Village olympique :

JO de Tokyo : des lits écoresponsables en carton qualifiés d'"anti-sexe"


Publié / Actualisé
Au village olympique de Tokyo, les athlètes dorment sur des lits en carton, présentés comme "écoresponsables". Mais la rumeur dit que ces lits seraient surtout là pour éviter toute galipette entre les athlètes. Qualifiés d'"anti-sexe", ces lits sont le sujet au coeur du village olympique en ce moment. Mais leur prétendue fragilité a été démentie par plusieurs sportifs, qui se sont amusés à démontrer via leurs réseaux sociaux que ces lits pouvaient supporter poids et acrobaties. (Photo AFP)
Au village olympique de Tokyo, les athlètes dorment sur des lits en carton, présentés comme "écoresponsables". Mais la rumeur dit que ces lits seraient surtout là pour éviter toute galipette entre les athlètes. Qualifiés d'"anti-sexe", ces lits sont le sujet au coeur du village olympique en ce moment. Mais leur prétendue fragilité a été démentie par plusieurs sportifs, qui se sont amusés à démontrer via leurs réseaux sociaux que ces lits pouvaient supporter poids et acrobaties. (Photo AFP)

En tout ce sont 26.000 lits en carton qui ont été conçus pour le village olympique cette année aux Jeux Olympiques de Tokyo. Carton recyclé, matériaux en polyèthylène : après les Jeux, ces lits seront réemployés pour la fabrication d'objets en plastique. Ils sont présentés par leurs créateurs comme "écoresponsables".

Mais à en croire certaines rumeurs, ils auraient surtout été pensés pour être "anti-sexe" et éviter les galipettes. Selon la société Airweave qui a produit ces lits, les installations sont prévues pour supporter jusqu'à 200 kg. Ainsi il pourrait être difficile d'être deux dedans et d'envisager quelques acrobaties. L'Américain Paul Chelimo, spécialiste en demi-fond raconte : "ces lits sont destinés à empêcher toute intimité entre sportifs, ils pourront supporter seulement le poids d'une seule personne afin d'éviter toute situation autre que sportive".

Les ahlètes ont donc voulu vérifier si ces lits étaient effectivement fragiles. Ils sont "aussi solides que du bois" a assuré Takashi Kitajima directeur général du village auprès de l'AFP. Des athlètes se sont amusés à le prouver, regardez :

Le village olympique rimerait souvent avec lieu de rencontres pour les pépites sportives. Lors des Jeux d'hiver de 2018 en Corée du Sud, l'application phare de rencontres Tinder a explosé avec une utilisation en hausse de 350% sur place.

"L'affaire des lits anti-sexe" a été reprise par le Comité international olympique (CO) qui a retweeté la vidéo du gymnaste irlandais Rhys Mcclenaghan. Un relais pour faire taire les rumeurs et "fake news" autour de ces lits originaux. 

www.ipreunion.com / [email protected] avec AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !