Amélioration de la situation sanitaire :

Vacances et Grand Raid : le tourisme retrouve son souffle


Publié / Actualisé
Avec les vacances scolaires et le Grand Raid, les hébergements, les voitures ou encore les restaurants affichent complet. Un vrai soulagement pour bon nombre de professionnels qui avaient besoin de ce sursaut. La situation sanitaire s'améliore et le secteur du tourisme retrouve son souffle (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Avec les vacances scolaires et le Grand Raid, les hébergements, les voitures ou encore les restaurants affichent complet. Un vrai soulagement pour bon nombre de professionnels qui avaient besoin de ce sursaut. La situation sanitaire s'améliore et le secteur du tourisme retrouve son souffle (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C'est une habitude : tous les ans, les hébergements sont pleins lorsque viennent les vacances et le Grand Raid. Mais depuis plus d'un an et demi, le tourisme est en berne à La Réunion, la faute au Covid. Cette année, l'ultra-trail péi fait son grand retour et avec lui les touristes.

La levée des restrictions sanitaires et la mise en place du pass permettent également aux touristes de retrouver le chemin des restaurants et des hôtels. Et si la hausse n'est pas similaire partout, elle reste amplement soulignée par les professionnels du tourisme. Conscients que ces trois derniers mois de 2021 ne rattraperont pas le reste de l'année, ils se réjouissent de voir la clientèle revenir.

• Les avions sont pleins

Résultat, les avions qui volent vers La Réunion voient à nouveau les rangées pleines. "Les avions au départ de Paris sont complètement remplis. A bord, on sent d’ailleurs 'l’ambiance Grand Raid' où les accompagnants des sportifs sont nombreux" nous indique la compagnie Corsair.

Le rythme de réservation s'accélère depuis la mi-septembre, correspondant alors à la levée du confinement et du couvre-feu, remarque cette compagnie aérienne, tout comme French Bee. Ce qui occasionne cette année une particularité : les réservations de dernière minute.

Chez French Bee aussi le taux de remplissage est élevé. "Toutes les périodes de voyage sont choisies pour des raisons différentes : septembre/octobre pour ceux qui attendaient l’allègement des mesures sanitaires ; novembre et décembre pour les périodes de vacances" nous indique la compagnie.

Air France pour sa part remarque une hausse des réservations "depuis la fin du mois de mai 2021". Le mois d'août a mis un frein à cette tendance, avant que la dynamique ne reprenne. "Pratiquement 80% des passagers transportés ont acheté leurs billets en France ou en Europe, on note donc que la Réunion reste une destination très attractive sur cette période de crise sanitaire" ajoute la compagnie.

"Depuis environ un mois nous notons un frémissement sur la demande allant d'octobre à janvier" indique pour sa part Air Austral. "Le scénario que nous privilégions est une reprise progressive et tendancielle de notre activité avec une pointe été qui sera forte" ajoute la compagnie. Elle a déjà renforcé son programme des vols "par des rotations additionnels sur la période de haute saison".

• Les hôtels tous bookés

A la descente de l'avion, les hôtels sont pris d'assaut. Un petit tour sur le site Booking permet de constater que tout est pris. Cette semaine, l'activité aura été "extrêmement chargée" confirme Patrick Serveaux, président de l'UMIH (union des métiers et industries de l'hôtellerie). "Les hôtels sont pleins et les restaurants en profitent, forcément. C'est dans l'ouest que la tendance se dessine le plus, mais cela reste une belle période pour toute l'île."

Dans l'établissement Boucan Canot, à Saint-Gilles-les-bains, le directeur Cyrille Binggeli observe une forte hausse des réservations depuis plusieurs semaines déjà : "nous sommes quasi complets tous les jours. Notre établissement comporte 45 chambres et suites, et nous allons atteindre un taux d’occupation de près de 96% sur le mois d’octobre". Une tendance liée aux vacances et au Grand Raid "mais pas uniquement". "Nous sentons l’envie de voyager des touristes car leur provenance est également étrangère et métropolitaine sans rapport avec le Grand Raid. Nous pouvons compter également sur une clientèle d’affaires importante" note le directeur de l'hôtel.

Un goût pour le voyage qui peut se concrétiser via l'allègement des restrictions sanitaires sur le territoire : fin du couvre-feu, reprise des bars et restaurants, et plus récemment des discothèques, retour des pique-niques. L'état d'urgence sanitaire a également été levé le 15 octobre dernier et depuis ce lundi, le port du masque n'est plus obligatoire dans la rue. Un vent de liberté souffle sur La Réunion, et donne envie aux touristes de venir.

A l'hôtel Iloha, situé à la Pointe des châteaux à Saint-Leu, le taux d'occupation "se porte fort bien comme à chaque fois lors des vacances scolaires, l'hôtel est prisé des Réunionnaises et Réunionnais, et ensuite on attaque sur une belle occupation liée au Grand Raid, avec la venue des Métropolitains" note le directeur de l'établissement David Péta.

Au Villa Delisle à Saint-Pierre, "nous avons été submergés d'appels et de mails pour des réservations que ce soit pour le Grand Raid, dont certaines chambres étaient déjà prévues depuis plus de six mois, ou des clients locaux pour les vacances scolaires. Nous sommes depuis le début du mois d'octobre remplis à près de 100% chaque jour ce qui équivaut à 41 chambres par jour" nous explique Jean-Philippe Trento, responsable hébergement de l'hôtel.

