[LIVE - PHOTOS/VIDEO] A l'appel de plusieurs collectifs :

Saint-Paul : mobilisation festive pour "un avenir climatique vivable"


Publié / Actualisé
Ce samedi 25 septembre 2021, les collectifs et associations de lutte contre le réchauffement climatique (Greenpeace, Citoyen pour le climat, Extinction Rebellion, Attac et Youth for Climate(se mobilisent pour un "avenir climatique vivable" Le rassemblement à lieu à Saint-Paul. Suivez-nous, nous sommes en direct (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce samedi 25 septembre 2021, les collectifs et associations de lutte contre le réchauffement climatique (Greenpeace, Citoyen pour le climat, Extinction Rebellion, Attac et Youth for Climate(se mobilisent pour un "avenir climatique vivable" Le rassemblement à lieu à Saint-Paul. Suivez-nous, nous sommes en direct (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    Ce direct est maintenant terminé.
    Merci d'avoir suivi cette actualité avec nous. Bonne journée

  • IPR

    Fin de marche

    Les manifestants se sont déplacés dans le jardin situé à l'arrière de la mairie de Saint-Paul. Des coeurs, des dessins, des slogans... sont apposés sur la pelouse. La manifestation se termine comme elle a commencé : dans la bonne humeur

  • IPR

    Le député Philippe Naillet réagit

    Le député de Saint-Denis, Philippe Naillet, a publié le communiqué suivant :

    "L’organisation d’une nouvelle marche pour le climat à La Réunion témoigne d’une prise de conscience croissante de notre population face aux enjeux climatiques auxquels nous sommes confrontés. Les dernières prévisions du GIEC sont pessimistes. La hausse des températures semble inexorable et nous devons désormais réfléchir aux atténuations de ces changements, particulièrement sur une île tropicale.

    Si la fréquence et la puissance des cyclones restent difficiles à prévoir, les dernières projections laissent entendre un renforcement des phénomènes climatiques pouvant nous atteindre et les dernières précipitations dans le sud risquent d’être plus récurrentes.

    Dans ce contexte, une mobilisation collective est de rigueur. Or, au niveau législatif, la loi climat n’a pas tenu ses promesses face au dérèglement climatique et l’urgence d’y répondre de manière forte et juste.

    Alors que le président de la République promettait une reprise “sans filtre” des mesures de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC), une tre s grande majorité d’entre elles ont été exclues du projet de loi. C’est le cas de l’EVcocide porté par les socialistes depuis plus d’un an, recommandé par la CCC et devenu un simple délit a  la portée amoindrie par ce texte et bien d’autres mesures qui ne prendront effet que d’ici une voire deux décennies.

    Avec mes collègues socialistes ou d’autres groupes politiques, nous avions proposés des adaptations a  la réalité de notre ı̂le, de notre climat, de nos contraintes et de nos opportunités. Nos amendements permettaient, entre autres, de permettre l’affichage environnemental pour favoriser les produits locaux, une réduction drastique d’importation de plastique sur notre ı̂le grâce a  la réintroduction de la consigne, de créer un prêt à taux 0 permettant aux ménages modestes l’achat d’un véhicule non polluant ou  la mise en place d’une prime climat en faveur de la rénovation énergétique de tous les logements français.

  • IPR

    Place de la mairie

    Les manifestants sont arrivés sur la place de la mairie de Saint-Paul. Ils ont été des centaines à macher pour que la planète ait un avenir.

     

  • IPR

    "On va crever de chaud"

    Des manifestants s'allongent sur la chaussée à côté d'un cercueil symbolisant la mort de la planète. "On va crever de chaud" préviennent plusieurs pancartes.

  • IPR

    "Bella ciao" chantent les manifestants

    La musique résonne de toutes parts dans le défilé. "Bella ciao" entonnent des manifestants. Regardez et écoutez

     

  • IPR

    Défilé et slogans

    Des centaines de manifestants déambulent maintenant dans les rues de Saint-Paul. Les slogans se mêlent aux slogans. Il est question "d'écologie sans lutte des classes", "des grands profits qu'il faut faire cesser", de "planète bien malade qu'il faut sauver"

     

  • IPR

    Ambiance festive

    La mobilisation pour la planète a lieu dans une ambiance festive. Echassses, fumigènes, déguisements et percussions assurent l'ambiance. La preuve en images

     

  • IPR

    Prises de parole

    Les prises de parole commencent devant le centre Cimendef. Une centaine de personnes sont maintenant rassemblée. Regardez

     

  • IPR

    Début de rassemblement

    Les premiers manifestants commencent à se rassembler sur le parvis du centre Cimendef. Des pancartes clament "à bas le capitalisme", costumes haut en couleurs et instruments de musique sont de sortie. L'ambiance est festive. Regardez

     

  • IPR

    Bonjour, bonjour La Réunion !

