Une grande figure de la CGTR s'en va :

Décès de Georges-Marie Lépinay : les hommages se poursuivent


Publié / Actualisé
Figure phare du syndicalisme à La Réunion, Georges-Marie Lépinay est décédé ce lundi 30 août 2021 au matin, à l'âge de 80 ans. Elus, syndicats et collectifs de tous horizons continuent de lui rendre hommage ce mardi. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Figure phare du syndicalisme à La Réunion, Georges-Marie Lépinay est décédé ce lundi 30 août 2021 au matin, à l'âge de 80 ans. Elus, syndicats et collectifs de tous horizons continuent de lui rendre hommage ce mardi. (Photo rb/www.ipreunion.com)

• La CGPER

La CGPER a eu la tristesse d’apprendre ce 30 août le décès de Georges-Marie Lépinay, ancien secrétaire général de la CGTR. Notre syndicat salue la mémoire d’un Réunionnais engagé toute sa vie pour la cause des travailleurs. Il fut un des grands acteurs de la bataille pour l’égalité sociale qui a permis aux Réunionnais d’avoir les mêmes droits sociaux que tous les autres citoyens de la République.

L’engagement de Georges-Marie Lépinay fut marqué par la solidarité avec les planteurs. Tout comme son prédécesseur à la tête de la CGTR, le regretté Bruny Payet, Georges-Marie Lépinay n’hésitait pas à s’engager physiquement à nos côtés. Avec les planteurs et les ouvriers de l’usine, il se battit sans compter pour empêcher la fermeture de l’usine de Savanna. Il avait compris que la canne à sucre ce n’était pas seulement de l’agriculture mais aussi des travailleurs, un savoir-faire et un réseau de solidarité qui sont une richesse réunionnaise à préserver et valoriser.

La CGPER n’oubliera jamais cette solidarité. Avec le décès de Georges-Marie Lépinay, les planteurs perdent un grand camarade de lutte. Le plus bel hommage que nous puissions lui rendre sera de montrer qu’il avait raison de se battre pour notre cause. Ceci ne peut que renforcer notre détermination à pérenniser la canne à sucre à La Réunion, avec des planteurs vivant dignement du fruit de leur travail. A sa famille, à ses proches, à ses amis, à ses camarades de la CGTR, la CGPER adresse ses plus sincères condoléances.

• Ibrahim Patel, président de la CCIR

La Réunion perd une icône du syndicalisme territorial. Georges-Marie Lépinay, ancien secrétaire départemental de la CGTR était un fervent défenseur des intérêts des salariés de La Réunion, il était cet homme d’action, de convictions et d’engagement. C'est avec respect que je salue sa mémoire et adresse mes plus sincères condoléances à sa famille, ses proches et à ses camarades de la CGTR.

• Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et président de la Cinor

C’est avec une profonde tristesse et beaucoup d’émotions que j’ai appris le décès du camarade Georges-Marie Lépinay. Militant engagé au sein de la CGTR mais aussi du PCR, Georges-Marie a été de tous les combats aux côtés des travailleurs et surtout des plus démunis.

La cause des planteurs lui tenait également beaucoup à cœur et c’est au sein du journal Témoignages qu’il a pu écrire de nombreux articles sur la filière canne. Amoureux de son île, c’est en toute simplicité et humour qu’il a su transmettre aux générations de militants, l’histoire des luttes qui ont construit La Réunion d’aujourd’hui et dont les combats pour l’emploi, le pouvoir d’achat et les droits des travailleurs sont loin d’être terminés.

C’est avec beaucoup de respect et d’humilité que je salue sa mémoire et son engagement au service du peuple Réunionnais. J’adresse mes sincères condoléances à sa famille, ses proches ainsi qu’à tous les camarades.

• Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement de la Réunion (CCEE)

Georges-Marie Lépinay n’est plus. Figure historique de la CGTR, en tant que secrétaire général, il aura marqué, par son engagement sans faille pour le développement de notre île et la défense des travailleurs.

Nous garderons en mémoire sa conviction de l’intérêt de l’Éducation Populaire. Il l’avait - lors d'un colloque inter CCEE de 2015 - traduit par son exposé sur l'importance des actions d'éducation populaire portées par les écoles des syndicats, dans l’acquisition de l'instruction et du savoir.

Le Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement présente ses sincères condoléances à toute la famille de Georges Marie LÉPINAY, ainsi qu’à ses proches.

• Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion

Hommage à un combattant responsable syndical réunionnais Le SAFPTR (Syndical Autonome de la Fonction Publique Territoriale de La Réunion) rend hommage à Georges Marie Lépinay une des figures marquantes du syndicalisme réunionnais des années 80 et 90, disparu le 30/08/2021.

Plus qu'un responsable syndical, Georges Marie Lépinay fut un militant engagé pour le peuple réunionnais, connu pour sa simplicité, son franc parler, journaliste "raleur de plume" comme il le disait et écrivain, toujours sur le terrain dans la défense des travailleurs et des chômeurs. Pour son engagement dans les années 60 et 70, il a subi la répression à cause de ses convictions et combats pour l'Emancipation du peuple réunionnais.

Après la disparition de Fabien Lanave, Bruny Payet ou encore Yvan Hoarau et Max Banon, M. Lépinay entre dans le Monument historique réunionnais des dirigeants des Luttes syndicales pour la défense des sans-défense, de la dignité et du respect du peuple réunionnais ayant subi la dure période des répressions coloniales et politiques de l'Etat. A ses proches, sa femme, aux camarades syndicalistes nous leur adressons nos sympathies et condoléances attristées.

   

2 Commentaire(s)

Mékoué, Posté
HOMME Simple, courageux, pugnace dans le combat pour l'égalité et le respect de la liberté, respectueux de l'opposant honnête..., par contre "les ventres mous" lui étaient insupportables. Des Hommes de la trempe d'un Bruny, d'un Georges Marie..., manquent terriblement actuellement.Monsieur Lépinay après tant de combats menés avec et pour vos compatriotes, trouve désormais dans le firmament cette paix et sérénité recherchées.
Un Réunionnais bienveillant , Posté
Il a été un Reunionnais au service des Reunionnais et.non.pas certain homme politique qui ont voulu place au pouvoir un fiston qui ne tient pas la route.