engagement que chaque citoyenne et chaque citoyen doivent mettre au service de la communauté nationale, parce que nous ne connaissons pas d’autre communauté que la communauté nationale.

    Mesdames et Messieurs, nous célébrons en ce 14 juillet non seulement un héritage, mais surtout un engagement et une promesse, celle de faire vivre la République au service de La Réunion et au service de notre patrie la France.

    Vive La Réunion, vive la République, vive la France.

  • IPR

    Huguette Bello appelle "tous les Réunionnais à aller se faire vacciner"

    Alors qu'une manifestation s'installe peu à peu devant les grilles du Jardin de l'Etat, Huguette Bello, présidente de Région, défend le vaccin.

    "C'est la journée où l'on célèbre la liberté, l'égalité et la fraternité, des grands symboles" commence-t-elle. "C'est une devise à caractère universel." Elle appelle notamment à se focaliser sur la fraternité, en ces temps de crise sanitaire. Ecoutez :

    La présidente de Région en profite pour passer un message : "j'appelle tous les Réunionnais à se faire vacciner, c'est une liberté le vaccin. Il faut croire en la science. Le vaccin est quelque chose qui est formidable. Mon message est simple : il faut se faire vacciner pour se protéger". Ecoutez :

  • IPR

    Une cérémonie est organisée au Jardin de l'Etat depuis 9h30, regardez :

  • IPR

    Bonjour, nous ouvrons ce live pour suivre la journée du 14 juillet, tiraillée entre la cérémonie militaire dans le Jardin de l'Etat et la manifestation anti restrictions sanitaires dans les rues de Saint-Denis.

    Restez connectés

A propos

Un 14 juillet sobre dans les Jardins de l'Etat

Avec une épidémie de Covid-19 qui circule encore activement sur le territoire, la fête nationale est impactée à nouveau. Dans ce contexte sanitaire instable, Jacques Billant, préfet de La Réunion, a décrété un nouveau couvre-feu, suite à l'allocution du Président de la République. La fête du 14 juillet devra donc se faire dans le respect des règles sanitaires. Les spectacles pyrotechniques communaux sont interdits, tout comme les défilés pour éviter des attroupements de foule. Seuls les feux d'artifice faits maison, tiré depuis son jardin, sont autorisés.

Ce 14 juillet s'annonce particulier cette année à cause de l'épidémie de Covid-19. Un protocole sanitaire a donc été décidé en lien avec les maires et les élus pour sécuriser l'organisation de la célébration de la fête nationale et limiter les risques de contaminations. 

- Le protocole pour la journée -

Ainsi les événements festifs comme les concerts, les bals populaires ou les feux d'artifice seront interdits. Seules les configurations assises sont autorisées, afin de faciliter la gestion des flux et éviter les regroupements et les attroupements propices à l’apparition de chaînes de contamination. Pour le cérémoniel républicain, les troupes et les participants au dispositif sont autorisés à rester debout.

En revanche, le public doit lui être assis. Une jauge de tolérance est acceptée pour le cérémoniel, à savoir 100 spectateurs debouts. Le port du masque sera quant à lui bien évidemment rendu obligatoire pour tous le temps de la cérémonie. Aucune activité de restauration et de buvette ne pourra se tenir dans les sites des célébrations ou à proximité afin d’éviter les brassages de populations et le retrait du masque.

Les défilés ne seront pas autorisés. Les cérémonies civiles et militaires doivent être organisées avec des dispositifs statiques. La régulation du public et le maintien des gestes barrières ne sont pas gérables dans le cadre de défilé.

Lire aussi - La fête nationale sera sans feu d'artifice et sans défilé

Pour les établissements recevant du public (ERP) en plein air comme les stades par exemple : la jauge maximale autorisée correspond à 35 % de la jauge sécurité incendie, dans la limite de 500 invités ou spectateurs. Une distance minimale d’un siège laissé libre entre les personnes ou les groupes de six personnes venant ensemble doit être respectée.

