De nombreuses infractions commises :

Sécurité routière : deux automoblistes condamnés en comparution immédiate


Publié / Actualisé
Dans la matinée de lundi 26 juillet, les motocyclistes de la brigade de gendarmerie de Saint-Paul, procèdent au contrôle rue du général de Gaulle à Saint-Gilles, d'un automobiliste "bien connu de leur service pour des délits routiers". Placé en garde à vue pour conduite d'un véhicule malgré l'injonction de restituer son permis suite à une perte totale des points, et conduite après avoir fait usage de produits stupéfiants en état de récidive légale, le mis en cause a été déféré devant le procureur de la République. En attendant son procès en comparution immédiate ce mercredi, il a été conduit à la maison d'arrêt de Domenjod à Saint-Denis. Il est condamné à une annulation de permis de conduire, obligation de soin et de travail avec contrôle judiciaire pendant 2 ans. Son véhicule a été placé en fourrière (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dans la matinée de lundi 26 juillet, les motocyclistes de la brigade de gendarmerie de Saint-Paul, procèdent au contrôle rue du général de Gaulle à Saint-Gilles, d'un automobiliste "bien connu de leur service pour des délits routiers". Placé en garde à vue pour conduite d'un véhicule malgré l'injonction de restituer son permis suite à une perte totale des points, et conduite après avoir fait usage de produits stupéfiants en état de récidive légale, le mis en cause a été déféré devant le procureur de la République. En attendant son procès en comparution immédiate ce mercredi, il a été conduit à la maison d'arrêt de Domenjod à Saint-Denis. Il est condamné à une annulation de permis de conduire, obligation de soin et de travail avec contrôle judiciaire pendant 2 ans. Son véhicule a été placé en fourrière (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Lors d'un contrôle de la vitesse réalisé par ces mêmes motocyclistes le dimanche18 juillet en fin d'après-midi sur la RN 1 commune de Saint-Paul, un automobiliste a été intercepté alors qu'il roulait à la vitesse de 130 km/h au lieu des 90 km/h autorisés. Le test de dépistage des stupéfiants s'est révélé positif.

 Il était en état de récidive, et conduisait malgré une suspension du permis de conduire. Placé en garde à vue le mardi 27 juillet, il a été déféré devant le magistrat de permanence. Jugé en comparution immédiate ce jour, il a été condamné par le tribunal à 5 mois de prison avec sursis 2 ans de mise à l'épreuve, annulation du permis de conduire, obligation de conduire les véhicules équipés d'un éthylotest anti-démarrage pendant une durée de 8 mois, confiscation judiciaire du véhicule.

www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !