Les milliers de manifestants ont disparu :

Le pass sanitaire a (presque) fait oublier la réforme des retraites et du chômage


Publié / Actualisé
Fût un temps où plusieurs milliers de personnes étaient descendues dans les rues de Saint-Denis pour manifester contre la réforme chômage et celle des retraites. Un temps où le Covid-19 n'existait pas, et où les acquis sociaux étaient défendus bec et ongle par une partie de la population. Ce temps semble désormais révolu, alors que le président a d'ores et déjà annoncé que le projet, resté en suspens, allait repartir de plus belle (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Fût un temps où plusieurs milliers de personnes étaient descendues dans les rues de Saint-Denis pour manifester contre la réforme chômage et celle des retraites. Un temps où le Covid-19 n'existait pas, et où les acquis sociaux étaient défendus bec et ongle par une partie de la population. Ce temps semble désormais révolu, alors que le président a d'ores et déjà annoncé que le projet, resté en suspens, allait repartir de plus belle (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

L'annonce est presque passée inaperçue, perdue au milieu d'un long discours abordant la situation sanitaire de la France. Pourtant, La réforme de l'assurance-chômage sera "pleinement mise en oeuvre dès le 1er octobre" a assuré le chef de l'Etat lors de sa dernière prise de parole. Il a également prévenu que la réforme des retraites va être engagée.

Dans leur lutte contre la "dictature", les opposants au pass sanitaire semblent cependant avoir oublié de protéger des acquis dont la France peut être fière. S'il y a bien quelques appels, ici et là, à manifester contre la réforme dans la foulée des rassemblements contre les restrictions sanitaires, sur le terrain, la réalité semble être légèrement différente.

Parmi les nombreuses pancartes qui ont pu être observées lors des dernières manifestations, presque aucune ne fait référence aux retraites. Les références à la Shoah, à la dictature, au génocide en marche, elles, pullulent. Pourtant, au plus haut de la contestation contre ces réformes, plusieurs milliers de personnes s'étaient réunies à plusieurs reprises pour manifester.

- Où sont les élu.e.s ? -

La mobilisation semble désormais s'être essoufflée, pour laisser place à une mobilisation dénonçant "la privation de liberté de la population". Quid de la baisse de l'allocation chômage, ou du départ retardé à la retraite ? Quid de la caisse de la fonction publique, du système hospitalier en ruine ? Si quelques élus locaux dénoncent – parfois timidement – les réformes en marche, beaucoup semblent plus occupés à s'intéresser au pass sanitaire qu'à la destruction des droits sociaux. Quand ils ne s'accordent pas tout simplement sur la lignée du président de la République.

Il est tout de même extrêmement curieux qu'une foule, semble-t-il attachée aux droits des Français.es, oublie purement et simplement de défendre les acquis sociaux de la population. Certes, le pass sanitaire est une problématique immédiate, son application a commencé ce mercredi. Mais le désintérêt face aux prochains mois à venir ne laisse rien présager de bon pour les mobilisations futures. En espérant nous tromper, évidemment.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Imaz Content de vous retrouver ! (Heureux de vous retrouver aussi, cher Chaban - webmaster)
Avez-vous vérifié cette info ', depuis son mobile , Posté
Je suis suprise par cet article. Peut-être ai-je mal interprété le discours du président mais il me semble qu'il a dit " je ne lancerai pas cette réforme tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée ". Êtes-vous sûr que ces conditions seront réunies le 1er octobre '
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
La rentrée va être chaude à tout point de vue . Patience , le poudré de Paris a laisser entendre pas sûr qu'il se représente, il va se hollandiser !!!