Commission européenne :

La vanille de La Réunion devient une indication géographique protégée


Publié / Actualisé
La Commission européenne a approuvé la demande d'inscription de la "Vanille de l'île de La Réunion" dans le registre des indications géographiques protégées (IGP). Une nouvelle appellation qui va rejoindre 1.562 produits alimentaires déjà enregistrés. Nous publions ci-dessous le communiqué de la Commission européenne. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La Commission européenne a approuvé la demande d'inscription de la "Vanille de l'île de La Réunion" dans le registre des indications géographiques protégées (IGP). Une nouvelle appellation qui va rejoindre 1.562 produits alimentaires déjà enregistrés. Nous publions ci-dessous le communiqué de la Commission européenne. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"La "Vanille de l’île de La Réunion " se présente en gousses entières, transformées, et non vidées de leurs graines. Elle est une vanille à la couleur brun chocolaté qui se distingue par sa finesse et sa douceur. Sa qualité provient des facteurs naturels et du savoir-faire des producteurs. L’île de La Réunion est en effet à l’origine du savoir-faire de la production de la vanille.

C’est à La Réunion qu’ont été découverts le procédé de fécondation et la mise au point de la transformation de la vanille par mortification et étuvage. Aujourd’hui, si ces procédés sont largement diffusés, il n’en reste pas moins que les savoir-faire développés par les producteurs réunionnais sont les garants pour obtenir un produit de qualité. Le climat de l’île de La Réunion est caractérisé par des conditions climatiques à la fois douces et humides, particulièrement adaptées à l’implantation et au développement du vanillier.

La qualité de la "Vanille de l’île de La Réunion " lui a conféré une réputation, qui repose avant tout sur son bouquet aromatique unique, fruit d’une parfaite acclimatation de la plante sur les pentes volcaniques de l’Est de l’île et du savoir-faire développé par les réunionnais. Cette nouvelle appellation va rejoindre 1562 produits alimentaires déjà enregistrés dont la liste est disponible dans la base de données eAmbrosia."

   

1 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile , Posté
Ce n'est pas trop tôt !!!