Le cours du blé a augmenté de 30% :

Hausse des prix : la baguette de pain n'est pas épargnée


Publié / Actualisé
Après le gaz, l'électricité et le carburant, c'est au tour du prix de la baguette de pain de faire couler de l'encre. Celle-ci est censée coûter actuellement 90 centimes environ, mais son prix pourrait gonfler au cours des prochaines semaines, voire des prochains jours. Les boulangers craignent que le cours du blé ne se stabilise pas et s'inquiètent de la hausse généralisée des charges (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Après le gaz, l'électricité et le carburant, c'est au tour du prix de la baguette de pain de faire couler de l'encre. Celle-ci est censée coûter actuellement 90 centimes environ, mais son prix pourrait gonfler au cours des prochaines semaines, voire des prochains jours. Les boulangers craignent que le cours du blé ne se stabilise pas et s'inquiètent de la hausse généralisée des charges (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Selon Tacoun Norbert, président de la Fédération réunionnaise des artisans boulangers-pâtissiers (FRABP), certaines boulangeries de l'île ont déjà été contraintes de répercuter cette hausse des prix sur leur produits. En cause, l'augmentation de 30% du prix du blé, mais pas seulement : "le prix de l'énergie et des matières premières aussi a augmenté, le beurre a par exemple pris 1 euro par kilo. Il y a également quelque chose dont on parle très peu, c'est le prix des emballages. Avec toutes les contraintes réglementaires qui vont nous tomber dessus, il sera pour nous difficile de garder nos prix actuels" détaille-t-il.

Chaque boulanger est libre de décider d'une augmentation ou pas, en fonction de sa réalité économique. Pour Marie Iglicki, gérante d'une boulangerie dans le centre-ville de Saint-Denis, l'augmentation des tarifs n'a pour le moment pas été appliquée mais elle reste fortment envisagée. Inquiète, elle anticipe une hausse à hauteur de 5 à 10%.

D'autres boulangeries ne sont pour l'instant pas prêtes à revoir leur prix à la hausse. C'est le cas de Renee Paris. Gérante d'une boulangerie à Saint-Denis depuis plus de 15 ans, elle confie se laisser quelques mois supplémentaires avant "d'envisager le pire". "On laissera les prix tels quels, on finit l'année comme ça, sinon c'est le client qui est pénalisé" estime-t-elle.

D'ores et déjà, une augmentation des prix est redoutée pour d'autres produits dérivés du blé : la bière par exemple, mais aussi les pâtes, ou encore la farine en paquet. De quoi contrarier un peu plus les Réunionnais, déjà confrontés à des prix bien plus élevés que dans l'Hexagone.

mt/www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Mimi, Posté
Il faut cesser de faire le beurre des commerçants... ils prennent déjà suffisamment de marge pour qu'on n'ait pas à leur donner des prétextes supplémentaires pour nous pigeonner sur les prix. 30% d'augmentation sur 3 centimes de farine dans un pain cela ne devrait pas donner lieu à plys de 1 centime d'augmentation !!!!!...
Charité Hospotal, Posté
faut surtout augementer les salaires des députés Sénateurs, présidents collectivités etc...on est inquiet pour EUX
CHABAN, Posté
Un prochain FAKE ImazLa part du prix du blé dans un pain c'est combien ' 5%,10 maxi '
Tempête , Posté
C chaud tout ça. Cela ne va pas.annoncer de beaux jours.