Rapport d'enquête de la répression des fraudes :

Dans les Outre-mer les boissons ne seraient pas plus sucrées que dans l'Hexagone


Publié / Actualisé
Le rapport d'enquête très attendu de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation, et de la répression des fraudes) a été rendu publique ce vendredi 29 octobre 2021. Verdict : dans les Outre-mer, les boissons sucrées ne présentent pas plus de non-conformités que dans l'Hexagone. Ces annonces viennent contredire les informations publiées par le Canard enchainé au mois d'août dernier. Le journal affirmait que la loi Lurel, qui impose depuis 2013 la fin du sucre injecté en plus dans les produits ultramarins, n'était pas respectée. (photo rb/www.ipreunion.com)
Le rapport d'enquête très attendu de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation, et de la répression des fraudes) a été rendu publique ce vendredi 29 octobre 2021. Verdict : dans les Outre-mer, les boissons sucrées ne présentent pas plus de non-conformités que dans l'Hexagone. Ces annonces viennent contredire les informations publiées par le Canard enchainé au mois d'août dernier. Le journal affirmait que la loi Lurel, qui impose depuis 2013 la fin du sucre injecté en plus dans les produits ultramarins, n'était pas respectée. (photo rb/www.ipreunion.com)

Au total, 28 établissements ont été contrôlés soit près de 60 références de produits. Ce sont les boissons rafraîchissantes sans alcool qui ont été ciblées, et tout particulièrement les sodas. Selon la DGCCRF, le bilan est sans appel. "Une bonne sensibilisation des fabricants locaux" a été constatée, avec notamment l'initiative de certains d'entre eux à proposer des formules allégées de leurs produits sur le marché (compensée par la présence d'édulcorants). L'administration de répression des fraudes affirme également ne pas avoir constaté un taux de non-conformité "anormal" par rapport à celui de l'Hexagone.

Concernant les boissons "rafraîchissantes sans alcool", la DGCCRF a annoncé que "seul un soda contrôlé en Guyane s'est avéré non conforme". Les conclusions du second volet portaient sur le contrôle des boissons présentes uniquement en territoire ultramarin : "sur treize boissons, seule une boisson énergisante mahoraise contenait une teneur en sucre trop élevée. Deux autres sont encore soumises à des investigations", une fois encore à Mayotte.

L'enquête avait initialement été programmée pour le deuxième semestre 2020. Elle n'a finalement été réalisée qu'à partir de cette année 2021. Un retard qui n'a pas manqué de faire réagir. En août dernier, le Canard enchaîné publiait :" les premiers résultats du rapport de la DGCCRF sont tellement accablants que le ministère de l'Économie a préféré reporter sa publication à la fin de l'année". L'administration publique a elle invoqué ce vendredi la crise sanitaire pour justifier le bouleversement de son calendrier.

Pour rappel, la prévalence de certaines pathologies liées à l'alimentation (surpoids, obésité, diabète) est plus élevée dans les départements des Outre-mer comparée à la moyenne nationale. La surconsommation de produits sucrée contribue au développement de ces pathologies.

mt/www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

Romuald, Posté
Sous réserve que cette étude sur la teneur en sucre des sodas vendus dans les DOM soit sérieuse, l'explication de la plus grande proportion d'habitants atteintes de diabète, surpoids et tension est sans doute à chercher dans la plus forte propension des populations domiennes à ingurgiter en quantité et à toutes occasions ce genre de boissons, mais aussi à manger trop gras.
Marcel serre dans , Posté
Et les grands projets se font à moitié et les prix explosent.
Payet, depuis son mobile , Posté
Ah. Bonne nouvelle . Mais si je ne me trompe la tepression des fraudes c est 1 organisme d etat 'Comme ceux qui representent l etat on leur dicte ce qu il faut dire ou ecrire' Comme d habitude si nous avons trop de diabétiques c est notre faute , nous surconsommons les produits sucrés vir article et si il y a encotre trop de cas decovid c est parce que nous ne sommes pas assez vaccinés. Arrêtez de nous prendre pour des vo..