Au Créolia, si la clientèle se rendant dans cet hôtel dionysien est essentiellement professionnelle, on remarque aussi que les chambres sont presque toutes prises. "Nous avons finalement peu de touristes mais on remarque effectivement une hausse des réservations" commente le directeur général Pascal Turonnet, qui temporise cependant. "On est contents mais pas euphoriques, ce ne sont pas les trois mois de l'année qui vont rattraper tout le reste. Après en octobre, il faut avouer qu'on reprend des couleurs. On travaille, c'est bien, pourvu que ça dure."

• Plus une voiture de libre

Face à cet afflux de touristes, les sociétés louant des véhicules fonctionnent à plein régime. "Il faut aussi garder en tête que les sociétés n'ont pas reloué leur parc à 100% avec la crise. La plupart marchent avec environ deux tiers de leurs effectifs, puisqu'ils n'avaient pas de visibilité sur la suite" explique Patrick Serveaux.

Mais aujourd'hui tout est plein. "Ces sociétés sont prises d'assaut. Tous les ans c'est la même chose avec le Grand Raid. Là avec la demande qui se précise, les sociétés vont sans doute augmenter leur capacité" estime le président de l'UMIH.

Un simple passage par les comparateurs de locations confirme la chose : Europcar, Avis, Sixt, Hertz… toutes les sociétés sont prises, et sur la période du 24 octobre au 6 novembre – correspondant aux deux semaines de vacances en Métropole – aucun véhicule n'est disponible.

• Les gîtes revivent

En montagne, ce nouveau souffle touristique est grandement apprécié par les gîtes. Au Gros Morne, situé dans l'ilet de Marla, on conçoit que le travail est intense. "Nous sommes complets tous les jours jusqu'à la fin des vacances" nous indique la gérante du gîte. Les 12 lits sont pris jusqu'en novembre, et c'est tant mieux "après l'année dernière qui a été catastrophique" ajoute-t-elle, tout comme le mois d'août.

"C'est un grand soulagement" lâche Jonathan Libelle, gérant du gîte éponyme à La Nouvelle, également dans le cirque de Mafate. "On a bien redémarré, avant c'était complètement mort à cause du Covid. On a de plus en plus de Métropolitains, aussi des Belges. Mafate vit du tourisme alors ça soulage." Lui est plein jusqu'au 20 novembre.

Idem pour Estelle, au gîte de la Crête Marianne, situé dans l'ilet d'Aurère. "C'est plein tous les jours, depuis le 9 octobre ! Ça change, ça fait plaisir. Nous à Mafate on a connu le confinement, les restrictions, ça a été très compliqué. On en profite parce qu'on sait qu'après de janvier à avril, la période sera moins touristique."

Les restrictions encore en place bloquent certains gérants cependant. C'est le cas au gîte Caverne Dufour, au pied du Piton des Neiges. Les vacances "ne changent rien" pour Luc Morel, qui déplore des distanciations rendant compliquées les réservations. Avec ses quatre dortoirs de 9 et 15 places, le gérant ne peut pas mélanger les familles. Au lieu de 80 personnes il ne peut donc en accueillir qu'une quinzaine chaque soir. Forcément, les dates se remplissent vite, "mais ça ne veut pas dire qu'on a beaucoup de monde pour autant" souligne-t-il. Tout au long de la journée, il voit cependant passer de très nombreux randonneurs qui, à défaut de pouvoir rester dormir, font l'aller-retour dans la journée ou dans la nuit pour voir le lever du soleil.

• Les activités touristiques tournent à plein régime

Les professionnels des activités touristiques sentent eux aussi ce sursaut lié aux vacances et à la levée des restrictions. Randonnée, plongée, activités à sensation forte… Pour certains la clientèle locale fidèle a permis de tenir même en l'absence des touristes extérieurs. Mais en ce moment les réservations vont bon train. C'est le cas du Lady La fée, qui propose des excursions en bateau pour profiter de la faune marine ou d'un coucher de soleil sur la mer. "Les réservations restent assez stables. Mais nous retrouvons des coureurs et des familles venues les soutenir à bord" nous dit-on.

Pour des activités comme le canyoning, on note un retour des réservations depuis septembre. Après un mois de juillet plutôt bon, tout a "dégringolé en août" à cause du retour de l'état d'urgence sanitaire et du confinement, note Maëlle à Canyon Aventures. "On a déjà pas mal de réservations, notamment des familles et c'est plein jusqu'à la fin du mois."

Côté plongée, le club associatif Gloria Maris sur le port de Saint-Gilles voit passer des groupes entiers qui demandent à réserver des formations ou des baptêmes, "de 5 à 8 personnes parfois" indique le club. Une tendance à la hausse en comparaison avec les vacances de juillet-août. "Ils ne peuvent pas aller aux Antilles alors ils viennent à La Réunion" analyse le gérant de Corail plongée, club commercial situé lui aussi sur le port. "Et la semaine prochaine avec le Grand Raid, on verra encore plus de monde."

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !