Covid-19 :

A l'hôpital de Mayotte, l'évacuation des patients réunionnais jugée peu réalisable


Publié / Actualisé
Face à la dégradation de la situation sanitaire à La Réunion, les services de réanimation arrivent à saturation et le CHU tire la sonnette d'alarme. Avec un taux d'incidence qui a doublé en une semaine, passant à plus de 300 pour 100.000 habitants, les autorités réfléchissent à des solutions pour tenter de venir au secours des centres hospitaliers de l'île. Évacuer les malades réunionnais vers Mayotte est une piste sérieusement étudiée. Sur place, le responsable des evasan au Centre hospitalier de Mayotte (CHM) se dit surpris. Cette solution semble peu logique, met en danger la fragilité du CHM et ne soulagerait que de façon très insignifiante les hôpitaux réunionnais selon lui. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Face à la dégradation de la situation sanitaire à La Réunion, les services de réanimation arrivent à saturation et le CHU tire la sonnette d'alarme. Avec un taux d'incidence qui a doublé en une semaine, passant à plus de 300 pour 100.000 habitants, les autorités réfléchissent à des solutions pour tenter de venir au secours des centres hospitaliers de l'île. Évacuer les malades réunionnais vers Mayotte est une piste sérieusement étudiée. Sur place, le responsable des evasan au Centre hospitalier de Mayotte (CHM) se dit surpris. Cette solution semble peu logique, met en danger la fragilité du CHM et ne soulagerait que de façon très insignifiante les hôpitaux réunionnais selon lui. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Après avoir assuré pendant des mois l'évacuation de patients mahorais vers La Réunion, la tendance pourrait s'inverser. Le CHU indique que l'option d'evasan vers Mayotte est sérieusement sur la table. "Nous sommes en contact étroit avec le CHU de La Réunion, ainsi que l'ARS. Mais n'avons pourtant jamais abordé ce sujet" révèle Ludovic Iché, chef de service aux urgences du CHM et responsable des evasan.

L'hôpital mahorais parait inadapté pour accueillir des patients Covid. "C'est une structure extêmement fragile. Nous ne possédons que 16 lits en réanimation, 10 sont occupés actuellement (par des patients non Covid, ndlr). Si on soulage La Réunion de deux ou trois patients seulement, non seulement c'est peu significatif pour vous, mais ça nous met en difficulté au CHM" s'inquiète-t-il.

Le fait d'envisager ces evasan du côté du CHU répond à une situation de crise, mais la solution est "peu logique" pour Ludovic Iché. "Le vrai problème ce sont les ressources humaines. A La Réunion il existe de très bonnes structures, la situation est encore sous contrôle. Ce serait possible d'ouvrir de nouveaux lits en réanimation, mais il n'y a pas assez de personnels" estime-t-il.

Lire aussi - L'échec des politiques sanitaires au coeur de la saturation des hôpitaux

La solution, demandée par l'association des maires de La Réunion, de faire venir une structure mobile composée d'une quarantaine de miliaires serait la meilleure solution à court terme. "Ainsi les patients resteraient sur place, parce que transporter un malade ça reste une prise de risque."

- Des Mahorais inquiets -

Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les Mahorais à réagir à cette possible évacuation de patients réunionnais vers le CHM.  Avec une situation sanitaire jugée aujourd'hui sous contrôle, ils ne voient pas les evasan d’un très bon œil. "Nous mahorais refusons que les Réunionnais viennent nous contaminer à Mayotte. Nos élus doivent refuser cela... " réagit par exemple un internaute sur Facebook.

Pour Ludovic Iché, le risque de contaminations est très faible cependant. "Médicalement parlant nous ne sommes pas inquiets de ça. Les evasan sont très structurées, c'est extrêmement suivi. Ce sont davantage les retours de vacances qui nous inquiètent" explique-t-il.

Début 2021, des patients mahorais ont dû être transférés au CHU de La Réunion, chose que certains Réunionnais n’ont guère apprécié. Aujourd’hui alors que la situation s'inverse, la pilule ne passe toujours pas pour certains Mahorais, qui ont fait l’objet de propos racistes.

"Vous êtes sérieux ? Evacuation sanitaire vers Mayotte ? Quand Mayotte avait beaucoup de cas vous avez refusé et comme par hasard la roue tourne et ils ne vont pas avoir honte d’évacuer les malades de La Réunion vers Mayotte " écrit une internaute indignée.

Durant l'épidémie, la situation sanitaire à Mayotte s'est rapidement détériorée. Deux vagues meurtrières ont marqué l'île aux parfums, qui a affiché au plus fort de la crise un taux d'incidence dépassant les 800 cas pour 100.000 habitants. En début d'année, plus de 2.000 cas de Covid-19 étaient recensés chaque semaine. Dans le dernier bulletin de l'ARS, seuls 10 cas ont été détectés en une semaine et le taux d'incidence est seulement de 3,6 pour 100.000 habitants.

Lire aussi - Covid-19 : avec son taux d'incidence le plus bas de France, Mayotte défie la logique

mm/mbi/www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

Jeanbon, Posté
Merci pour la gestion des passagers venant de partout dans le monde !
Terre sauvage , depuis son mobile , Posté
Bah voyons .... les élus ne veulent pas de contamination ....sérieusement heureusement que La Réunion n'a pas réagi de cette manière il y a quelques mois....Rappelez moi comment ont été détectés les premiers variants Sud Af ' Il faudra peut être s'en souvenir la prochaine fois que le système mahorais sera saturé
Comme dirait.l'autre , Posté
Les hôpitaux de Mayotte n'appartiennent pas.aux Mahorais mais à la France comme dirait l'autre.