Annonce d'Olivier Véran sur France 2 :

La contraception sera désormais gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans


Publié / Actualisé
La contraception sera désormais gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans, contre 18 ans jusqu'ici, a annoncé ce jeudi matin le ministre de la Santé Olivier Véran, invité des 4 Vérités sur France 2. Une mesure qui prendra effet à compter du 1er janvier 2022. Jusqu'ici seules les mineures de 15 à 18 ans étaient concernées. (Photo d'illustration AFP)
La contraception sera désormais gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans, contre 18 ans jusqu'ici, a annoncé ce jeudi matin le ministre de la Santé Olivier Véran, invité des 4 Vérités sur France 2. Une mesure qui prendra effet à compter du 1er janvier 2022. Jusqu'ici seules les mineures de 15 à 18 ans étaient concernées. (Photo d'illustration AFP)

"Je peux vous annoncer que la contraception sera désormais gratuite pour toutes les femmes âgées jusqu'à 25 ans. Il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique qui peut aller avec, de la consultation de prescription et tous les soins qui sont liés à cette contraception" a précisé le ministre de la Santé sur France 2.

L'annonce prendra effet à compter du 1er janvier 2022. Elle représente "un effort de 21 millions d'euros" ajoute le ministre.

"J'ai fait plusieurs constats avec les autorités scientifiques : il y a un recul de la contraception chez un certain nombre de jeunes femmes, et le premier motif c'est le renoncement pour raisons financières, ça coûte trop cher. C'est insupportable que des femmes ne puissent pas se protéger, ne puissent pas avoir une contraception si elles en font le choix évidemment parce que ça leur coûte trop cher dans leur budget" a ajouté Olivier Véran.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Matteo, depuis son mobile , Posté
C'est dommage qu'on ne responsabilise pas assez les hommes. Les personnes menstrués ne sont pas fertiles toute l'année alors que les hommes si. Ce remboursement est génial mais il continue à véhiculer l'image que c'est aux personnes menstrués d'assumer seul la contraception et les effets qui en découlent. C'est dommage et cela se voit que cette mesure arrive juste avant le début des campagnes pour les présidentielles et qu'elle n'a pas été plus débattue et étudiée auprès du public.