Le statut de conjoint collaborateur limité à cinq ans :

Loi sur les retraites agricoles : des agricultrices réunionnaises mécontentes


Publié / Actualisé
Le 17 juin 2021, l'Assemblée nationale a voté une proposition de loi revalorisant les plus petites retraites agricoles, et qui limite par ailleurs à cinq ans le bénéfice du statut de conjoint collaborateur considéré comme "une trappe à petites retraites". Une loi qui ne prendrait cependant pas en considération les spécificités réunionnaises, d'après la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA). La présidente Sarah Salah-Aly interpelle les élus locaux sur la question (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le 17 juin 2021, l'Assemblée nationale a voté une proposition de loi revalorisant les plus petites retraites agricoles, et qui limite par ailleurs à cinq ans le bénéfice du statut de conjoint collaborateur considéré comme "une trappe à petites retraites". Une loi qui ne prendrait cependant pas en considération les spécificités réunionnaises, d'après la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA). La présidente Sarah Salah-Aly interpelle les élus locaux sur la question (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Limiter le statut de conjoint collaborateur (97 % des retraités ayant un statut sont des femmes ; ndlr) induit de devoir revoir son statut au bout de cinq ans : devenir salariée ou scinder le terrain en deux pour accéder au titre de chef d'exploitation" détaille Sarah Salah-Aly.

"La première option n'est pas convenable, on ne souhaite pas devenir les salariées de nos conjoints. La seconde ne prend pas en compte la taille des terrains de La Réunion, qui se limitent parfois à deux ou trois hectares. Scinder ces terrains, c'est compliqué, cela créé de nouvelles dépenses pour nos foyers" détaille-t-elle.

- Une dérogation est demandée -

Si le texte en lui-même vise donc à améliorer la situation des femmes agricultrices et augmenter leur retraite d'une centaine d'euros, dans la réalité, il ne prendrait pas en compte la spécificité du territoire. "C'est pourquoi nous interpellons aujourd'hui les élus sur cette problématique : nous souhaitons une prise en compte des agricultrices réunionnaises, et une dérogation pour notre territoire" indique Sarah Salah-Aly. Une lettre a été adressée aux députés et sénateurs locaux, qui est pour l'heure restée sans réponse.

Plusieurs pistes sont envisagées par le syndicat, notamment l'exploitation des terrains en friche qui ne conviennent pas à la culture de la canne. "Ces terrains pourraient être aloués à des femmes pour les accompagner dans leur projet d'agricultrice" souligne Sarah Salah-Aly.

Du côté du gouvernement, la décision de limiter à cinq ans la durée du statut de conjoint collaborateur a été décidée pour "que les personnes qui souhaitent continuer à travailler dans l’exploitation puissent obtenir un statut plus protecteur". Cette loi "constitue une première étape pour réduire les inégalités des pensions et augmenter le niveau des retraites agricoles les plus faibles" estime-t-il.

as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !