Epidémie de dengue :

Moustiques stériles : La Réunion teste à son tour une bactérie pour vaincre le virus


Publié / Actualisé
L'expérience avait été plutôt convaincante en Indonésie : La Réunion teste à son tour la bactérie Wolbachia pour tenter de vaincre le virus de la dengue. Dans la pépinière hébergée au Cyroi (Cyclotron Réunion Océan Indien), la société Symbiotic SAS injecte la bactérie dans les moustiques mâles pour les rendre stériles et ainsi faire baisser la population de moustiques. Les résultats de l'expérience menée en Indonésie sur 312.000 personnes avait montré une réduction des cas de dengue de 77%. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
L'expérience avait été plutôt convaincante en Indonésie : La Réunion teste à son tour la bactérie Wolbachia pour tenter de vaincre le virus de la dengue. Dans la pépinière hébergée au Cyroi (Cyclotron Réunion Océan Indien), la société Symbiotic SAS injecte la bactérie dans les moustiques mâles pour les rendre stériles et ainsi faire baisser la population de moustiques. Les résultats de l'expérience menée en Indonésie sur 312.000 personnes avait montré une réduction des cas de dengue de 77%. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"La jeune société Symbiotic SAS, hébergée par la pépinière d’entreprise du Cyroi, développe une solution basée sur l’utilisation de bactéries symbiotiques Wolbachia afin de produire des œufs et des mâles moustiques stériles" indique le Cyroi par voie de communiqué. La société viste une mise en production début 2024.

Cette bactérie sera injectée dans les mâles pour les rendre stériles "et ainsi réduire drastiquement la population de moustiques tigre (Aedes albopictus), vecteurs de maladies telles que le Chikungunya ou le Zika" explique Julien Cattel, ingénieur de recherche en entomologie de la SAS Symbiotic, relaie le Cyroi. Une solution qui pourrait s'avérer plus efficace que les insecticides, face auxquels les moustiques semblent se montrer de plus en plus résistants.

"L'objectif est de produire des moustiques mâles stériles, qui vont s’accoupler avec les femelles dans la nature dont la descendance ne sera pas viable. Un des avantages est que la technique est spécifique, sans impact sur les autres espèces, contrairement aux insecticides qui ont un plus large spectre. Un autre avantage c'est que ce moustique pond des œufs qui peuvent se conserver à température ambiante et donc être expédiés aisément dans les territoires demandeurs" ajoute Julien Cattel. La production de moustiques stériles pourrait s'envisager à court terme.

"Le déploiement du moustique stérile par Wolbachia nécessite de créer un outil de production, une véritable usine à moustiques stériles, dimensionnée aux besoins du territoire. Il s’agira d’une infrastructure originale nécessitant de mettre au point des équipements spécialisés de dimension industrielle. Nous avons actuellement toutes les cartes en main au plan scientifique et technique afin de mener les études nécessaires à cet objectif. Nous prévoyons de consacrer l’année 2022 aux études d’ingénierie pour les équipements et de maîtrise d’œuvre pour un bâtiment avec des contraintes techniques spécifiques" explique Saholy Lamare, présidente de Symbiotic. Montant de l'investissement total : 8 millions d'euros.

Si la technique s'avère concluante à La Réunion, elle pourrait être exportée dans d'autres pays touchés par la dengue. "Une caractéristique originale de cette technique c’est qu’elle produit non pas des moustiques vivants mais des œufs. Cela facilite le transport, et surtout, la durée d’utilisation de ces œufs est allongée jusqu’à deux mois" précise le Cyroi.

Pour rappel, en Indonésie, une expérience a été menée dans ce sens, avec cette bactérie "Wolbachia". Les résultats de l'expérience menée sur 312.000 personnes montraient une réduction des cas de dengue de 77%.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile , Posté
Un bel exemple que l'on peut tester ; il faut y arriver .