A savoir que plusieurs collectifs ont appelé à manifester devant le Jardin de l'Etat, simultanément à la cérémonie militaire. Cette mobilisation fait écho aux restrictions sanitaires notamment le couvre-feu qui commence soir sur l'île, et l'obligation vaccinale à laquelle ces militants se disent opposés.

   

15 Commentaire(s)

John , Posté
L'esclavage c'est fini
Mékoué, Posté
Non Huguette pas vous !' vous femme de terrain, présente dans pratiquement toutes les manifestation syndicales, pour préserver entre autres les Libertés.. Soit vous avez trop de mandats et n'ayez plus le temps de consulter les publications scientifiques et vos conseillers à la remorque aussi de la "Gouvernance Mondiale", piloté pour la France par l'envoyé de Davos, vous induisent en erreur, si ce n'est pas le cas vous tenez là un discours que démagogique et complice de la ruine enclenchée, par autant de mesures ubuesques COVID. Parmi les manifestants de ce 14 juillet et d'avant, à savoir, aucun n' a osé remettre en cause le BCG, aucun des manifestants, n'est "antivaccin". Par contre ce vaccin ARNm expérimental, finalisé en une année, (il faut là aussi et au moins une dizaine d'années pour parvenir à un résultant avec risque d'échec de 90% -Science et Vie nov 2020), qui a déjà à son actif : 10 000 décès en Europe, sans compter les effets secondaires ( démangeaisons buccales, Paralysies; thromboses...), cet ARNm les manifestants N'EN VEULENT PAS, d'autant que l'aval des organismes officiels avec les méfaits constatés après coup sur les produits sanitaires : médiat..., levoth..., implants mammaires, talc..., oser donner un seing blanc à la science de ces officiels souvent plus intéressée qu'intéressant, Non, tout doit être préalablement vérifier, et "la bonne bête se garde soi-même" selon le dicton.Madame la Présidente, le professeur Montagnier prix Nobel de médecine, ne peut pas, hier être adulé et aujourd'hui devenir un sinistre "complotiste' Comme 30 000 de ses confrères du CSI (une cinquantaine à la Réunion, dont un au moins depuis des années tire régulièrement la sonnette sur les méfaits de la surexploitation des ressources de la planète), comment face à ces milliers de scientifiques de la santé aussi, ignorer leur conseil de prudence, quand ils disent, que ce vaccin ARNm imposé, n'a pas encore fait ses preuves, d'autant que beaucoup de personnes décèdent dans les 10 jours après injection.Enfin Madame, et ce CRI s'adresse à pratiquement tous les élus de ce département , sauf aux deux qui semblent enfin nous entendre, comment vous la combattante , la militante..., puisse cautionner la folie liberticide et dictatoriale de ce gouvernement par un tel ignoble chantage : si vous n'avez pas votre Pass'Sanitaire; vaccin; test PCR, VOUS N'AUREZ PLUS LE DROIT : DE FAIRE VOS COURSES, D'ALLER AU CINEMA , DE TRAVAILLER*..., serait-ce le retour de l'étoile jaune 'Espérons que le Conseil Constitutionnel, a été là au moins saisi...'*) le personnel médical récalcitrant, sera-t-il encadré de policiers et vacciné de force, ou bien fera-t-on appel à un personnel étranger vacciné de remplacement '
Ax, Posté
Fin des libertés. Vaccins ridicules et élus non scientifiques
John , Posté
IL FAUT FAIRE UNE RÉVOLUTION
Gege974, Posté
200 personnes manifestent' en quoi est-ce représentatif de la population ''. 200 qui contamineront et pleureront sans doute un membre de leur famille ou un collègue ou un ami'. Mais se remettront ils en question pour autant'200 personnes pfff' Allez chère madame, cher monsieur, allez contaminer de façon égoïste et surtout faire en sorte que nous ne sortions pas dé cette impasse'
Et le masque', Posté
