Risques naturels :

Constructions dangereuses : une centaine d'infractions relevées par la préfecture chaque année


Publié / Actualisé
Après les fortes pluies qui ont causé d'importants dégâts dans le sud le week-end dernier, Imaz Press Réunion a interrogé la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DEAL). Ce service, dépendant de la préfecture et donc de l'Etat, gère notamment les plans de prévention des risques naturels. Sur l'île, particulièrement exposée aux événements météorologiques, les défis d'aménagements sont majeurs. Zones à risque, constructions, respect des normes... La DEAL répond à nos questions. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Après les fortes pluies qui ont causé d'importants dégâts dans le sud le week-end dernier, Imaz Press Réunion a interrogé la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DEAL). Ce service, dépendant de la préfecture et donc de l'Etat, gère notamment les plans de prévention des risques naturels. Sur l'île, particulièrement exposée aux événements météorologiques, les défis d'aménagements sont majeurs. Zones à risque, constructions, respect des normes... La DEAL répond à nos questions. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

• Quelles sont les zones les plus exposées à La Réunion en cas de fortes pluies et certaines micro régions le sont-elles plus que d’autres  ?

De manière générale, de par son relief et son réseau hydrographique particulièrement dense, l'ensemble du territoire de La Réunion peut être concerné par les phénomènes d'inondation en cas de fortes intempéries.

Ce risque inondation résulte principalement à La Réunion des phénomènes de :

- Débordement de cours d'eau (ravines, talwegs - une ligne imaginaire qui joint les points les plus bas d'une vallée, ndlr - montant en charge en cas de fortes pluies...) ou par contournement d’embâcles - accumulations de matérieux, ndlr - naturels ou d’ouvrages réalisés par l'homme qui seraient sous-dimensionnés au regard du phénomène observé. Il concerne surtout les ravines ou talwegs non ou peu encaissées, localisés dans les "bas", les plaines côtières ou encore certaines plaines d'altitude.

- Le ruissellement pluvial notamment en secteur urbain avec des pluies intenses pouvant occasionner un très fort ruissellement qui va saturer les capacités des réseaux d’évacuation des eaux pluviales.

- La submersion de zones littorales du fait de phénomènes tels que fortes houles, marées de tempête, cyclone. Outre les phénomènes de submersion (action propre de l’océan), ces phénomènes peuvent provoquer le débordement des cours d’eau qui débouchent dans l’océan, ce dernier formant une entrave naturelle à l’écoulement des cours d’eau.

Le fait que l’État élabore pour chacune des communes de l'île un Plan de Prévention des Risques naturels intégrant l'aléa inondation (par débordement de cours d'eau) illustre bien le fait qu'il s'agit d'un risque susceptible d'affecter l'ensemble du territoire. Ainsi, 23 des 24 communes de l'île est couverte par un PPR intégrant l'aléa inondation et un tel PPR est en phase d'élaboration sur la commune de Cilaos.

Concernant l'aléa submersion marine, 17 communes sur 19 font l'objet d'une cartographie identifiant les aléas de submersion marine (dont 10 via un PPR Littoral approuvé).

• Certains aménagements dans les villes touchées récemment comme Saint-Philippe ou Saint-Joseph doivent-ils être revus ? Les communes respectent-elles bien les normes en vigueur pour attribuer les permis de construire ?

Aucun élément majeur concernant des aménagements à revoir n'a été porté à la connaissance des services de l’État ou identifié.

De manière générale, concernant les phénomènes de ruissellement, l'enjeu (pas uniquement à Sainte-Rose et Saint-Philippe) est que les collectivités mettent en œuvre via leurs documents d'urbanisme une politique d'aménagement limitant l'imperméabilisation des sols, favorisant l'infiltration à la parcelle et qui soit cohérente avec la capacité des réseaux existants ou projetés.

Les permis de construire sont instruits par les services municipaux et délivrés par le maire. Ces permis doivent respecter les normes et dispositions fixées par les documents règlementaires en vigueur (notamment PLU et PPR). Les permis de construire font l'objet d'un contrôle de légalité par les services préfectoraux et une attention particulière est portée sur les permis délivrés en zones identifiées à risque.

• Comment la DEAL fait-elle pour faire respecter les normes en cas de construction dans une zone dite à risque?

La compétence en matière de police de l’urbanisme appartient aux communes. Néanmoins, la DEAL intervient dans le cadre d'un protocole entre le préfet et le parquet renouvelé en 2019, dans les zones à enjeux pour l’État, à savoir les zones agricoles, naturelles, et évidemment les zones à risques. Les communes interviennent en zone déjà urbanisée.

• Par an, combien de signalements la DEAL fait-elle pour constructions en zone rouge ?

Chaque année en moyenne, une centaine d'infractions au code de l'urbanisme dans ces ces secteurs sont relevées. Une fois l'infraction constatée, la DEAL poursuit le travail en audience jusqu'au jugement. Une fois la décision de justice prise, la DEAL vérifie son exécution et met en œuvre les astreintes financières.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

8 Commentaire(s)

Siel, Posté
Mais bien sûr! C'est pour cela qu'une trentaine de cases et autres cabanons ont pu s'installer en toute impunité (et c'est pas fini!) dans la savane protégée de La saline les bains malgré les alertes et autres des riverains !!
Jeanbon, Posté
Bétonnons, goudronnons, l'eau ne pénètre plus les nappes phréatiques, elle va directement à la mer, emportant tout sur son passage.
Saintjosephois, depuis son mobile , Posté
Il faut mobiliser nos élus qui devraient être en première ligne,ces élus qui devraient être sur le terrain qui sont sensés connaître les administrés,a eux d exercer leurs devoirs de police sur leurs territoires,et ne pas attendre tout du service de l état .
Tib, Posté
un vrai sujet c'est l'imperméabilisation sauvage des cours à la réunion.Même si c'est vérifié au moment du permis, les gens bétonnent ensuite le sol sans vergogne pour "mettre propre".Et aux premières pluies, toute l'eau file dans les chemins / impasses / rues et bonjour les dégats.
Brunobourbon, depuis son mobile , Posté
Combien de contrôleurs pour toute l'Île '
Les escrocs gazzé, Posté
La DEAL et la justice ferment les yeux sur beaucoup de constructions illégales sous prétexte que des familles y vivent.Regardez cette famille (et elle est nombreuse) de racleurs de subventions qui habite à Boucan Canot dans des maisons sans permis de construire sur des terrains agricoles.Pendant ce temps les autres payent le prix fort pour habiter 20 mètres plus bas dans des cages poules.Copinage' Laxisme '...
Piscine , Posté
Et les piscines non.déclarées '
Derriere l arbre, la foret, Posté
Des professionnels de l'urbanisme qui sont tous les jours sur le terrain disent que c'est beaucoup plus. Pour ce qui est du contrôle de la légalité c'est uniquement sur le papier car le certificat de conformité qui était delivré par les mairies n'existe plus depuis 2007. Il a été supprimé "pour libérer les énergies"...