Les indicateurs en forte baisse pour la sixième semaine consécutive :

Covid-19 : la situation sanitaire s'améliore nettement


Publié / Actualisé
La situation sanitaire continue de s'améliorer à La Réunion pour la sixième semaine consécutive. Dans ces conditions, la plupart des restrictions sanitaires ont été levées dans l'île, où seul le couvre-feu à 23 heures subsiste. Les indicateurs sont désormais au même niveau que la moyenne nationale, voire inférieur. Le taux d'incidence a chuté à 70 cas pour 100.000 habitants à La Réunion, contre 75 en Métropole (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La situation sanitaire continue de s'améliorer à La Réunion pour la sixième semaine consécutive. Dans ces conditions, la plupart des restrictions sanitaires ont été levées dans l'île, où seul le couvre-feu à 23 heures subsiste. Les indicateurs sont désormais au même niveau que la moyenne nationale, voire inférieur. Le taux d'incidence a chuté à 70 cas pour 100.000 habitants à La Réunion, contre 75 en Métropole (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Dans ce contexte, les mesures de freinage toujours en place pourraient bien finir par être levées prochainement si le nombre de cas continue à diminuer. Pour rappel, dans l'Hexagone, la quasi-totalité des restrictions ont été levées, à l'exception du pass sanitaire qui est désormais obligatoire pour de nombreuses activités.

Une situation qui pourrait bientôt être transposable à La Réunion, bien qu'il faille garder en tête la situation délicate dans laquelle se trouvent les hôpitaux de l'île. Car si les chiffres Covid sont comparables entre l'île et l'Hexagone, le nombre de lits disponibles, lui, ne l'est pas. Pour l'heure, 20 lits de réanimation sont occupés par des patients Covid-19 sur les 98 lits disponibles. Il s’agit du chiffre le plus bas depuis février 2021.

Et si l'état d'urgence sanitaire est en vigueur jusqu'au 15 novembre, comme dans la grande majorité des territoires ultra-marins, les mesures telles que le confinement et le couvre-feu ne doivent pas obligatoirement appliquées. A l'image du confinement partiel, qui a été levé ce samedi. Des élu.e.s de La Réunion se sont d'ailleurs prononcé.e.s pour la levée de l'état d'urgence sanitaire pour l'île, à l'image de Karine Lebon ce mardi ou encore Nathalie Bassire, qui avait introduit un amendement pour exclure La Réunion du projet de loi sur la prorogation de ce dernier. Jean-Hugues Ratenon s'est de son côté exprimé à de nombreuses reprises contre celui-ci.

- Adaptations et prorogation -

Le 15 novembre est par ailleurs l'échéance actuelle de l'application du pass sanitaire, échéance qui pourrait bien être aussi repoussée. Le gouvernement a fait part de son intention de présenter un projet de loi pour proroger le pass sanitaire au-delà de la date limite. Ce projet est actuellement en cours d'élaboration et sera présenté le 13 octobre en Conseil des ministres.

Une décision qui survient alors que la vaccination piétine, en France comme à La Réunion. Les primo-vaccinations ralentissent, avec 24.300 injections vaccinales effectuées du 13 au 19 septembre dans l'île. A ce jour, 68,1% de la population éligible est engagée dans un parcours vaccinal. La France a au total dépassé les 50 millions d'injections ce dimanche, avec plus de deux semaines sur le calendrier annoncé par le gouvernement.

En parallèle du projet de loi de prorogation du pass sanitaire, le gouvernement réfléchit à une "adaptation" de celui-ci, en fonction de la situation sanitaire de chaque territoire. Le sujet devrait être abordé ce mercredi, lors du Conseil de défense. Les modalités de ces adaptations ou un éventuel échéancier n'ont cependant pas été précisés.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a cependant laissé entendre que le pass sanitaire pourrait ne plus être obligatoire dans les départements où le taux d'incidence ne dépasserait pas les 50 pour 100.000 habitants, c'est-à-dire le seuil d'alerte décidée en début d'épidémie. La Réunion ne serait donc pour l'heure pas concernée. En date de ce mardi, une quarantaine de départements ne dépassaient pas ce seuil.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Même si paraît-il ça s'améliore, on reste sous couvre-feu, et surtout le passe sanitaire est toujours exigé (mon passe papier n'étant pas lu au moins une fois sur deux... bel exploit de cette application!).