Vous êtes sérieux là'!!!!'''!!! Rappelez moi ce que vous faîtes de vos week-end''''' Et à combien'''' Quand j'entends les gens autour de moi se vanter de passer leur week-end entre amis et familles... à profiter! partir en vacances avec motif impérieux. Et que moi, je doive me faire vacciner pour avoir droit à un protocole de santé, je suis obligé de me faire vacciner à cause de vous!!!!!!! Soyez sûrs que si les annonces ne sont pas appliquées, M. Le Préfet, c'est moi qui viendrais faire la grève de la faim harnachez à votre portail.Trop fort la population, ça ne respecte rien et aujourd'hui ça crie
MOUTIEN , Posté
L étoile jaune !!!! Comment peut on utiliser ce symbole, comparer la France d'aujourd'hui à l'Allemagne nazie, la politique sanitaire à la politique anti juive ''' Ont ils oublie toute retenue, toute leçon de l'histoire ' La honte vraiment. Et le dégoût
Citoyenne, Posté
C'est une grosse blague!!!!! Tous ces gens sont contre' Contre quoi' Vous étiez où, rappelez moi, soirs et week-end' A combien' Arrêtez!!!! Vous avez poussé les gens à se faire vacciner et aujourd'hui, avec vos comportements irresponsables, vous demandez des libertés' Quand on a des droits, on n'oublie pas ses devoirs, chose que vous avez oubliée ces derniers mois. M. Le Préfet, appliquez les lois SVP!!!!!! Sinon, il n'y aura plus d'égalité entre ceux qui ne les respectent pas et ceux qui ont tt fait depuis le départ comme il fallait, et qui se retrouvent aujourd'hui bien "emmerdés" à cause de ts ces irresponsables!!!!!!
Jose, Posté
Toujours ces mêmes personnes, toujours à gueuler, à revendiquer, venus ici pour le soleil, et qui passent leur temps à aller et venir ici, bouffant tous les ans, des milliers de tonnes de kérosène.Et ce sont ceux là même, qui gueulent contre le réchauffement climatique, les restrictions dues à l'importation des virus.Met zot mask, et rent zot kaz band gratels !
Popo, depuis son mobile , Posté
Envoyez tous ces gens travailler une semaine à l'hôpital au contact des malades du Covid.ils vont changer d'avis.pour l'instant une amende pour chacun , les rassemblements étant interdits.
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
" Je veux être clair je ne rendrai pas la vaccination obligatoire ", ainsi s'exprimait le Président de la République le 24 novembre 2020. Magazine national A BFM T.V , le 03/06/2021 COVID-19: EMMANUEL MACRON S'OPPOSE À LA VACCINATION OBLIGATOIRE . "Pour les Françaises et les Français quand quelque chose est obligatoire ça déploie des anticorps. Les gens quand on leur laisse la liberté, on les convainc. Si on leur dit c'est obligatoire, ils vont dire 'ouh la, qu'est-ce qu'il nous fait'' Donc je crois que l'adhésion monte", a estimé le chef de l'État.
RIPOSTE974, Posté
Résolution 2361 (2021)Auteur(s) : Assemblée parlementaire Union EuropéenneOrigine Discussion par l'Assemblée le 27 janvier 2021 (5e séance)7.3.1 de s'assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n'est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s'il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement;
RIPOSTE974, Posté
Tous ces badauds sont vaccinés , le pass sanitaire à jour à les voir en champêtre ' Le 14 juillet , une date bizarre en voyant tous ces bleus de chauffe , en kaki à jouet à la guerre artificielle . Est - ce ENCORE une tradition '
Ah bon, Posté
une interview de HB c'est bientôt les subventions .... ensuite le chapeau de l'article en présence du préfet et de plusieurs élue.e.s. quand on veut faire de l'écriture inclusive et qu'on rate ..... au fait au JO de ce jour légion d'honneur Mme Bareigts, née Couderc (Paule, Erika dite Ericka), ancienne ministre, maire de Saint-Denis de La Réunion ; 29 ans de services.M. Lebon (Jean-François, Guy), commissaire divisionnaire de police, directeur départemental de la sécurité publique de La Réunion ; 32 ans de services.
Zaki , Posté
Okilé Didier robert le vacancier ek son fem i fé foto'''''' I repose à présent et c tant mieux i voit pi lo figure