    Koman i lé ? Nous suivons la mobiliastion pour "un avenir climatique vivable". Resez avec nous, nous sommes en direct

A propos

Pour les organisateurs de la marche pour un avenir climatique vivable, "les raisons sont multiples pour être alarmés sur les conditions climatiques actuelles". Ils se basent notamment sur un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié le 9 août dernier consacré au dérèglement climatique.

"Ses conclusions très attendues sont on ne peut plus claires : le changement climatique est indiscutablement dû aux activités humaines et il s’aggrave à un rythme très alarmant, plus rapide encore que ce que l’on craignait", relatent-ils. Selon ce rapport, le monde pourrait enregistrer un réchauffement de +2,7°C à l’horizon 2100. Or, les accords de Paris de 2015 fixaient comme "objectif ambitieux" de limiter cette hausse de température à 1,5°C. "Le monde est sur un chemin catastrophique", soulignait ce vendredi 17 septembre Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU.

Une telle perspective aurait des impacts importants pour la planète. Ainsi, selon le GIEC, l’écosystème de la planète pourrait être bouleversé, avec du pergélisol, une couche de sol gelée en permanence, avec comme principale conséquence le dégagement d’une importante quantité de méthane, accentuant encore cette dynamique de réchauffement déjà vivace du fait de l’émission déjà importante de CO2 dans l’air.

Les conséquences seraient multiples et catastrophiques selon le GIEC qui évoque notamment des phénomènes naturels (incendies, inondations, cyclones) de plus en plus extrêmes, une montée des eaux consécutive de la fonte des glaces, et une hausse du nombre de réfugiés climatiques.

Face à ces perspectives, l’ONU attend beaucoup des négociations qui vont s’ouvrir à Glasgow en novembre prochain, dans le cadre de la COP26, une conférence climat qui vise à trouver de nouvelles réponses pour limiter l’impact de ce réchauffement. Les Etats devront alors prendre des résolutions plus fortes qu’à Paris.

En effet, selon l’ONU, si les engagements pris en 2015 par les différents Etats sont respectés, cela impliquerait tout de même une "augmentation considérable" des émissions de gaz à effet de serre, de l’ordre de 16% d’ici à 2030 par rapport à 2010. Cela, alors que les objectifs initiaux devaient amener à une diminution des émissions de gaz à effet de serre de 45% sur la même période.

Pour les organisateurs de la marche de ce samedi, les responsables sont "les gouvernements, à commencer par celui de la France", estiment-ils. « Pourtant, les effets du bouleversement sont déjà là, au mois de mai, l'île de La Réunion a connu une sécheresse sans précédent, fin aout, le sud de l’île est empreint à des pluies diluviennes engendrant des inondations meurtrières », dénoncent-ils, appelant à "faire de notre territoire un exemple de lutte contre le réchauffement climatique".

www.ipreunion.com / [email protected]

 

   

3 Commentaire(s)

Evitons l'esprit BOBO à La Réunion, Posté
Encore une fois, c'est une bonne idée. Sauf que dans les actions concrètes des services de l'Etat et des associations "écologiques", nous sommes perçus, nous, les locaux comme des gens irresponsables, ce qui n'est pas le cas. Alors oui, tant que ces "bobos" n'auront pas compris qu'il faut véritablement discuter et tenir compte des avis des locaux, cela ne fonctionnera pas. 300 à 500 personnes, c'est très peu. Le problème ce n'est pas la sensibilisation de la population locale ( nous sommes un peuple déjà sensibilisé depuis longtemps à l'environnement, ne vous en déplaise), c'est plutôt un problème d'adhésion de la population locale à ces marches alors, qu'en même temps, on ne nous reconnait pas la capacité de décider pour nous-même sur les sujets de l'écologie et de la préservation de l'environnement (pour certains nous restons encore et toujours de grands enfants). Soit nous sommes tous ensemble, soit VOUS décidez que c'est votre sujet et que nous n'avons pas droit de cité. Si c'est le cas, ne vous étonnez pas du résultat.
Richard, Posté
Marché pour le climat en brûlant des fumigènes..... Des putains de génies ....
Missouk, Posté
Aller marcher pour "un avenir climatique vivable", c'est bien, voter écolo c'est primordial, voire indispensable!