Un partenariat entre la commune et les services de l'Etat :

Saint-Denis : un bilan positif pour le comité local de prévention de la délinquance


Publié / Actualisé
Ce jeudi 7 octobre 2021, la mairie de Saint-Denis, la police nationale, la police municipale, la préfecture, le parquet de Saint-Denis et de nombreux représentants d'associations se sont réunis pour faire le point sur les stratégies déployées dans le cadre du comité local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Ce partenariat a été crée il y a désormais un an et demi. "Nous constatons que les chiffre de la délinquance sont en baisse, et qu'ils sont parmi les plus bas de France" annonce Ericka Bareigts, maire de la commune (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 7 octobre 2021, la mairie de Saint-Denis, la police nationale, la police municipale, la préfecture, le parquet de Saint-Denis et de nombreux représentants d'associations se sont réunis pour faire le point sur les stratégies déployées dans le cadre du comité local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Ce partenariat a été crée il y a désormais un an et demi. "Nous constatons que les chiffre de la délinquance sont en baisse, et qu'ils sont parmi les plus bas de France" annonce Ericka Bareigts, maire de la commune (Photo rb/www.ipreunion.com)

"Le CLSPD est une instance clé, essentielle, au sein de laquelle tous les partenaires appréhendent tous les enjeux en matière d'insécurité" indique le préfet Jacques Billant, qui se félicite d'un bilan positif sur les années 2019-2020. "Le diagnostic est partagé, les réponses sont collectives, et les résultats sont là : entre 2019 et 2021, la délinquance générale à Saint-Denis a baissé de 7%" souligne-t-il. Les atteintes aux biens notamment ont diminué, avec une baisse de 30%.

Les atteintes aux personnes ont cependant augmenté de 15%. "Il s'agit essentiellement de violences intrafamiliales et de violences sexuelles, il y a donc une vigilance particulière sur ces sujets très sensibles" détaille Jacques Billant. Regardez :

Si le bilan est bon, certains dossiers restent toujours très sensibles, notamment les violences intrafamiliales. "Je souhaite que nous puissions avoir des partenariats encore plus larges, avec le Département, les travailleurs sociaux, les associations, la police...car on ne peut pas considérer cela comme une fatalité, les choses ne s'améliorent pas donc il faut trouver des pistes de travail" insiste Ericka Bareigts. Regardez :

Les nuisances sonores sont elles aussi au coeur des préoccupations. "Je souhaite qu'un partenariat soit créé avec les bailleurs sociaux, chacun à ses responsabilités, et il s'agit de leurs locataires" rappelle la maire de Saint-Denis.

"Nous travaillons encore sur les nuisances sonores, en lien avec les principaux acteurs, dans la perspective de trouver une issue" indique Laurent Fraysse, directeur départemental de la sécurité publique. "L'axe de travail répressif est une piste mais nous faisons en sorte de rester en contact avec ce public pour leur apporter une solution" ajoute-t-il. Regardez :

as/www.ipreunion.com / [email protected]

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !