Lettre de Jean Hugues Ratenon au ministre de la santé :

Covid-19 : la tension qui pèse sur l'offre de soins du CHU


Publié / Actualisé
Monsieur, le Ministre, Dans un récent communiqué, je cite " Le CHU de La Réunion alerte la population Réunionnaise sur l'extrême tension pesant sur son offre de soins du fait de la dégradation de la situation sanitaire due à l'épidémie de COVID sur le territoire Réunionnais " fin de citation. Le CHU rappelle, que les taux d'occupation en réanimation ont souvent dépassé 95 % ces dernières semaines (sur 98 lits ouverts) ! (Photo rb/www.ipreunion.com)
Monsieur, le Ministre, Dans un récent communiqué, je cite " Le CHU de La Réunion alerte la population Réunionnaise sur l'extrême tension pesant sur son offre de soins du fait de la dégradation de la situation sanitaire due à l'épidémie de COVID sur le territoire Réunionnais " fin de citation. Le CHU rappelle, que les taux d'occupation en réanimation ont souvent dépassé 95 % ces dernières semaines (sur 98 lits ouverts) ! (Photo rb/www.ipreunion.com)

Le CHU ajoute, " ce seuil de saturation intervient après 18 mois d’une gestion de l’épidémie au cours de laquelle le CHU a été en première ligne, se traduisant un épuisement des équipes, aggravé par une arrivée de renforts du national au compte-gouttes en cette période de congés scolaires.

Cette tension concerne au demeurant également les autres établissements de santé du territoire impliqués dans une dynamique de gestion solidaire de la crise COVID, établissements publics au sein du Groupement Hospitaliers de Territoire, et cliniques privées.
Elle fait craindre une dégradation dans les prochains jours de la capacité de réponse du CHU à la fois à l’épidémie de COVID, mais aussi de l’accès aux soins pour les autres pathologies, car la gestion de l’épidémie de COVID nécessite certaines déprogrammations
de soins médicaux et chirurgicaux.

À cet égard, le CHU, qui fonctionne habituellement avec 26 salles de blocs, ne tourne qu’aux deux tiers de son potentiel d’activité chirurgicale pour mettre à disposition des réanimations des personnels formés. Deux salles de blocs supplémentaires ont été fermées le 23 juillet pour passer de 98 à 103 lits de réanimation.

Ce constat est très péjoratif pour le suivi des patients ayant des maladies aiguës et chroniques car beaucoup de patients ont déjà fait
l’objet de reports d’interventions chirurgicales, même si les urgences et la cancérologie sont garanties. Au final, l’évolution très préoccupante de la courbe de contaminations par le COVID ces derniers jours créée une vive inquiétude pour la Direction et la communauté hospitalière, laissant craindre que le CHU ne soit débordé au niveau de ses capacités de médecine et de réanimation, et ce au détriment de patients porteurs d’autres pathologies.

Le dilemme de prendre en charge une catégorie de patients plutôt qu’une autre pourrait désormais se poser de manière dramatique pour nos équipes. " Un discours et un constat accablants, Monsieur le Ministre, qui requièrent une réaction rapide de votre part, qui tarde à venir. Je suis parlementaire et non expert en gestion de crises sanitaires. Mais permettez-moi de vous dire que, si éventuellement la stratégie vaccinale s’avère efficace, toutefois son effet ne pourra pas intervenir avant plusieurs mois.

Tout cela pour vous dire, Monsieur le Ministre de la Santé, qu’il est totalement irresponsable et dangereux de faire du vaccin la seule solution face à la tension hospitalière et à l’épuisement des soignants. Aujourd’hui, c’est la déprogrammation d’actes chirurgicaux avec la fermeture des blocs opératoires qui mettent en danger la vie d’autres patients. La prise en charge d’une catégorie de patients plutôt qu’une autre pourrait se traduire par qui doit vivre, ou qui doit mourir, comme cela fut le cas en 2020 dans l’hexagone.

Le triage de patients est inhumain et contribuera encore plus à épuiser le personnelmédical. Êtes-vous en train de demander aux médecins de trahir le serment d’Hippocrate qu’ils ont prêté. Cette gestion doit cesser et la population Réunionnaise ne doit pas être punie et être doublement victime de l’irresponsabilité des gouvernants Parisiens. Je vous demande, Monsieur le Ministre, de prendre en considération la gravité de la situation et d’agir en conséquence par l’envoi de renforts dans les plus brefs délais.

De ce fait, il nous faut donc du personnel et du matériel médical en nombre afin de répondre à l’urgence immédiate. Car nous savons tous, que les retards de prise en charge sont aussi à l’origine des causes graves et desmortalités. Il est aussi de votre compétence de réquisitionner si nécessaire des bâtiments à la Réunion pour les transformer en hôpitaux. La tension n’existe pas dans l’hexagone, car le taux d’occupation des lits de réanimation est en moyenne de 15 % contre 90 à 100 % en Outre-Mer, et donc vous pouvez agir rapidement en mobilisant la réserve sanitaire.

Je souhaite, Monsieur le Ministre de la Santé, que ma demande soit entendue par vous, c’est un appel à assistance à personne en danger (malade covid et non covid). Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de ma très haute considération.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !